Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Slow Joe & The Ginger Accident
Let Me be gone  (Musique Sauvage / PIAS)  février 2017

Née de l’improbable rencontre entre un vieux camé des rues de Goa et un intrépide voyageur à particule, Slow Joe & The Ginger Accident aurait pu ne jamais voir le jour si ce satané destin ne s’en était pas mêlé. C’était en 2007.

Slow Joe, comme son nom ne l’indique pas forcément, est l’Indien deshérité, c’est lui le phénix re-born de ses cendres. Alors qu’il était un vieux monsieur solitaire aimant chanter à ses heures perdues, Cédric de La Chapelle passait par là avec une guitare en bandoulière. Lui, c’est le Gaulois avide de dépaysement, genre de touriste averti, un baroudeur curieux qui aurait pu garder ce statut de bobo trip si Dame Fortuite était en RTT.

C’est ensemble qu’ils ont enregistré ce troisième album, c’est seul que Cédric la Chapelle et ses musiciens le défendent. Voilà un an que la flamme de Slow Joe s’est éteinte. Let Me Be Gone sonne comme le testament d’une étoile issue du chaos.

La voix de Slow Joe s’enroule autour des accords vintage des Ginger Accident. Le musicien Lyonnais a su attiser les braises du flow de ce dandy magnifique. Cédric est la plume, Joe est le poète qui illumine ses vers. Le marginal et le bobo rebelle proposent là une expérience nonchalante entre ici et ailleurs, entre rythmes traditionnels des cordes blues et accents électroniques des claviers siffleurs.

Quand l’album commence, quelques notes suffisent à vous noyer dans la contemplation d’une crête de montagne, d’une feuille virevoltante, d’un sourire fugace. Une bienveillante mélancolie vous enveloppe, celle qui fait pencher la tête pour mieux entendre. Rock, vintage, blues, long, lent et langoureux... Sexy son.

"This is my song for all the losers who have lost all they have loved, suddenly they find no peace of mind, just like me, we’ve left behind” ("I was a Stooge"). Quand Slow Joe mi-parlé, mi-fredonné, mi-chanté confesse ces mots, l’atmosphère est troublée d’un je-ne-sais-quoi, d’une présence discrète et optimiste. Comme un bras sur votre épaule qui dirait que rien n’est jamais fichu.

L’album entier oscille admirablement entre paillettes Bollywood et rangers poussiéreux, l’ombre et la lumière se font écho, se répondent et se complètent dans chaque morceau. "You and me together are one, I was made for you, and you were made for me, I break" ("My Sway").

Posthume, Let me be gone est un vibrant hommage à une rencontre qui changea plusieurs âmes. Il est également un puissant message d’espoir et d’optimisme, comme quoi, les tristes humanoïdes que nous sommes ne sont pas tous à jeter aux lions. Mangez du gingembre et écoutez Slow Joe (plus connu sous le nom de "faites-l’amour-pas-la-guerre").

Gardons l’image de ce petit homme en costard-cravatte, qui entre sur scène l’air de rien et en jette dès ses premiers grooves vocaux. Tout ça grâce à un rouquin. Damned. Merci Cédric.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sunny Side Up de Slow Joe & The Ginger Accident
La chronique de l'album Thomas Fersen & The Ginger Accident de Thomas Fersen
La chronique de l'album Lost For Love de Slow Joe & The Ginger Accident
The Ginger Accident en concert au Festival Les Transmusicales 2009 (Vendredi)
The Ginger Accident en concert au Fil (vendredi 19 novembre 2010)
The Ginger Accident en concert au Splendid (lundi 24 octobre 2011)

En savoir plus :
Le Facebook de Slow Joe & The Ginger Accident


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=