Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gorillaz
Humanz  (Parlophone Records / Warner Music)  avril 2017

"À bien des égards, la tâche du critique est aisée. Nous ne risquons pas grand-chose, et pourtant, nous jouissons d’une position de supériorité par rapport à ceux qui se soumettent avec leur travail, à notre jugement. Nous nous épanouissons dans la critique négative plaisante à écrire et à lire. Mais l’amère vérité, qu’il nous faut bien regarder en face, c’est que dans le grand ordre des choses, le mets le plus médiocre a sans doute plus de valeur que la critique qui le dénonce comme tel. Il est pourtant des circonstances où le critique prend un vrai risque : c’est lorsqu’il découvre et défend l’innovation. Le monde est souvent malveillant à l’encontre des nouveaux talents et de la création. Le nouveau a besoin d’amis. Hier soir, j’ai vécu une expérience inédite…"

Tout cela est bien joli dans un dessin animé et même plutôt vrai. Mais dans la réalité, quand on a affaire à ce genre de disque, il est difficile de ne pas tomber dans la simple critique négative. Après sept années de silence, que reste-t-il du groupe de Damon Albarn et Jamie Hewlett ? Une énorme campagne de promotion autour de ce disque qui donne l’impression, comme souvent dans ce cas, que la montagne accouche d’une souris. Et puis cette impression, toujours absolument désagréable, que les musiciens se soucient ou maîtrisent plus les à-cotés et la publicité que la musique.

Pour quoi en définitif ? Un disque bordélique qui, à force de vouloir jouer au plus malin (mélodiquement, rythmiquement, en alignant les invités (Vince Staples, Peven Everett, Popcaan, De La Soul, Carly Simon, Kilo Kish, Jehnny Beth (Camille Berthomier de Savages), Danny Brown, Grace Jones, Anthony Hamilton, Jean-Michel Jarre, Benjamin Clementine…) finit par perdre toute cohérence, tourne sérieusement en rond (mine de rien, il n’y a rien d’innovant et Albarn recycle toujours, irrémédiablement, les mêmes recettes, les mêmes effets) fatigue et lasse rapidement.

Dire que ce disque est inégal impliquerait qu’il y ait de vrais bons titres au milieu de ce marasme, or ce n’est même pas le cas. Peut-être sauverons-nous "Charger" (avec Grace Jones), "Let Me Out" (avec Mavis Staples & Pusha T) ou "We Got The Power" et encore ces titres n’ont absolument rien d’exceptionnel… Cela ne groove pas pour un sou, c’est souvent très laid musicalement ou dans la production.

Par contre, on sent très bien le côté : on va faire beaucoup de pub, un truc cool, facile et on va en vendre des palettes, pour la musique on verra plus tard. Et puis cela sonne archi daté. La pochette l’illustre très bien avec ce carré divisé en quatre façon Let it be des Beatles (pour signifier un retour aux fondamentaux ? Que Gorillaz n’existe plus ?), en mettant en scène des ressemblances entre les personnages et des artistes archi connus mais totalement has-been : Noodle en Björk, Murdoc en Noel Gallagher et 2D en Jack White). C’est tellement pauvre musicalement que cela occulte totalement le message premier, cette attaque contre Trump, l’impérialisme et l’ultra-libéralisme, réflexion bien trop mince et facile qui ne touche même pas par manque de consistance réelle ou de prise de risque.

Faux ou mauvais disque apocalyptique, même pas hédoniste, Humanz manque de tout : d’humilité, de sincérité, de supplément d’âme, de musique pour vraiment toucher. Grosso modo, il fera une jolie bande son pour accompagner tout le cirque vidéo qui va avec Gorillaz mais rien de plus… même pas une ratatouille…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album D-sides de Gorillaz
La chronique de l'album Plastic Beach de Gorillaz
Gorillaz en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Gorillaz en concert à Zénith (lundi 22 novembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Gorillaz
Le Soundcloud de Gorillaz
Le Facebook de Gorillaz


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 avril 2018 : Summertime

Voilà enfin les beaux jours, de l'hiver à l'été il n'y a qu'un pas que les premiers pique-niques sur les pelouses parisiennes ont déjà franchi. Quoi qu'il en soit voici le programme culturel de la semaine.

Du côté de la musique :

"La grande effusion" de Kent
"Fontaine Wallace" de Fontaine Wallace
"A l'abri du vent" de Vanessa Philippe
"Live in vienna, Schumann piano concerto, Brahms Handel Variations" de Alfred Brendel
"Brainbow" de Brainbow
Ughett, Laake, Theodora et P4N4 dans une compilation Disquaire Day 2018
"Orphéon" de France de Griessen
"IT" de Frantic
"Hommage à Jacques Higelin
"Richard Strauss, Don Quixote & Cello works" de Ophélie Gaillard
Ramon Pipin au Café de la Danse
et toujours :
"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"The Beggar's Opera" au Théâtre des Bouffes du Nord
"L'Affaire Courteline" au Théâtre Le Lucernaire
"Too Much Time - Women in prison" à La Loge
"Mon Lou" au Théâtre Le Lucernaire
"Lady Macbeth" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Billie Holiday - Sunny Side" au Théâtre Essaion
"Frédrick Sigrist - Tout le monde croit que je suis un mec bien" au Théâtre Le Funambule Montmartre
dans le cadre du Festival La semaine Extra au Théâtre Le Nest à Thionville : "Price "- "Jours radieux" - "Les Imposteurs" - "Longueurs d'ondes"
des reprises à ne pas rater :
"La loi des prodiges" au Théâtre de la Tempête
"Ciel, mon placard !" à La Loge
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Exposition avec :

"Subodh Gupta - Adda/Rendez-vous" au 11 Conti-Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Foxtrot" de Samuel Maoz
"La Route sauvage" de Andrew Haigh
"Mes Provinciales" de Jean-Paul Civeyrac
"La Révolte des jouets" de Bretislav Pojar et Hermina Tyrlova
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Derniers jours à Berlin" de Harald Gilbers
"La confession" de John Herdman
"La fabrique des coincidences" de Yoav Blum
"La journée de la vierge" de Julie Marx
"Manhattan vertigo" de Colin Harrison
"Meurtres, en toute intelligence" de Jacques Attali
"Sparte" de Nicolas Richer

et toujours :
"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

Froggeek's Delight :
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=