Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Leçon de photographie
Théâtre Saint-Georges  (Paris)  mars 2017

Spectale-conférence de Pierre-Anthony Allard dans une mise en scène de Henriette Chardak.

Si l'on voulait faire un seul reproche à Pierre-Anthony Allard, on se plaindrait du titre qu'il a choisi pour sa conférence-spectacle intitulée "La leçon de photographie".

En effet, ce n'est pas "leçon de photographie" qu'il délivre sur scène, mais bien heureusement une "anti-leçon de photographie". Car, d'emblée, cet autodidacte matois et rigolard affirme qu'il n'a jamais appris la technique photographique.

Pour lui, la photographie est une passion qui ne s'apprend pas, mais se vit. Avec son Canon AE-1, appareil tout simple que son père lui a offert pour sa réussite au Bac, il a commencé à beaucoup photographié.

Ce chercheur de lumière, plus précisément du "sentiment de la lumière" selon sa belle expression, n'a pas réussi à intégrer l'Idhec ou l'Ecole Louis-Lumière. Jamais, il ne sera directeur de la photo pour le cinéma, alors que son amour de la photo est vraiment né de l'admiration des chefs-opérateurs du cinéma des années trente et quarante, Henri Alekan en tête.

C'est donc par la petite porte qu'il entre dans la profession en devenant grouillot et gratte-papier au Studio Harcourt. Il finira par en être le directeur et l'âme de son renouveau.

Harcourt, pour lui, c'est la continuation de ce clair-obscur, évocateur de l'Hollywood de l'âge d'or d'avant le triomphe du technicolor et du réalisme poétique français marqué par l'expressionnisme.

Pour cette causerie à bâtons rompus, Pierre-Anthony Allard est théoriquement assis derrière un petit bureau, où il cherche à se rappeler tout ce qu'il a d'important à dire. Il se lève pourtant souvent et parcourt un plateau encombré d'appareils de prises de vue et de projecteurs. Il commente aussi les vidéos ou les photos qui lui servent d'exemples et qui passent sur un écran disposé derrière lui.

Même s'il joue à ne pas être très à l'aise, et à devoir faire appel à un souffleur hors champ très audible, et qui est son fils, il est d'une "clarté limpide" dans ses explications. Sa leçon ou son anti-leçon est d'abord, on le répète, une leçon sur la lumière.

Grâce à lui, on sera à jamais persuadé qu'on apprend la photo, et ses différences de lumière, en allant au musée, notamment en contemplant et comparant Vermeer et Rembrandt. On comprendra aussi que le cinéma est désormais aussi important pour s'imprégner de ce que la lumière veut dire.

On enviera à Pierre-Anthony sa fausse maladresse sur scène ou plutôt sa grande aisance à ne pas jouer les professionnels... donneurs de leçons. Comme tous les grands amateurs, il fait d'abord aimer les choses. Son regard est aussi son sourire et l'on est heureux de partager avec une salle conquise toutes les réflexions d'une vie riche.

Ce photographe serein a l'air d'un homme accompli et s'il vénère la lumière, il sait la diffuser autour de lui avec une jovialité presque zen. Qu'on soit un fondu de photo ou pas, l'écouter fait un grand bien. On ne peut que déplorer qu'une chose : c'est que Pierre-Anthony Allard n'accepte pas la carte vitale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2018 : Chaud devant !

Alors que le printemps n'a jamais été aussi proche, voilà que s'abat sur nous une vague de froid, sous le soleil, certes, mais froide quand même. Pour vous réchauffer le coeur et la tête, voici notre sélection culturelle de la semaine. Bonne écoute, bonne lecture, bon visionnage et n'hésitez pas à sortir, au théâtre, au cinéma, dans les musées, dans les salles de concerts, chez votre libraire, en général c'est très bien chauffé.

Du côté de la musique :

"So french" de Alexandre Doisy
Apolline, Joko, Yungblud dans une sélection de EP et singles
"By the way I forgive you" de Brandi Carlile
"Dita Von Teese" de Dita Von Teese et Sébastien Tellier
"Transangelic exodus" de Ezra Furman
"Who's happy" de High Coltman
"Est-ce que tu vois le tigre ?" de Le Roi Angus
"Do" de Rémi Panossian
"Chanson pour l'oreille gauche" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Beautiful people will ruin your life" de The Wombats
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
et toujours :
"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Seasonal Affective Disorder" au Théâtre Le Lucernaire
"La Femme rompue" au Théâtre Hébertot
"Meute/Une légende" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Zig-Zag" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Presque égal à" au Théâtre de Belleville
"De nos frères blessés" au Théâtre Les Déchargeurs
"K-Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"L'Eventreur" au Théâtre Essaion
"La Callas oubliée" au Théâtre Essaion
"Une sombre histoire de girafe" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Melting Potes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Yann Jamet - Le Syndrome de Jeanne d'Arc" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Oncle Vania" au Théâtre Essaion
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"L'Ecume des jours" au Théâtre de la Huchette
"Intra Muros" au Théâtre La Pépinière
"Alil Vardar - Commnen garder son mec" à la Garnde Comédie
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Winter Brothers" de Hlynur Palmason
"Corps étranger" de Raja Amari
"Trait de vie" de Sophie Arlot et Fabien Rabin
Ciné en bref avec :
"La Forme de l'eau" de Guillermo del Toro
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Jusqu'à la garde" de Xavier Legrand
"Le rire de ma mère" de Colombe Savignac et Pascal Ralite
"Le retour du héros" de Laurent Tirard
"Oh Lucy !" de Atsuko Hirayanagi
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"La nuit introuvable" de Gabriel Tuloup
"Larmes blanches" de Hari Kunzru
"Les flamboyantes" de Robin Wasserman
Sophie de Habsbourg" de Jean Paul Bled
"Soudain l'univers prend fin" de Dakota McFadzean
"Une vie comme les autres" de Hanya Yanagihara
et toujours :
"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=