Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Leçon de photographie
Théâtre Saint-Georges  (Paris)  mars 2017

Spectale-conférence de Pierre-Anthony Allard dans une mise en scène de Henriette Chardak.

Si l'on voulait faire un seul reproche à Pierre-Anthony Allard, on se plaindrait du titre qu'il a choisi pour sa conférence-spectacle intitulée "La leçon de photographie".

En effet, ce n'est pas "leçon de photographie" qu'il délivre sur scène, mais bien heureusement une "anti-leçon de photographie". Car, d'emblée, cet autodidacte matois et rigolard affirme qu'il n'a jamais appris la technique photographique.

Pour lui, la photographie est une passion qui ne s'apprend pas, mais se vit. Avec son Canon AE-1, appareil tout simple que son père lui a offert pour sa réussite au Bac, il a commencé à beaucoup photographié.

Ce chercheur de lumière, plus précisément du "sentiment de la lumière" selon sa belle expression, n'a pas réussi à intégrer l'Idhec ou l'Ecole Louis-Lumière. Jamais, il ne sera directeur de la photo pour le cinéma, alors que son amour de la photo est vraiment né de l'admiration des chefs-opérateurs du cinéma des années trente et quarante, Henri Alekan en tête.

C'est donc par la petite porte qu'il entre dans la profession en devenant grouillot et gratte-papier au Studio Harcourt. Il finira par en être le directeur et l'âme de son renouveau.

Harcourt, pour lui, c'est la continuation de ce clair-obscur, évocateur de l'Hollywood de l'âge d'or d'avant le triomphe du technicolor et du réalisme poétique français marqué par l'expressionnisme.

Pour cette causerie à bâtons rompus, Pierre-Anthony Allard est théoriquement assis derrière un petit bureau, où il cherche à se rappeler tout ce qu'il a d'important à dire. Il se lève pourtant souvent et parcourt un plateau encombré d'appareils de prises de vue et de projecteurs. Il commente aussi les vidéos ou les photos qui lui servent d'exemples et qui passent sur un écran disposé derrière lui.

Même s'il joue à ne pas être très à l'aise, et à devoir faire appel à un souffleur hors champ très audible, et qui est son fils, il est d'une "clarté limpide" dans ses explications. Sa leçon ou son anti-leçon est d'abord, on le répète, une leçon sur la lumière.

Grâce à lui, on sera à jamais persuadé qu'on apprend la photo, et ses différences de lumière, en allant au musée, notamment en contemplant et comparant Vermeer et Rembrandt. On comprendra aussi que le cinéma est désormais aussi important pour s'imprégner de ce que la lumière veut dire.

On enviera à Pierre-Anthony sa fausse maladresse sur scène ou plutôt sa grande aisance à ne pas jouer les professionnels... donneurs de leçons. Comme tous les grands amateurs, il fait d'abord aimer les choses. Son regard est aussi son sourire et l'on est heureux de partager avec une salle conquise toutes les réflexions d'une vie riche.

Ce photographe serein a l'air d'un homme accompli et s'il vénère la lumière, il sait la diffuser autour de lui avec une jovialité presque zen. Qu'on soit un fondu de photo ou pas, l'écouter fait un grand bien. On ne peut que déplorer qu'une chose : c'est que Pierre-Anthony Allard n'accepte pas la carte vitale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=