Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pourvu qu'on m'aime
Carlo Zoratti  mars 2017

Réalisé par Carlo Zoratti. Allemagne, Italie, France, Autriche. Documentaire. 1h24 (Sortie le 29 mars 2017). Avec Carlo Zoratti, Enea Gabino et Alex Nazzi.

Avec "Dernières nouvelles du cosmos" de Julie Bertucelli, on avait fait la connaissance de Babouillec et de son monde intérieur.

Avec "Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti, on va sympathiser avec un autre autiste, Enea Gabino, et partager sa quête d'amour.

Si Babouillec est une autiste artiste, Enea, 29 ans, italien originaire de Terenzano près d'Udine, travaille dans une usine textile et est un sacré personnage. Son monde à lui, c'est sa joie de vivre. Une joie qu'il communique aux autres avec son beau sourire et son sens de la répartie.

Evidemment, il est et se sait "handicapé" mental et son problème, c'est, ce sont les femmes. Ce jeune homme différent est pareil à tous les hommes et a fortiori pareil à tous les hommes italiens. Un peu macho, un peu romantique, il risque surtout d'être écarté de la vie "normale" parce qu'il peut se faire insistant à la piscine ou ailleurs quand une ragazza lui plaît...

Aidé de ses deux copains dévoués à sa cause, Alex et Carlo, il va donc "chercher la femme" dans ce road-movie transalpin.

Ce qui pourrait n'être qu'un documentaire qui raconte très bien et plaisamment toute la vie d'un jeune homme autiste, et comment la société post-industrielle traite la sexualité des gens comme lui, franchit dans "Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti les frontières de la fiction et de l'auto-fiction.

Ce qui frappe d'emblée, c'est la sincérité de l'amitié entre Enea et ses deux compères, Alex et Carlo. Qu'ils soient crédités au générique comme co-scénaristes et réalisateur n'altère en rien la réalité de leur relation avec Enea.

S'il peut s'intéresser à la gent féminine, quitte à devenir obsédé par la "chose", c'est que cette amitié contribue à faire de lui quelqu'un de bien intégré, qui ne se pose déjà plus la question de la communication avec les autres.

Car Enea, on le constate tout au long du film, a du charisme et une belle ouverture à l'autre. Dès le début de "Pourvu qu'on m'aime", et une mémorable partie de pistolet à eau, on le voit en symbiose avec son milieu. Bien sûr, cela ne l'empêche de croire qu'on peut tuer quelqu'un avec une arme en plastique coloré qui projette de l'eau à distance...

Personne ne devrait se sentir gêner de passer 80 minutes en sa compagnie. Au contraire, les plus puritains finiront par approuver ce qu'Alex et Carlo tentent de faire pour le libérer d'une sexualité qui le titille.

Partant dans leur combi vers l'Autriche et ses love centers ou vers l'Allemagne et ses accompagnatrices médicales chargées d'initier les handicapés à l'érotisme et résoudre leurs besoins sexuels, les trois garçons feront se poser à de nombreux spectateurs des questions qui ne leur seraient jamais venues à l'esprit. Et cela sous un angle jamais équivoque et sous le signe de la tolérance et de la compréhension.

Au bout de ce voyage pas comme les autres, qu'arrivera-t-il à Enea ? Aura-t-il franchi le Rubicon sexuel, exploré le monde de la sensation charnelle, vaincu ses pulsions ?

On laissera au spectateur le soin de le découvrir. Quoi qu'il en soit, il devrait sortir heureux de "Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti, de cette balade truculente avec l'ami Enea, au point peut-être de se dire qu'il y a sans doute autour de lui des "Enea" pour qui il pourrait devenir un Carlo ou un Alex...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=