Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Picasso Primitif
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 28 mars au 23 juillet 2017

Nonobstant l'évidence de son titre, l'exposition "Picasso Primitif" organisée par le Musée du Quai Branly en collaboration avec le Musée national Picasso-Paris, surprend à plus d'un titre.

En effet, en premier lieu, car les oeuvres de Picasso ne représentent qu'un tiers des pièces présentées ce qui concourt davantage à son immersion dans celles des artistes primitifs anonymes qui le supplantent.

Ensuite, alors qu'elle tend à leur mise en résonance, avec notamment des appariements significatifs, le commissaire Yves le Fur, directeur du patrimoine et des collections du Musée du Quai Branly, écarte l'analyse commune des arts premiers comme source d'inspiration picassienne dont il estime qu'elle est hypothétique, l'artiste non seulement ne la reconnaissant mais la niait alors même qu'il possédait une collection de ce qu'il nommait "l'art nègre".

Enfin, en raison de sa muséographie qui propose un cheminement artistique, superbement scénographiée par l'architecte Jean de Gastines en déambulation fluide, qui tend à concilier le didactisme vulgarisateur et le conceptuel.

Picasso vs les Primitifs anonymes

A cet effet, le commissaire indique avoir retenu deux approches complémentaires signalées dans le synthétique dépliant de l'exposition.

L'une - chronologique et historique - vise à présenter les relations pérennes entretenues par Picasso avec les arts non occidentaux, ce qui est évident s'agissant d'un artiste "cannibale" pratiquant l'omnispection.

Introduite par le satirique photomontage de Jean Harold représentant Picasso en roi africain, elle procède de manière testimoniale avec nombre de documents, lettres, objets et photographies.

La seconde ressortant à l'anthropologie de l'art écarte l'approche simpliste du constat des résonances esthétiques pour y substituer celles métaphysiques qui sous-tendent la création artistique.

Ainsi, l'art primitif se caractérise par un art figuratif, qui certes peut aller jusqu'à l'abstraction, et un art sacré dès lors qu'il intervient dans le culte des ancêtres, les rites initiatiques et le rituel magique d'intercession auprès des occultes forces animistes.

La figuration picassienne en quête de simplifications formelles et/ou symboliques procède par la déconstruction et la métamorphose du corps allant jusqu'à la monstruosité pour rendre compte des pulsions fondamentales du subconscient telles qu'elles résultent des conceptions psychanalytiques tout en constituant pour l'artiste un protocole apotropaïque.

A cet égard, Picasso considérait "Les demoiselles d'Avignon" comme un tableau d'exorcisme et a notamment usé de la défiguration par hybridation avec un animal, l'animal mythique du Minotaure, pour libérer les pulsions et fantasmes liés à la sexualité.

Le sexe s'avère un terrain de bataille par excellence, avec la mythologie de la Minotoraumachie et le traitement du thème le peintre et son modèle, dont l'exposition "Olga Picasso" qui se tient concomitamment au Musée Picasso fournit une illustration, et à la dualité Eros/Thanatos.

Et ce détachement de l'art du processus esthétique pour le rapprocher du protocole magique constitue effectivement le point de convergence entre Picasso et les arts primitifs, argument qui soutenait également l'exposition "Traces du Sacré" au Centre Pompidou en 2008.

Armé de ce viatique, le visiteur qui n'est ni un historien d'art ni versé dans les arts non-occidentaux, se livre fort naturellement à un jeu de piste pour identifier les oeuvres de Picasso, heureusement aidé par les cartels qui sur lesquels son nom est imprimé en rouge.

Et, sans doute, lâchera-t-il prise face à la fascination qu'exercent l’expressivité et la pureté formelle de l'ensemble de la monstration.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=