Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mouette
Théâtre Le Ranelagh  (Paris)  avril 2017

Comédie dramatique de Anton Tchekhov, mise en scène de Isabelle Hurtin, avec Bruno Bisaro, Jean-François Chatillon, Kevin Chemla, Thomas Cousseau, Frédéric Cuif, Lionel Erpelding, Marjorie Hertzog, Isabelle Hurtin, Léonor Ilitch, Fanny Jouffroy, Mathieu Saccucci et Didier Savegrain.

Cette année, les "Mouettes" se succèdent. Après celle de Thibault Perrenoud, traduisant en français une version anglaise de Tchekhov, Isabelle Hurtin a préféré revenir à une vision plus classique, en reprenant le texte traduit par Antoine Vitez.

La démarche, cette fois, n'est pas d'aller vers une relecture du chef d'oeuvre de Tchekhov, au risque de le dénaturer et de le simplifier, mais d'en restituer la complexité et surtout d'essayer de lui être fidèle.

On aura donc une "Mouette" avec tous ses personnages et toutes ses situations. Si cette volonté de respecter le texte du dramaturge russe est louable, elle conduit paradoxalement Isabelle Hurtin à travailler pour un public qui connaît déjà bien l'oeuvre de Tchekhov. Car cette intégrale dense est jouée sur les chapeaux de roue en voulant éviter trop de didactisme. Pas sûr, alors, que le spectateur connaissant mal Tchekhov puisse tout assimiler.

D'autant qu'en ne voulant pas appuyer sur les conflits entre Arkadina (Isabelle Hurtin), la comédienne célèbre, et Treplev (Mathieu Saccucci), son fils, dramaturge en devenir et profondément opposé à Trigorine (Thomas Cousseau), l'homme avec qui elle vit, cette version finit par les rendre trop elliptiques.

Pareillement, on ne perçoit pas tout le tragique du personnage de Nina (Léonor Ilitch), jeune fille qu'on découvre possédée par l'envie d'être actrice et qui va, sous l'influence de Trigorine, franchir le pas.

Au contraire, on a l'impression,quand on la revoit à la fin de la pièce, qu'elle reste une éternelle jeune fille, celle qu'on découvre d'abord de blanc vêtu, comme une vierge ingénue. Elle paraît presque indifférente au mauvais sort qui l'a frappé, qui lui a fait perdre un enfant et qui n'a pas fait d'elle une comédienne heureuse et accomplie dans son art.

Pourtant, le dispositif scénographique conçu par Jean-Marc Hennaut et Jean-Pierre Lescot est inventif. La manière d'introduire du théâtre dans le théâtre cherche à être original et est plutôt réussi. Reste que là aussi la représentation de la pièce de Treplev n'apparaît pas comme un cri viscéral lancé contre tout ce que représente d'insupportable le théâtre dominant de Trigorine.

Finalement, le travail d'Isabelle Hutin souffre de ne pas choisir son camp. "La Mouette" est-elle une comédie grinçante sur l'art ou une tragédie sur l'impossible survie des cœurs purs, ceux qui ne font pas les concessions nécessaires pour trouver une réelle place dans la société ?

C'est dommage car cette "Mouette" rassemble une distribution cohérente et possède assez de qualité de mise en scène pour convaincre sans restriction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=