Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gaëlle Buswel
New day’s waiting  (Organic Music / L’Autre Distribution)  mars 2017

Bien le bonjour, ami lecteur !

Aujourd’hui, après la fureur, la douceur. Je fais allusion ici à ma dernière chronique, mais comme tu es un lecteur assidu de Froggy’s Delight et certainement un fan de ma prose, tu sais de quoi je parle. Sinon, bah tant pis, ce n’est pas grave.

Donc disais-je, avant de me disperser, aujourd’hui nous allons faire dans le léger et la douceur. Plus particulièrement dans le folk-blues-rock. L’artiste dont je vais te parler a quand même eu :
- le Prix de la Révélation Française au Cognac Blues Passion en 2016,
- le Prix National France Blues pour représenter la France au niveau Européen en 2017,
- le Prix All That Jazz et Prix Coup de Cœur 2015 au Cahors Blues Festival.
Excusez-moi du peu. Nous n’avons pas à faire à un manche… OK, la vanne est pourrie. Autant te dire que les compositions sont loin d’être écrites par un débutant.

Je te parle quand même d’un artiste qui a été élevé au Led Zeppelin, Joe Cocker et Queen. Pour qui Neil Young et Janis Joplin ont été le "lait" maternel. Imagine les compo de blues country qui te font taper du pied, de bons riffs et des mélodies qui te transportent sur la route. Tu as, dans les oreilles, la musique de quelqu’un qui joue depuis ses 13 ans, qui a marqué avec une reprise de Tina Turner et les fans s’en souviennent encore.

Quelqu’un qui a joué dans le métro à Londres et à Paris. Qui a joué dans des prisons, des hôpitaux pour enfants et qui a pris sa guitare et pris la route pendant 45 jours aux Etats-Unis. Quelqu’un, et c’est là où je veux en venir, avec un parcours authentique qui transparaît dans sa musique. Cet artiste, ou plutôt cette artiste, c’est Gaëlle Buswel.

Et oui, c’est une fille (belle en plus) mais ce qui compte c’est tout cet univers, cette culture et je ne voulais pas te parler simplement d’une belle fille mais surtout d’une belle personne. Et cette beauté se ressent littéralement ou plutôt musicalement. Moi qui suis branché rock, j’ai vraiment adoré cet album (et les autres parce que crois-moi que je me suis empressé d’aller écouter). C’est frais et les refrains sont bons, les chœurs te filent la patate, les compositions sont vraiment très bonnes.

Gaëlle a composé 90% de l’album et parfois elle fait de belles rencontres qui donne de beaux titres, comme pour "No One Else" qui est de David Quick. Pour l’anecdote, elle l’a rencontré à Austin et il lui a offert ce titre qu’il chante depuis 20 ans dans les rues, à la condition qu’ils l’enregistrent en duo. Promesse tenue et quel résultat ! Ce titre s’insère parfaitement dans cet album apportant un peu de douceur après des titres nettement plus folk rock que blues. La voix de Gaëlle Buswel est superbe et son jeu de guitare est maîtrisé.

Je suis vraiment très heureux de te présenter une artiste que l’on sent sincère et pas juste une jolie fille avec une guitare comme accessoire. Elle a roulé sa bosse en assurant pas moins de 500 concerts en Europe et deux tournées en Amérique du Nord. Pour moi, c’est vraiment important.

Les 10 titres de l’album sont des purs moments de bonheur. Tu as envie de les écouter dans ta voiture, roulant toutes fenêtres ouvertes, sur une route de campagne, les champs à perte de vue, des fleurs et de préférence avec des gens que tu aimes, parce que c’est important l’amour dans la vie.

"Makers of Love"… Voilà un titre excellent, il te fait taper du pied et à l’instant même où j’écris ces lignes, c’est ce que je suis en train de faire. Et en ces temps "troublés", de l’allégresse ne peut pas nous nuire.

On sent dans ce troisième album une parfaite maîtrise, de très belles chansons et quand tu entends le titre éponyme "New day’s waiting", la mélodie sublime avec cette voix… Tu vas fondre lecteur.

Tu me connais maintenant, va écouter ces 10 très belles chansons (et même les deux albums précédents) parce que là nous sommes en présence d’un travail d’artiste et d’artisan et non pas sur du prêt à consommer de bas de gamme. C’est de l’orfèvrerie. C’est du bon, ça sent le soleil, l’amour et surtout, l’ingrédient fondamental : le Talent !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Gaëlle Buswel
Le Soundcloud de Gaëlle Buswel
Le Facebook de Gaëlle Buswel


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=