Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
L'Aventure  (PIAS)  mars 2017

Da Silva, c’est le type qui sait marier le désinvolte de ses textes et le velours de sa voix. Pour son nouvel album intitulé L’Aventure, il tire sur l’homonymie du terme pour nous conter des aventures toutes sentimentales et nous pousser vers l’aventure humaine. De l’intérieur vers l’extérieur.

Pour moi, Da Silva, c’est le type qui chante que l’amour ne suspend plus son vol, abattu en plein vol par la folie du sentiment. Oui, Da Silva est en paix avec ses émotions, et s’il les laisse s’emparer de lui, c’est uniquement pour le porter au-delà, pour le meilleur et pour le pire.

Et c’est sans aucun sarcasme que j’aime trouver L’aventure pop et tranquille, à l’image d’une promenade autour d’un lac artificiel par une superbe journée de printemps aux bourgeons timides. Les airs à la fois légers et précis envoûtent l’auditoire de volutes féminines. Da Silva joue la note de la séduction dans cet album, en piano mocassins et cordes de soie. De la femme qui se fiche de ce qu’on pense d’elle à l’homme qui trompe ses angoisses, Da Silva puise dans le registre de l’assurance optimiste, sans insolence. Le dandy pointe son nez.

Premier titre, première déclaration, "Je me fous de l’incendie, je fais feu de tout bois, je me moque de ce qu’on dit, la seule personne que j’aime c’est toi" ("La seule personne") piqué d’une trompette BB toute gainsbourienne, amour ôté de culpabilité, doté de l’aveuglement propre aux élans.

Du constat pessimiste des quotidiens pressés à brasser de l’air et courir après le temps, Da Silva chante la saveur de l’imprévu et des jours sans lendemain : "Puisque la vie s’affale, au contre-la-montre, puisque n’y a rien que dalle, qui résiste avec le temps, je préfère l‘aventure à tous les grands discours, les points de suspension, les allers sans retour ("L’Aventure").

Un bon gros carpe diem aux autres, au temps, à la société et ses pressions diverses, Da Silva se ferait-il philosophe ? Il faut bien avouer que la parade est tentante face aux glottes furieuses assénées par les médias et les voisins de tout type. "Il y a le printemps, il ne faut pas rester ici, ici tout est gris, je cherche un été permanent, sous n’importe quel tropique" ("Il y a").

D’un insomniaque soulé des tumultes journaliers, on arrive progressivement aux ivresses nocturnes bercées aux murmures de la nuit. Ici est son royaume, où tout n’est que calme, luxe et volupté. Puisque la nuit, tout est permis, pourquoi ne pas en profiter ? La note dominante de l’album a le goût des déambulations aléatoires dans une ville endormie. Quand il est délicieux de penser que tout le monde sommeille autour, être le veilleur à l’abri des regards :" Il se rendort, elle fume encore, elle sourit de le voir endormi, et elle préfère partir sans une question, sans au revoir, le cœur léger" ("La fille").

Poésies aux femmes, à la lumière et aux lendemains mélancoliques, Da Silva signe ce septième album avec des cordes vrombissantes d’infinie tendresse et de bienveillance envers ce commun des mortels sacrément mal barré. "Nos vies sont solitaires, nos plaisirs partagés" ("Nos vies solitaires"), "Un baiser sur le front, Je t’offre mon sourire à la hauteur de l’affront" ("Le sourire"), Da Silva s’affilie à un Stephane Eicher, côté grand tendre aux paroles timides et aux notes justes. Suave et intimiste.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
La chronique de l'album Au revoir chagrin de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Da Silva
Le Facebook de Da Silva


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=