Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rodin - L'exposition du centenaire
Grand Palais  (Paris)  Du 22 mars au 31 juillet 2017

Erigé en Dieu le père de la statuaire moderne, Auguste Rodin est à la sculpture ce que Victor Hugo est à la littérature, une figure tutélaire dont l'ombre plane sur le siècle subséquent.

Cette considération hagiographique sert de postulat pour l'exposition commémorative du centenaire de sa mort conçue par le Musée Rodin sous le commissariat général de Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine et directrice dudit musée.

Donc, "Rodin - L'exposition du centenaire" ne constitue pas une rétrospective à finalité didactique mais une recension analogique appariant l'oeuvre de Rodin, érigé en "un maître-étalon", et celle de ses disciples, descendants et héritiers putatifs, ce qui, au demeurant correspond à l'axe récurrent de la programmation du Musée Rodin, celui présentant, concomitamment et in situ, l'exposition "Kiefer-Rodin".

Auguste, Antoine, Aristide, Alberto ...et les autres

En deux cent oeuvres du Maître et presque autant des grands noms de la sculpture figurative du 20ème siècle, la monstration - soutenue par un appariement avec les sculpteurs "dont les préoccupations et la sensibilité esthétique approchent l’expressionnisme incarné par Rodin" - intervient sur deux niveaux, dans une scénographie de Didier Blin reprenant les codes couleur blanc-rouge-gris qui avait présidé à la récente exposition "L'Enfer selon Rodin".

Elle appelle les observations liminaires suivantes. En premier lieu, le parcours qui se développe en trois parties - "Rodin expressionniste", "Rodin expérimentateur " et "Rodin l'onde de choc" - s'avère, de fait, globalement chronologique, les deux premières correspondant à Rodin en son temps, la troisième à sa postérité.

Celles-ci sont articulées autour d'un pôle graphique décliné en deux salles. D'une part, celle dédiée aux "dessins noirs" de Rodin contemporains de ses recherches pour "La Porte de l’Enfer" mis en parallèle avec ceux de sculpteurs et d'artistes du début du 20ème siècle mais également contemporains tels Georg Baselitz, Emin Tracey Lonely, Eugène Dodeigne et Jean-Paul Marcheschi.

Ensuite, avec un parti-pris identique, la seconde salle présente quelques uns d'une série de dessins présentée lors de l’exposition consacrée à Rodin organisée par le Cercle artistique Mánes qui s'est tenue à Prague en 1902.

Enfin, la disposition des sculptures interpelle. Si l'enfilade de salles en ligne de fuite et l'ordonnancement autour d'un podium central concourt à une plaisante perspective et satisfait à l'esthétique visuelle, l'alignement de la majorité des sculptures contre les cimaises sans aucun dégagement à la manière de l'accrochage pictural ne convient guère à la tridimensionnalité.

Ce qui s'avère patent pour l'unique salle dédiée à la confrontation avec les artistes contemporains par ailleurs trop exigüe au regard du nombre et de la monumentalité des oeuvres.

Par ailleurs, au fil de la visite, se posent différentes questions quant aux appariements effectuées. Ainsi Camille Claudel n'est-elle présente, hors le portrait de Rodin qu'avec "Clotho". Egalement quant au mode opératoire qui procède davantage par assertion que démonstration alors même que la même commissaire, alors conservateur au Musée d'Orsay, y signait la pertinente et argumentée exposition "Oublier Rodin".

Cela étant, au delà d'une appréciation critique voire polémique, l'intérêt de l'exposition tient d'une part, aux emblématiques bronzes et marbres rodiniens - que sont notamment "Le Baiser", "Le Penseur", "Torse de jeune femme cambrée", "Iros messagère des dieux" et "Ugolin et ses enfants" - et les plâtres somptueux ("La Femme accroupie", "Le torse d'Adèle", "trois ombres"), ainsi qu'aux délicats petits plâtres moins connus du grand public dont, dans la rotonde, les danseuses et les femmes émergeant d'un vase antique.

D'autre part, elle offre un panorama de l'art statutaire figuratif du 20ème siècle de "L'Homme qui marche" de Giacometti qui met ses pas dans celui de Rodin et voisinent avec ceux de Thomas Houseago et Markus Lupertz à l'homme réduit par Antony Gormley à une spirale d'énergie représentée par des cerceaux d'acier.

Et ils sont tous là, Picasso, Germaine Richier, Cesare Baldaccini, Henry Moore, Willem De Kooning, Eugène Dodeigne, Georg Baselitz... et les autres.

A noter : le site officiel de l'exposition permet de suivre toute l'actualité muséale et éditoriale nationale et internationale afférente à ce centenaire.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=