Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Olga Picasso
Musée National Picasso  (Paris)  Du 21 mars au 3 septembre 2017

Le foisonnement stylistique, la production prolifique et la longévité de sa carrière vouent Picasso à l'analyse historiciste sur le mode de la narration spatio-temporelle et de la séquentialisation qui conduit à distinguer des périodes chronologiques.

Ainsi en est-il de la "Période néo-classique", qui vise les années 1916 à 1924, considérée comme constitutive d'une césure avec le cubisme.

Quant aux commissaires de l'exposition "Olga Picasso" qui se tient au Musée National Picasso, ils estiment que cette novation est due à l'influence de son épouse - et muse - qui justifierait de la rebaptiser "Période Olga".

Emilia Philippot, conservatrice du patrimoineau Musée national Picasso-Paris, Joachim Pissaro, professeur d’histoire de l’art et directeur des Hunter College Art Galleries à New York, et Bernard Ruiz-Picasso, le petit-fils d'Olga et co-fondateur de la Fondation Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte dédiée au soutien de l'art contemporain, ont donc conçu, à l'occasion du centenaire de la rencontre du couple, une exposition consacrée à la figure d'Olga Picasso qui propose une lecture de l'oeuvre picassienne à travers leur histoire conjugale et leurs archives privées.

Ils présentent donc un florilège d'oeuvres sélectionnées à l'appui de leur démonstration dans un parcours chrono-thématique ordonné autour de nombreux documents biographiques dont notamment des extraits de la correspondance d'Olga Picasso avec sa famille restée en Russie.

Olga Picasso, épouse, mère, modèle... et muse ?

En 1918, Picasso a 36 ans. Peintre à la notoriété déjà reconnue, il arbore la posture de l'artiste dandy avec mèche arty et le noeud papillon, à l'instar de la photo de sa pièce d'identité, bien éloignée de l'image inscrite dans la mémoire collective du vert patriarche en marinière et espadrilles.

Il va quitter la vie de bohème montmartroise pour la quiétude bourgeoise de la rue de La Boétie propice à sa situation d'homme désormais établi dans le mariage et le Tout Paris des Années folles dont il participe à la vie mondaine avec sa jeune épouse Olga Khokhlova, danseuse de la troupe des Ballets Russes, qui va devenir femme au foyer et modèle à demeure.

En 1927, la très jeune, blonde et pétulante Marie-Thérèse Walter de près de vingt ans sa cadette supplante la brune et mélancolique Olga. La séparation n'interviendra qu'en 1935, en un temps que Picasso qualifiera de pire époque de sa vie.

Tel est le cadre dans lequel s'insère l'exposition qui, au-delà de sa focalisation biographique, permet au visteur d'apprécier les spécificités de la figuration picassienne, de constater la récurrence des thématiques traitées par Picasso tout au long de sa carrière, dont les thémes centraux de la mythologie picassienne et de prendre la mesure de sa pratique de l'art de l'expérimentation.

Les concomitances et expérimentations stylistiques de Picasso ne sont pas liées à la personnalité d'Olga mais à des événements extérieurs, tels le séjour à Rome puis à Fontainebleau qui réactive l'intérêt de Picasso pour la figuration, ainsi l’Antiquité lui inspire les formes puissantes de femmes marmoréennes ("Femme lisant" 1920 - "Grand nu à la draperie" 1923), l'émergence du surréalisme en 1924 soutient son travail sur la déformation du corps, et les voyages en Espagne réactualisent le thème de la corrida.

Sans omettre le cubisme latent qui donne lieu à des variations post-cubistes sur le sujet de la baigneuses ("Nageuse " "Baigneuses jouant au ballon" 1928 Baigneuse au ballon 1929et le travail sur la forme et les mutations plastiques en corrélation avec les arts primitifs ainsi que par l'exposition "Picasso Primitif" qui se tient simultanément au Musée du Quai Branly.

La femme, fut-elle aimée, est considérée comme un modèle et Picasso use de la figure en tant que mécanisme expressif.

S'il peint Olga de manière "reconnaissable" avec des titres personnalisés ("Olga Khokhlova à la mantille" 1917 - "Olga au col de fourrure" 1923 - "Olga pensive" 1923), c'est de manière ingresque avec une modification idéalistique des traits du visage et une expression identique, l'air mélancolique et le regard absent, qui ne lui ressemble pas totalement et ne semble pas confortée par les archives visuelles, tel le tableau "Olga dans un fauteuil" de 1918 accroché en regard de la photographie correspondante.

En effet, ces portraits passés au tamis de la représentation, ne sont ni des portraits officiels ni des portraits intimes mais des portraits formatés, des portraits statiques en buste qui reprennent le motif classique de la femme assise absorbée dans une occupation féminine et, plus précisément encore, le motif cézannien de la femme en buste adossée à un fauteuil qui était également déclinée de manière cubiste et désincarnée comme elle le sera à la fin des années 1920 ("Grand nu au fauteuil rouge" 1929 - "Femme au fauteuil rouge" 1931).

Pendant la "période Olga nait leur fils Paul que Picasso représente dans une pose au "naturel" ("Paul sur l’âne" 1923 - "Paul dessinant" 1923" - "Portrait de Paul au bonnet blanc" 1923) qui se scénarise conformément à la tradition artistique qu''à l'iconographie picassienne antérieure à sa paternité ("Paul en arlequin" 1924 - "Paul en Pierrot" 1925).

De même pour le sujet de la maternité ("Mère et enfant", " Maternité" et "Mère et enfant au bord de la mer") et les scènes dites "familiales" ("Famille au bord de la mer") qui sont dépersonnalisées dans les toiles de 1921.

Et le peintre lui-même devient modèle dans sa version du sujet de l'atelier.

Les dernières salles thématiques réunissent essentiellement des oeuvres graphiques sur les thèmes, là encore, récurrents de Picasso. D'une part, sur le cirque, thème de prédilection de sa période naturaliste dite rose (1905-1907), mais traité de manière plus enjouée ("L'Acrobate bleu" 1929).

D'autre part, la mythologie picassienne avec sa trinité thématique.

La crucifixion, avec de nombreux dessins dont, en point d'orgue, la petite huile sur contreplaqué "Crucifixion" de 1930, qui se présente non comme dans signification religieuse comme une transposition profane de l'artiste crucifié dans l'impasse Eros/Thanatos, déjà traitée "Cricifixion et étreintes" de 1903, et dans laquelle Philippe Sollers, dans le catalogue de l'exposition "Corps crucifiés" au Musée Picasso en 1992, voyait "l'omnispection qui est la grande révolution de Picasso".

Ensuite, le rite de la corrida et sa déclinaison en "Minotauromachie" avec l'homme-animal mythique du Minotaure emprunté au surréalisme dont il constituait la figure emblématique.

Entre le divin et le bestial, Picasso insère la violence du désir masculin jusqu'au rapt et au viol ("Minotaure violant une femme" 1933) et la fragilité du taureau mis à terre par le toréador ("Minotaure aveugle guidé par Marie-Thérèse au pigeon dans une nuit étoilée" 1934).

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée national Picasso

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée nationalPicasso


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=