Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morgane Imbeaud joue Les Songes de Léo - Panache
Café de la Danse  (Paris)  jeudi 30 mars 2017

Morgane Imbeaud était au Café de la Danse pour la troisième partie de son projet solo Les Songes de Léo, nous y reviendrons mais avant ça c’est avec Panache que la soirée débuta.

Panache, c’est le nom du groupe formé par Thibault Malé et sa guitare, concentré et un peu ému, il nous a livré des chansons parlant d’amour, de rupture, d’Amérique réelle ou fantasmée. Exercice périlleux d’être seul à la guitare et pourtant il s’en sort très bien, grâce à des compositions très enlevées osant même débuter une chanson par un long a cappela, mais quand on a une voix comme lui on peut tout se permettre. Un artiste à suivre.

Rentrons dans le vif du sujet, après, le disque, le livre ce n’est pas vraiment un concert que Morgane Imbeaud nous proposait ce soir-là, mais plutôt un spectacle, un conte musical, avec un début, un milieu une fin, l’histoire est ainsi résumée par Morgane : "C’est l’histoire d’un homme-chat qui s’appelle Léo, à qui il manque une oreille, il n’a pas de parents, il ne les a jamais connus, et qui se retrouve rejeté par les membres de son village, il vit tout seul dans une forêt. Il n’a connu que la forêt et son village et il en a assez d’être tout seul et il décide de partir, de s’enfuir de chez lui, d’aller à la recherche d’un nouveau monde. Et sur son chemin, il va rencontrer une bête un peu étrange de poils, de plumes blancs qui va lui faire découvrir son monde à elle, des premières fois, l’amour tout ça… Mais est-elle vraiment si bienveillante que ça ?".

La particularité, c’est que tout est raconté en chanson, en français, avec quelques touches d’anglais, le dispositif scénique est particulièrement réussi, derrière un voile blanc Morgane Imbeaud accompagnée de deux musiciens. Sur ce voile blanc seront projetés des dessins et animations réalisés par Chabouté, en fond de scène un autre écran avec d’autres projections, ce qui donne l’impression d’immersion des musiciens mais aussi un magnifique effet de perspective et de "3D", difficile de ne pas se sentir entièrement plonger dans le récit, surtout que la transposition sur scène des chansons est elle aussi très réussie. Si sur le disque on trouve des arrangements très ambitieux, grâce à un savant mélange de boucle et de piano, l’univers du disque est respecté, ce mariage entre l’électronique et l’acoustique donne un résultat hypnotique et est le parfait écrin pour la douce voix de Morgane, douce mais puissante, elle ose enfin se libérer et montrer toute la gamme dont elle dispose.

Entre les magnifiques dessins en noir et blanc, les chansons aux parfaits arrangements, c’est un magnifique et très original spectacle, entre le conte, le ciné-concert, un spectacle qui donne à rêver, qui a son univers propre et dans lequel c’est un plaisir de se laisser aller, plaisir qu'il est possible de continuer à la maison puisque ressort le disque agrémenter de cinq chansons inédites, comme une bande originale du livre et du spectacle, et on aurait tort de s'en priver.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Songes de Léo de Morgane Imbeaud
La chronique de l'album The Homeward Bound : Songs Of Simon & Garfunkel EP de Morgane Imbeaud & Elias Dris
L'interview de Morgane Imbeaud (jeudi 5 novembre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Morgane Imbeaud
Le Facebook de Morgane Imbeaud


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Morgane Imbeaud (5 novembre 2015)


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=