Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Minuit en mon silence
Pierre Cendors  (Editions Le Tripode)  mai 2017

"Je ne sais presque rien de vous. Vos pensées comme vos nuits me sont inconnues. Je ne vous connais que de loin et pourtant, depuis notre rencontre à Paris, vous m'êtes devenue plus intimement liée que mon propre souffle..."

Coup de maître encore, réalisé par les Editions du Tripode avec la publication du dernier livre de Pierre Cendors, déjà auteur des Archives du vent et de L’invisible dehors, carnet islandais d’un voyage intérieur.

"Je dois bientôt m’en aller, partir. Vous quitter. C’est la dernière nuit que je passe en tête à tête avec votre absence. C’est là, je sais, toute la compagnie que je recevrai jamais de vous. Demain, je serai de retour au front. Je n’ai jamais pu mentir devant vous. Je m’avance sur un chemin où, dans quelques heures, à l’instant peut-être où vous lirez ces mots, je me serai franchi.

Pour Pierre Cendors, dans son cheminement, Minuit en mon silence se tient à la croisée de plusieurs types d’écriture qu’il a pratiqué jusqu’ici avec le roman, le poème et ce que faute de mots il décrirait come un moment nocturne de la parole, parole qui se veut fidèle à une expérience intérieure.

Avec Minuit en mon silence, Pierre Cendors nous livre un texte lumineux, d’une grande beauté, à la croisée du roman, de la poésie et du manifeste. Ce court roman épistolaire est en fait une longue lettre datée du 28 septembre 1914 d’un lieutenant allemand, Heller, persuadé qu’il va bientôt mourir, adressée à une femme française dont il peignait le portrait dans son atelier parisien avant la guerre.

A travers ce texte, Pierre Cendors rend un vibrant hommage à Alain Fournier, l’auteur du Grand Meaulnes, tombé dès les premiers combats de la Grande Guerre, qui lui aussi s’était épris d’une femme, qu’il venait de rencontrer.

Cendors fait de ce lieutenant allemand le digne représentant de ces poètes-soldats, tombés sous les balles ennemies, dans de nombreuses batailles absurdes. En partant vers la mort, il tente d’illuminer son chemin par des mots, pour soigner et rassurer ses maux. Il veut partir avec l’amour comme pour montrer que cette maudite guerre n’a pas de prise sur les sentiments amoureux. Au contraire, la beauté de ce texte nous montre même que ce conflit et ces combats donnent une plus grande densité à cet amour qui en devient presque quasi inoxydable. Il nous montre que l’amour et la guerre ne sont pas obligatoirement opposés, et ce, de belle façon. Ce texte, nous dit Pierre Cendors, est une méditation sur la passion et la dépassion amoureuse.

On tourne les pages de ce petit bijou avec un grand émerveillement, on y découvre des mots sublimes que l’on se surprend à relire plusieurs fois. "Si les mots savent habiller nos sentiments et nos pensées, ils échouent à nous mettre à nu. La nudité de l’être use leur étoffe jusqu’à atteindre une transparence peu dicible." On revient très souvent en arrière pour se délecter de pages déjà lues.

Lorsqu’il nous parle d’Orphée, son ordonnance, jeune engagé de 20 ans, disparu lors du dernier combat, ses mots sont denses. Il nous décrit sa mort, celle d’un poète, parti avec ses vers. A Orphée, personnage central de la lettre, Heller aime se raccrocher à ses souvenirs, pensant souvent à lui, au langage de ses yeux. Il part à la recherche de son corps, trouve un carnet sur lui et quelques vers.

"La poésie fait un poème de tout, madame, de la vie, du hasard, même de la mort d’un soldat. Un poème écrit avec son sang. Je ne souhaite à personne d’être poète. Votre vie ne vous appartient pas plus que votre mort. On vous croit le plus libre des hommes, mais c’est une liberté dont on ne s’évade pas." Pierre Cendors manie les maux avec une profonde élégance digne des plus grands écrivains.

Loin des traditionnelles lettres de poilus que l’on s’évertue à utiliser en classe pour éclairer les jeunes sur les traumatisantes conditions de vies des soldats dans les tranchées, Pierre Cendors donne une dimension poétique à ce conflit sans lui enlever sa brutalité extrême. Comme il l’écrit si bien, "la poésie, madame, c’est désimaginer le monde tel qu’on nous le vend. C’est découvrir qu’il n’est rien et que s’en éveiller est tout".

Pour Pierre Cendors, le meilleur résumé que l’on puisse faire de Minuit en mon silence, c’est un dialogue dans un rêve qui demande "Qu’est-ce que l’amour demande un voix dans un rêve ? L’amour, c’est un échec qui a réussi répond l’autre voix". Pierre Cendors fait de l’expérience amoureuse une aventure fondamentale qui habite notre silence le plus intime.

Minuit en mon silence est un immense livre qu’il faut absolument lire tant l’émerveillement y est total. Il fait partie de ces livres que l’on gardera religieusement dans son étagère, prêt à le dégainer dès qu’un ami s’aventura dans cette étagère. Il fait aussi partie de ces livres qui ne prendront jamais la poussière tant on aura plaisir à le ressortir de temps en temps pour le relire. Véritable coup de cœur de ce début d’année 2017, Minuit en mon silence restera une vraie belle découverte que je ne suis pas prêt d’oublier.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Vie posthume d'Edward Markham" du même auteur
La chronique de "Silens Moon" du même auteur

En savoir plus :
Le blog de Pierre Cendors
Le Facebook de Pierre Cendors


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=