Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De Calm
Disparue Juliette  (Les Ré-créations du Pourquoi / L’Autre Distribution)  mars 2017

Direct from Toulouse, Oh Toulouuusseee, Mickaël Serrano et Guillaume Carayol forment le duo De Calm. A la recherche de leur temps perdu en compagnie d’un alligator pisteur des neiges, ils nous offrent leur troisième album Disparue Juliette.

Constitué de Guillaume Carayol à la plume et au chant, et de Mickaël Serrano pour le reste, les compères poursuivent l’aventure de la raison et des sentiments, des attaches et des innombrables liens tissés entre les rencontres et les affects.

Désormais, c’est ainsi que j’affectionne les rockeurs : sobres et élégants. Pas de cris, des épaules compatissantes et les sourires discrets. Se parler les yeux baissés et refaire le monde à tâtons. Avec De Calm, les plaisirs sont épicuriens et les bonheurs fugaces. La musique est feutrée, les guitares se font languissantes et les percussions frissonnantes. L’ambiance a la préciosité des introvertis peu loquaces, elle a le goût des moments suspendus où la larme met des heures à se détacher des cils.

Disparue Juliette commence comme une tempête de glace, les sons semblent emportés par le vent, les cœurs sifflent comme une bourrasque lointaine ("Alligator") : "J’ai en tête un ciel gris, un drive in sous averse, le bruit sourd de ta vie, une antique VHS, j’affronte esseulé en repensant trop fort aux jours dorlotés, aux larmes alligators,  Je t’ai en tête et je n’ai plus ma tête, je suis en miette". La douleur de la séparation, la mort et les souvenirs qui affluent et nous font sangloter.

"Il fallait que s’agite, au fond de nous la vase, celle qui fait qu’on palpite, à distance de nos bases, maladresse qui afflue, passé qu’on désinfecte, les tristesses s’atténuent… Effleurer la beauté, abimer le chagrin, casser à jamais tous les réveils matin, la beauté scintillante des tristesses atténuées s’engouffre chancelante dans les cristals, il est sûrement temps de sauver la patrie, d’esquinter les réveils, de revoir fantaisie" ("Le réveil"). Le temps, le rêve, le passé, le sommeil paradoxal, De Calm sort de la caverne, affronte les affres du chagrin et gonfle ses ailes d’espoir.

Dans ses textes, Disparue Juliette l’alchimie réfléchit des sons, cultive le paradoxe de matérialiser l’absent en l’évoquant au présent. De Calm trouble la ligne temporelle en avançant et éloignant les évènements à mesure de leur évocation. Pour le simple plaisir de revivre un instant : "Il y a dans cette soirée quelque chose qui me plaît, l’espoir a les yeux verts et un dos légendaire" ("La soirée") ou pour avancer : "Il n’y a pas que des vainqueurs hélas, manque évident d’audace, vive les loosers coriaces, je regarde mes fiasco en face, qui prennent pas mal de place, la pluie et les averses qui passent forgent ma carapace ; je lui dirai tout bas que je n’ai pas peur de perdre" ("Les vainqueurs").

Collaborations obligent, il y a du Daho dans ces heures lentes et cette sagesse dodelinante. Les paroles s’enroulent autour des mélodes ancrées dans un groove insouciant. Un grand optimisme se dégage de ces grands mélancoliques, à croire qu’ils ont enfin percé le mystère de la vie. Mélancolique et mélodique, De Calm porte l’élégance rare des auteurs raffinés à la plume impeccable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

De Calm dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
L'interview de De Calm (mardi 16 mai 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de De Calm
Le Bandcamp de De Calm
Le Soundcloud de De Calm
Le Facebook de De Calm


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

De Calm (16 mai 2017)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=