Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Franquin chez les Rombaldi
André Franquin  (Editions Rombaldi)  1984

C’est l’histoire d’une maison d’édition pas comme les autres… Spécialisée dans la vente par correspondance d’ouvrages de luxe, principalement les grands classiques de la littérature, les éditions Rombaldi furent rachetées dans les années 70 par La Redoute, intéressée par la diversification de cette petite maison vers la bande dessinée.

Mais attention ! La Bande Dessinée avec un grand B et un grand D car les éditions Rombaldi négociaient avec ses homologues (Dargaud, Casterman, Dupuis, etc.) les plus grands noms de leur catalogue. Genre Hergé, Uderzo, Goscinny, Morris, Giraud, Gotlib et bien évidemment Franquin. Dit comme ça, tout de suite ça en impose !

Très rapidement, les auteurs adhèrent à l’enthousiasme du directeur des éditions Rombaldi, Henri Kaufman. Cet homme, passionné par la Bande Dessinée et ses auteurs, ne veut pas simplement publier des intégrales sans saveur. Non ! Il veut avant tout montrer le talent des auteurs, valoriser leurs premiers pas, mettre en exergue leur progression et l’aboutissement de leur oeuvre. Pour cela, il passe un temps considérable à leurs côtés, discute avec leur entourage, collecte des dessins inédits et négocie même la publication de dessins ou de planches que les auteurs jugent comme mauvaises. Un véritable travail de fourmi qui trouve sa conclusion dans des éditions devenues cultes aujourd’hui.

Le travail des auteurs est véritablement mis en valeur. Les albums sont intégrés dans des reliures en Reluskin (imitation cuir) avec des personnages en relief et des encadrements dorés. Les fans sont aux anges et découvrent les trésors de leurs auteurs fétiches.

Il faut se remettre dans le contexte de l’époque : fin des années 70, début des années 80, la bande dessinée n’est pas encore considérée comme le 9ème art qu’elle est aujourd’hui, le festival d’Angoulême commence seulement à s’imposer et le grand public regarde la BD comme un loisir sympathique pour les enfants. Les adultes qui avouent lire des BD passent pour des ados attardés. "Les petits Mickeys, ce n’est pas de la littérature !"

Dès lors, on mesure l’incroyable travail de précurseur réalisé par Henri Kaufman : donner ses lettres de noblesse à la BD à travers des éditions destinées à un public d’initiés.

En 1988, malheureusement les choses se gâtent : l’ogre Hachette rachète les éditions Rombaldi et absorbe progressivement les intégrales sous son giron… et sous son nom. Le nom Rombaldi disparaît complètement dans les années 90 mais les passionnés parlent alors d’albums "comme Rombaldi" dès qu’une édition de luxe est mise sur le marché.

Ce qui faisait le charme des éditions Rombaldi disparaît peu à peu : qualité en baisse, peu de considération pour la mise en valeur du travail des auteurs… Les albums sont compilés sans plus de formalisme, ni les à-côtés qui faisaient le sel des albums Rombaldi.

Mais revenons au sujet qui nous intéresse : André Franquin ! Avec la gentillesse qu’on lui connaît, il se prêtera au jeu et livrera les clés de son atelier pour qu’Henri Kaufman trouve son bonheur. Il donnera des conseils pour la mise en page et donnera pas mal de contenus inédits à l’époque en album. Le fidèle Yvan Delporte apportera également son aide et réalisera de nombreuses préfaces et interviews de Franquin.

Au final, les albums de Gaston Lagaffe, de Spirou et Fantasio, du Marsupilami et des Idées Noires resteront longtemps comme les éditions de référence. Ce n’est que plus de trente ans après que les éditeurs se pencheront sur ce génie de la bande dessinée et rééditeront méthodiquement son oeuvre.

 

Cette chronique est issue de la chaîne Gunhed TV.

En savoir plus :
Le Facebook de Gunhed TV
Le Blog de Gunhed TV


Gunhed TV         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 juin 2017 : Des Nouveautés à l'appel

A l'approche de l'été, il y a encore des nouveautés à la pelle. Profitons en pour faire le plein avant que l'été fasse la part belle aux festivals ! Voici donc notre sélection hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Dead killer story" de Breaking The Wave
Soon She Said nous parle de "The first casualty of love is innocence" dans une longue interview en deux partie. Cliquez ici pour la première, et là pour la seconde
"Ti amo" de Phoenix
"Terre-neuve" de Terre-Neuve
"The Passion of Charlie Parker" par divers artistes
"Emotional dance" de Andrea Motis
"Witness" de Benjamin Booker
"J'ai embrassé un punk" de Faut Qu'ça Guinche
Interview de Bologna Violenta (également en italien)
Interview de Superbravo pour la sortie de "L'angle vivant". Superbravo également en session pour 3 titres
Vendredi au Download Festival
Samedi au Download Festival
Dimanche au Download Festival
Rise of the Northstar au Download Festival
Baroque Electronique au Petit Palais
et toujours :
"S.W.E.A.T." de Raymonde Howard, "Debussy : l'enfant prodigue - Ravel : L'enfant et les sortilèges" de Mikko Franck, "Les choses qu'on peut dire à personne" de Bertrand Burgalat, "Versus" de Carl Craig, "Atom from heart" de Christine, "Les étoiles à ma porte" de Clémentine March, "Buenos Aires 72" de Marina Cedro, "Crawling back" de Wicked

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Art" au Théâtre de la Bastille
"Justin prend du spectrum" au Théâtre L'Atalante
"Lucrèce Borgia" au Théâtre 14
"Premier amour" au Théâtre Les Déchargeurs
"Madame Bovary" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Laure Elko - Enfin vieille !" au Théâtre Bo Saint Martin
des reprises avec :
"Oui !" au Café de la gare
"Trinidad - Gardez le souire !" au Petit Casino
"Kim Schwarck - Des papilles dans le ventre" au Théâtre des Béliers parisiens
les chroniques des autres spectacles de juin
et les chroniques des spectacles de mai

Expositions avec :

la dernère ligne droite pour :
"Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi" au Musée Cognasq-Jay
""Or virtuose à la Cour de France - Pierre Gouthière" au Musée des Arts décoratifs

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Ana, mon amour" de Calin Peter Netzer
"Des Plans sur la comète" de Guilhem Amesland
"Rencontres en Guyane" de Xavier Gayan
"Macadam Popcorn" de Jean-Pierre Pozzi
Ciné en bref avec :
"HHhH" de Cédric Jimenez
"Marie-Francine" de Valérie Lemercier
"L'amant double" de François Ozon
"Rodin" de Jacques Doillon
les chroniques des autres sorties de juin
et les chroniques des sorties de mai

Lecture avec :

"La planète impossible" de Joseph Callioni
"Plageman" de Guillaume Bouzard
"Le grand méchant renard" de Benjamin Renner
"Les amours anormales" de Noël Matteï

Froggeek's Delight :

"Space Invaders, comment Tomohiro Nishikado a donné naissance au jeu vidéo japonais" de Florent Gorges
2017, une année faste pour les jeux vidéo...
3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=