Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Marc Royon - Guy Zollkau
Interview  (Paris)  5 juillet 2005

Sous les masques tragi-comiques de Mazout et Neutron, Jean-Marc Royon et Guy Zollkau nous interpellent avec "Viens rire avant de mourir !" un spectacle exceptionnel et dérangeant pour nous bousculer dans le confort de nos certitudes.

Ils espèrent que ce spectacle, qui a fait ses preuves en spectacle de rue, rencntrera le public parisien.

Rencontre avant une représentation avec deux artistes dans la tradition des saltimbanques qui mouillent leur chemise. Et pour eux qui les ont vu, rassurez-vous ! Ce ne sont pas leurs vraies dents !

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Guy Zoolkau : Je viens du spectacle de rue. J'ai été jongleur, échassier, et j'ai appris sur le tas au gré des rencontres. J'ai rencontré Jean-Marc sur une création collective "Le garage du pylône" que nous avons créée dans un squatt au CAES (Centre autonome d'expérimentation sociale).

Jean- Marc Royon : J'ai passé un bac théâtre au lycée Molière dans le 16ème arrondissement de paris alors que j'habitai Corbeil-Essonne. J'ai ensuite embrayé sur des cours, des ateliers de théâtre. J'ai eu des expériences diverses mais en autodidacte. J'habitai dans ce squatt à Ris-Orangis. Nous avons fait "Le garage du pylône" pendant un an. Ensuite, nous nous sommes perdus de vue puis nous avons refait un spectacle de rue ensemble. C'était "Socrate et Sécotine" que jouaient Jean-Marc et une partenaire. Et ensuite, nous avons monté ensemble ce spectacle.

Sur l'affiche, il est mentionné 'Le Vingtième théâtre et le théâtre de caniveau présentent". De quoi s'agit-il?

Jean- Marc Royon : Il s'agit simplement d'un intitulé qui nous correspond bien. C'est Morand qui nous avait sorti ça. Il nous avait dit : "Ce n'est même pas du théâtre de rue que vous faîtes. C'est du théâtre de caniveau". Nous avons trouvé cela excellent. ET on l'a gardé.

Comment avez-vous créé ses deux personnages ?

Guy Zollkau : Quand nous avons décidé de faire un spectacle ensemble, nous avons commencé à tchatcher et nous avons parlé de monstres, les nôtres, les autres.

Jean- Marc Royon : Des gens que l'on peut croiser tous les jours dans la rue, dans le métro qui ont des histoires énormes à raconter et que l'on ne veut pas voir.

Guy Zoolkau : Les exclus sont nos monstres.

Jean- Marc Royon : Les clodos, les exclus qui se mettent au milieu de tout le monde pour montrer qu'ils sont en train de crever et qui le montrent pour forcer le gens à les voir.

Guy Zollkau : Montrer qu'ils avaient un idéal et qu'on le leur a gâché. Mais ce n'est pas si simple et si manichéen que ça.

Ce spectacle est-il totalement écrit ou y a-t-il une place pour l'improvisation notamment en fonction des éventuelles réactions du public?

Guy Zollkau : Il est très écrit. Nous nous laissons quelques plages pour un flash ou un trou de mémoire. Et puis ce spectacle a beaucoup tourné dans la rue qui est un lieu de vie où il s passe toujours beaucoup de choses : des gens partent, des enfants pleurent, etc…

Jean- Marc Royon : Et, depuis 5 ans que nous jouons ce spectacle, nous avons des codes…

Guy Zollkau : … et donc des répliques pour toutes les circonstances.

Vous êtes donc rarement pris au dépourvu?

Guy Zollkau : Oui. Et nous avons une grande force : nous sommes 2 et nous nous écoutons énormément. Dès qu'il y en a un intervient, l'autre est derrière pour compléter l'échange.

Quel était votre but avec ce spectacle?

Jean- Marc Royon : Nous ne sommes pas naïfs au point de croire que l'on peut changer la vie avec un spectacle mais…

Guy Zollkau : …nous avions envie de parler de nos colères. Nous n'avons pas décidé de faire une spectacle "anar" ou idéologiquement provocateur. Bien sûr, on aime bien ça. Mais avant tout c'est un spectacle qui a du sens, qui est sensé…

Jean- Marc Royon : …avec nos opinions.

Guy Zollkau : Ça déplaît ou on adore.

Jean- Marc Royon : Le pire pour nous aurait été de faire un spectacle qui laisse les gens indifférents.

Guy Zollkau : Nous voulions parler de nos rages.

Ce spectacle a donc été beaucoup joué en théâtre de rue et maintenant vous jouez un mois à Paris dans un théâtre. Jusqu'où avez vous envie de le porter?

Guy Zollkau : Pour ce qui me concerne, je n'ai pas envie de l'arrêter. Et il ne s'arrêtera que par la force des choses parce qu'il n'y aura plus de public pour le voir ou de salle pour le programmer. Jusqu'à présent, nous l'avons bien vendu et nous avons réussi à gagner notre vie.

Jean- Marc Royon : Nous avons fait 2 fois Avignon qui représente un gros investissement comme Paris. S'il ne se passe rien, nous arrêterons d'investir. Dès le début, nous avions envie de jouer un mois sur Paris car nous l'avions crée à Paris dans un bistrot du 18 ème .Voilà qui est fait. Nous verrons les retombées.

Avez-vous des projets solo?

Jean-Marc Royon : Guy a monté un solo "Socrate dans Sam Suffi". Moi, je joue comme comédien.

Guy Zollkau : Je tourne essentiellement en province.

Les projets?

Guy Zollkau : Pour les projets, j'aimerai bien réaliser des petits courts métrages avec Mazout et Neutron comme personnages récurrents, des virgules qui pourraient avoir un format qui intéresserait la télé. D'autant que ces personnages sont emblématiques des conséquences du libéralisme, du capitalisme à outrance, de la mondialisation.

Tiens j'ai oublié de demander à Guy Zollkau pourquoi Mazout aimait tant les knackis !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du spectcale Viens rire avant de mourir !


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=