Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Michel Dalberto
Gabriel Fauré Piano Works  (Little Tribeca / Aparte)  avril 2017

"Fauré : ou les derniers feux encore vivants de l’harmonie tonale et modulante, les derniers feux qui brillent encore de leur propre combustion. Strauss, dans un certain nombre de ses œuvres qui sont postérieures à la mort de Fauré (hormis naturellement Les Métamorphoses et les Vier letzte Lieder) me semble quant à lui ne plus jouer qu’avec des braises, avec une lueur qui rougeoie mais ne consume plus grand-chose, ou encore – que l’on me pardonne de parler aussi crûment – de se masturber, c’est-à-dire de ne prendre son plaisir qu’en lui-même." Michel Dalberto

Si, l'art, la musique consiste à nous élever le plus loin possible au-dessus de ce qui est, alors la musique si mélodique de Gabriel Fauré est un excellent moyen pour atteindre cette élévation. Compositeur Français, Fauré restera solitaire, au-delà des modes, loin de l’exotisme en vogue à son époque et peut-être plus proche du postromantisme, tout en restant éloigné de Wagner. Il privilégiera toujours les lignes mélodiques simples et claires, on le considère plus facilement comme un grand mélodiste plus que comme un grand architecte des formes musicales, des mélodies souvent sur un ambitus d’intervalles réduit (son échelle des intervalles était faussée à cause de problèmes d’audition), une certaine intériorité, une réelle élégance qui cache des choses terribles, un sens de la polyphonie, une harmonie plutôt modale.

Ses œuvres pour piano pourraient être en quelque sorte la quintessence de son écriture. Une situation hors des normes esthétiques de son époque peut être due aux onze années d’apprentissage passées à L’École Niedermeyer. Ecole de musique classique et religieuse, opposée aux conceptions du Conservatoire de Paris (représentant pour l’institution religieuse un art profane) qui formait les futurs organistes de paroisse, maîtres de chapelle et chefs de chœur en enseignant la polyphonie, l’orgue, le plain-chant, les œuvres de Bach, Palestrina...

Pourtant, comment ne pas reconnaître sa force mélodique, ses talents de composition et "Les fortes tensions harmoniques, la douleur et la souffrance qui émanent de ses dernières œuvres sont en grande partie dues à cet environnement politique (ndlr : la première guerre mondiale) et cette guerre d’une violence encore inconnue à l’époque" comme le rappelle Michel Dalberto.

Impérial chez Schubert (excellente intégrale de l’œuvre pour piano seul) et Debussy, le pianiste Français est absolument impeccable dans ce disque autour du répertoire de Fauré. Ses doigts glissent sur les touches du piano avec une infinie douceur, avec un superbe sens du phrasé et de la dramaturgie. On retrouve dans son jeu toute l’intensité, toute la poésie qui sied à l’exécution de ces pièces rappelant les éblouissantes interprétations de Samson François. Remarquable.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Dalberto
Le Soundcloud de Michel Dalberto
Le Facebook de Michel Dalberto


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Floret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=