Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les artisans d'art au 18ème et 19ème siècle : Pierre Gouthière doreur ciseleur (1732-1813) et Odiot orfèvre (1763-1850)
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  mars 2017

Le Musée des Arts décoratifs consacre deux expositions à l'artisanat d'art tel qu'il s'inscrit dans l'excellence et l'Histoire des arts décoratifs.

Elles braquent le projecteur sur la vogue du bronze doré au 18ème siècle qui présidait en matière de décoration intérieure et le faste de la table et le raffinement de la toilette au début du 19ème siècle.

"Or virtuose à la Cour de Frannce - Pierre Gouthière (1732-1813)
Du 16 mars au 25 juin 2017

Sous le commissariat de Anne Forray-Carlier, conservatrice en chef du patrimoine au département 17eme-18ème siècles, le Musée des arts décoratifs propose une immersion dans la création ornementale de la fin du 18ème siècle en terme de décor intérieur avec l'un de ses prestigieux protagonistes, le bronzier Pierre Gouthière.

Doreur et ciseleur des rois, il conçoit des objets, du bouton de porte aux cheminées et aux lustres, qui rivalisent de luxe et d'extravagance, en puisant dans le répertoire de forme et de décors constitué par les ornemanistes.

Ses talents : un savoir-faire émérite résultant d'une formation à la technique de la dorure et de la ciselure sur or et argent, la mise au point du procédé de dorure dite "au mat" qui permet des effets variés de brillance et la diversité des matériaux utilisés, notamment des pierres dures, qui permet d'éclatants contrastes de matières.

Le Musée des Arts décoratif invite régulièrement la jeune création contemporaine comme avec son "Circuit Céramique".

En l'occurrence, en résonance avec l'oeuvre de Pierre Gouthière, il présente les objets-sculptures créées par Gonzague Mézin dans le cadre de la réactivation de la célèbre Maison Lignereux, réputée dès à la fin du 18ème siècle dans le domaine du commerce d’objets d’art, dont il a repris la direction.

Ce choix est judicieux car les pièces, à tirage limité et à destination des collectionneurs d’art internationaux, se révèlent superbes et rivalisent en termes de préciosité et de créativité avec ses aînées.

Insérées dans les salles des collections permanentes, ses créations inspirées par un poème de William Taylor Coleridge, dont des représentations des quatre éléments chinois (ci-contre "Mighty Fountain"), résultent notamment de la collaboration réussie avec des bronziers d'art et des céramistes.

"Dessiner l'or et l'argent - Odiot orfèvre (1763-1850)"
Du 8 mars au 7 mai 2017

Fondée en 1690, inscrite au rang de et toujours en activité, la Maison Odiot acquiert sa notoriété dans le domaine de l'orfèvrerie sous le règne de Louis XV.

Les régimes passent et elle demeure comme fournisseur d'ensembles d'apparat pour les cours royales européennes puis de pièces de prestige pour une clientèle roturière fortunée.

L'exposition conçue par la commissaire Audrey Gay-Mazuel, conservateur du patrimoine du département du 19ème au Musée des Arts décoratifs siècle, vise donc à présenter ces créations remarquables de l’orfèvrerie française dans le domaine des arts de la table et des objets de toilette et de bureau.

Mais de manière circonstanciée pusiqu'en regard des dessins orginaux qui retracent leur processus d'élaboration, de la première esquisse au projet finalisé en passant par le dessin de présentation au donneur d'ordre.

Le succès et la pérénité de la Maison Odiot notamment jusqu'à la Restauration tient à la conjonction de plusieurs facteurs.

Soient un style unique, des décors fastueux de style néo-classique, une technique, celle du montage à froid par assemblage vissé et boulonné, une grande variété des pièces de forme, de la soupière à la salière, et la constitution d'un répertoire ornemental, inspiré notamment de la mythologie, permettant de multiples déclinaisons et la personnalisation de chaque commande.

Et, surtout, un savoir-faire exceptionnel tenant à la précision d'exécution du façonnage et du ciselage des nombreux éléments - l'emblématique soupière aux femmes ailées en comporte 300 - destinés à mettre en relief les ornements.

A noter que l’exposition peut être être prolongée par la consultation d’une plateforme numérique interactive accessible à partir du site du musée permettant notamment de visionner à 360 degrés une grande sélection d'oeuvres apparaissant en 3D.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur Les galeries : Odiot et Gouthière
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=