Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Trou
Jacques Becker 

Réalisé par Jacques Becker. France/Italie. Drame. 2h12 (Sortie le 8 mars 1960). Avec Michel Constantin, Jean Keraudy, Philippe Leroy, Marc Michel Rôle, Raymond Meunier, André Bervil, Eddy Rasimi et Catherine Spaak.

En ce mois d'avril, les occasions de revoir les films de Jacques Becker fleurissent aussi vite que les boutons d'or, et on ne peut que s'en réjouir. Hommage à la Cinémathèque française, ressorties en salles, diffusions télévisées...

Vous n'avez plus d'excuse pour ne pas suivre les charmantes scènes de ménages d'"Edouard et Caroline", valser aux côtés de "Casque d'or" ou plonger dans "Le Trou".

"Le Trou", c'est d'abord la prison, et plus précisément la cellule où Claude Gaspard, accusé de tentative de meurtre avec préméditation, se trouve enfermé. Mais le trou, c'est également la voie de sortie que ses quatre codétenus se préparent à creuser pour s'évader. Coincés ensemble dans une cellule de quelques mètres carrés, les cinq hommes se mettent à la tâche.

Jean-Pierre Melville ne tarissait pas d'éloges sur ce film à la sobre perfection. Et on voit bien ce qui a tant plu à l'auteur du "Cercle rouge". Le travail des prisonniers, cassant la pierre, creusant la terre, sciant les barreaux, est filmé avec une précision quasi documentaire. L'objet à détruire, le mur à contourner deviennent les centres d'une lutte silencieuse et longue.

Les prisonniers sont les ouvriers de leur propre liberté, qui se gagne coup après coup. Le corps, est instrument à part entière. Force physique pure, puissance des bras, mais aussi habileté manuelle, intensité du regard sont à chaque fois les conditions de la survie.

Mais la finesse du film tient également dans ces détails arrachés au quotidien : une brosse à dent devient un périscope, deux flacons et un peu de sable font un sablier, une barre de fer se métamorphose en clé.

A travers cette débrouille, c'est le quotidien de la prison qui est filmé. Pour preuve cette très belle scène où un bout de ficelle et une balayette permettent de transmettre un message de cellule en cellule.

Le quotidien tient d'ailleurs un rôle essentiel dans "Le Trou". C'est en effet la réalité de la vie en prison que Jacques Becker donne à voir, sans fards ni misérabilisme. Les repas, pris ensembles, la promiscuité, les discussions et les disputes.

L'horreur de la surveillance, également, avec ce garde qui découpe et dissèque les aliments que reçoivent les prisonniers, ou à travers cet œilleton, privilège des gardiens que les détenus retournent contre eux, en en faisant, à leur tour, un instrument de surveillance.

Il n'y a pas, dans "Le Trou", un plan inutile ou décoratif. A l'image de ses travailleurs minutieux, Jacques Becker propose un découpage où rien n'est laissé au hasard. Chaque séquence, magnifiée par le noir et blanc de Ghislain Cloquet, est d'une absolue nécessité.

Le temps est au centre du film. Le prisonniers n'ont que quelques jours pour s'échapper, ils mesurent leurs excursions nocturnes demie-heure par demie-heure,. Ce temps, c'est également celui que prend chaque opération.

Ainsi, lors de la séquence où les prisonniers font sauter le sol de leur cellule, l'opération est filmée en temps réel. Le ralentissement des coups trahit la fatigue des bras, le chiffon glisse sut la barre métallique... et le spectateur regarde fasciné ce trou qui grandit, la prison qui craque, ressentant chaque coup comme un pas de plus vers la liberté.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=