Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De Calm
Disparue Juliette  (Les Ré-créations du Pourquoi / L’Autre Distribution)  mars 2017

Direct from Toulouse, Oh Toulouuusseee, Mickaël Serrano et Guillaume Carayol forment le duo De Calm. A la recherche de leur temps perdu en compagnie d’un alligator pisteur des neiges, ils nous offrent leur troisième album Disparue Juliette.

Constitué de Guillaume Carayol à la plume et au chant, et de Mickaël Serrano pour le reste, les compères poursuivent l’aventure de la raison et des sentiments, des attaches et des innombrables liens tissés entre les rencontres et les affects.

Désormais, c’est ainsi que j’affectionne les rockeurs : sobres et élégants. Pas de cris, des épaules compatissantes et les sourires discrets. Se parler les yeux baissés et refaire le monde à tâtons. Avec De Calm, les plaisirs sont épicuriens et les bonheurs fugaces. La musique est feutrée, les guitares se font languissantes et les percussions frissonnantes. L’ambiance a la préciosité des introvertis peu loquaces, elle a le goût des moments suspendus où la larme met des heures à se détacher des cils.

Disparue Juliette commence comme une tempête de glace, les sons semblent emportés par le vent, les cœurs sifflent comme une bourrasque lointaine ("Alligator") : "J’ai en tête un ciel gris, un drive in sous averse, le bruit sourd de ta vie, une antique VHS, j’affronte esseulé en repensant trop fort aux jours dorlotés, aux larmes alligators,  Je t’ai en tête et je n’ai plus ma tête, je suis en miette". La douleur de la séparation, la mort et les souvenirs qui affluent et nous font sangloter.

"Il fallait que s’agite, au fond de nous la vase, celle qui fait qu’on palpite, à distance de nos bases, maladresse qui afflue, passé qu’on désinfecte, les tristesses s’atténuent… Effleurer la beauté, abimer le chagrin, casser à jamais tous les réveils matin, la beauté scintillante des tristesses atténuées s’engouffre chancelante dans les cristals, il est sûrement temps de sauver la patrie, d’esquinter les réveils, de revoir fantaisie" ("Le réveil"). Le temps, le rêve, le passé, le sommeil paradoxal, De Calm sort de la caverne, affronte les affres du chagrin et gonfle ses ailes d’espoir.

Dans ses textes, Disparue Juliette l’alchimie réfléchit des sons, cultive le paradoxe de matérialiser l’absent en l’évoquant au présent. De Calm trouble la ligne temporelle en avançant et éloignant les évènements à mesure de leur évocation. Pour le simple plaisir de revivre un instant : "Il y a dans cette soirée quelque chose qui me plaît, l’espoir a les yeux verts et un dos légendaire" ("La soirée") ou pour avancer : "Il n’y a pas que des vainqueurs hélas, manque évident d’audace, vive les loosers coriaces, je regarde mes fiasco en face, qui prennent pas mal de place, la pluie et les averses qui passent forgent ma carapace ; je lui dirai tout bas que je n’ai pas peur de perdre" ("Les vainqueurs").

Collaborations obligent, il y a du Daho dans ces heures lentes et cette sagesse dodelinante. Les paroles s’enroulent autour des mélodes ancrées dans un groove insouciant. Un grand optimisme se dégage de ces grands mélancoliques, à croire qu’ils ont enfin percé le mystère de la vie. Mélancolique et mélodique, De Calm porte l’élégance rare des auteurs raffinés à la plume impeccable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

De Calm dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
L'interview de De Calm (mardi 16 mai 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de De Calm
Le Bandcamp de De Calm
Le Soundcloud de De Calm
Le Facebook de De Calm


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

De Calm (16 mai 2017)


# 22 Avril 2019 :Paques au balcon, la culture dans le salon

Certes il n'y a plus de saison, le climat se réchauffe, les gens se tuent pour des histoires vieilles comme le monde et globalement, tout fout le camp. Ce n'est pas une raison pour se morfondre. Allons de l'avant et régalons nous de musique, cinéma, théâtre, bouquins, expos... Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Jay Jay Johanson autour de son nouvel album "Kings Cross"
"A heartbeat away from the northeast" de Feu Robertson
"The grim reaper" de Harold Martinez
"Suspiros de Espana" de Quatuor Opus 333
"Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music" par Divers artistes
"Cyclotron #3", tour d'horizon du label Partycul System qui fête ses 20 ans
"Ose Bashung" de Dirty Old Band
"1958" de Blick Bassy
Brune en concert au FGO Barbara
"Outsider" de Chine Laroche
"Dance EP" de Duke of Paris
et toujours :
"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Amour et Psyché" au Théâtre 71 à Malakoff
"La Cagnotte" au Théâtre Le Lucernaire
"Dom Juan" au Théâtre Le Ranelagh
"La démocratie de la peur" au Théâtre Aleph
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"Berlin en Seine" au Théâtre Essaion
"Anatomie de la joie" au Théâtre Essaion
des reprises:
"Une vie de pianiste" au Studio Hébertot
"La Logique des femmes" au Théâtre des Variétés
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Hey ! Modern Art et Pop Culture #4" à la Halle Saint-Pierre
"Chicago Foyer d'Art brut" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Un tramway à Jérusalem" de Amos Gitaï
"Aujourd'hui, rien" de Christophe Pellet
"Disperata" de Edoardo Winspeare
Ciné en bref avec :
"Le Vent de la liberté" de Michael Herbig
"Boy erased" de Joel Edgerton
"Blanche comme Neige" de Anne Fontaine
"Dumbo" de Tim Burton
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Allons nous sortir de l'histoire ?" de Jacques Julliard
"Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier
"Les âmes englouties" de Susanne Jansson
"Presidio" de Randy Kennedy
"Silens moon" de Pierre Cendors
"Sombre avec moi" de Chris Brookmyre
"Un fruit amer" de Nicolas Koch
"Un siècle américain, tome 3 : Notre âge d'or" de Jane Smiley
et toujours :
"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=