Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Slowdive
Slowdive  (Dead Oceans)  mai 2017

C'était en 1995, Nirvana n'existait déjà plus et avait été avalé par le même marketing qu'il détestait, le grunge était devenu une mode qui sentait la rébellion tranquille des jeunes de province qui voyaient en Kurt Cobain le prophète d'une génération et d'un certain style faussement négligé devenu plutôt une religion.

En Grande-Bretagne, le mot shoegaze était devenu une insulte aux musiciens qui ne correspondaient pas à certains tendances et le légendaire Creation Records d'Alan McGee et Joe Foster avait choisi de suivre le changement mené par le britpop en produisant l'album de début (Definitely Maybe) d'un groupe qui venait juste de se faire connaître comme le leader de ce genre, Oasis. C'est la même année que le label décide également, sans trop convinction, de sortir Pygmalion, l'album qui mettra fin à Slowdive (mais vu qu'on écrit encore sur eux en 2017, cela serait bien d'utiliser le mot pause).

Le groupe, qui avait signé sur le label leur deux albums précédents (Just for a Day - 1991 ; Souvlaki - 1993), se retrouve sans le batteur Simon Scott, qui quitte le groupe après une catastrophique tournée aux Etats-Unis, en le laissant au mépris et aux critiques des magazines comme Melody Maker qui l'avait défini comme "The scene that celebrates itself", avec NME en tête, les mêmes qui les avaient longtemps flattés.

Avec le départ de Ian McCutcheon et un son space qui déclare carrément l'influence ambient de Brian Eno (avec lequel ils ont collaboré pour Souvlaki sur les pistes "Sing" et "Here She Comes"), le projet se termine définitivement. Plusieurs vies, plusieurs projets, groupes et amours pendants ces années : Rachel et Neil ne sont plus ensemble, les Mojave 3 se sont arrêtés et un stand-by touche aussi les projets de Halstead, son projet solo folk et les Black Haerted Brothers.

C'est le Primavera Sound de 2014 qui nous réservera une grosse surprise : Slowdive en programmation, pour la première fois en live, 22 ans après. La reformation n'est pas officielle mais le public, les vieux fans, les ados nostalgiques, les magazines, sont dans le délire. Sur scène, reviennent également Jesus & Mary Chain, My Bloody Valentine de Kevin Shields (MBV, 2003) et Ride (Weather Diaries, Wichita Recording qui sortira le 16 juin 2017), trois des pionniers du genre : le shoegaze fait son retour officiel.

C'est pour cela que Slowdive, comme nous le confie Neil en interview, a choisi tout simplement Slowdive comme nom d'album (le même titre de leur premier EP sorti en 1990), "That's who we are !" nous dit-il avec un beau sourire. Signé sur Dead Oceans, label indé américain, l'album a été anticipé par les singles "Star Roving" et "Sugar for The Pill".

Sur la première piste "Slomo", on a l'impression d'être dans les 90's à écouter Pygmalion, un peu comme quand on regarde de vieilles photos et le temps d'un instant, on entend des voix, on sent des odeurs. La voix de Rachel, encore plus éthérée, aigue vers la fin, fusionne avec ce son cosmique.

"Star Roving" est justement le manifeste de leur évolution : leur son de toujours, la reverb, le mur de son, les guitares très saturées, l'ajout de touches minimalistes ("Falling Ashes"), l'effort de la fidélité au lo-fi de Just For a Day ("Go Get It").

"Don't Know Why" flotte sur la légèreté d'une batterie plus électronique et la voix veloutée de Rachel.

"Sugar For The Pill" reprend un rêve de Halstead qui rend surréaliste la jalousie et qui met en musique des imagines floues ("There's a buzzard of gulls / They're drumming in the wind/Only lovers alive / Running in the dark"). Un climax sonore nous avale, des atmosphères fuzzy et oniriques, l'enchaînement du mur de son, un brouillard de saturations, qui explose dans une douce déflagration sonique. Un peu comme si on se reveillait tard devant un film de V?ra Chytilová.

"Everyone Knows" avec sa basse sombre et ses guitares et une ligne de chant opaque qui cligne de l'oeil à des mélodies dream pop. Ensuite la nostalgie nous surprend sur "No Longer Make Time", avec la batterie de Scott, linéaire et rapide, qui ouvre, suivie par le chorus des deux voix et un enchaînement du mur de son.

On retrouve aussi des touches de post-rock, avec des cymbales bien bastonnées dans "Go Get It", le morceau qui joue avec la lesson ambient apprise par Brian Eno, avec le résultat d'une reverb qui vient de l'espace et d'une voix à l'écho.

"Falling Ashes", le dernier morceau, le plus expérimental, ouvre avec 02:18 minutes de piano minimaliste en boucle, un son cristallin sur lequel se bercent les voix dans une répétition infinie.

Cet album est la réponse à toutes les critiques qui ont toujours montrer le shoegaze comme une mode éphémère, aujourd'hui cette mode est présente un peu partout : Beach House, DIIV (allez regarder le topic Twitter SlowDIIV !), Ringo DeathStarr et beaucoup d'autres groupes.

Si vous les avez ratés au Trabendo, ne les manquez pas au Pointu Festival ou à Rock En Seine, et si vous vous étiez trompé dans les 90's, vous avez là une bonne occasion d'y remédier.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ré-éditions de Just For A Day - Souvlaki - Pygmalion de Slowdive
Slowdive en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
L'interview de Slowdive - Neil Halstead (vendredi 7 avril 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Slowdive
Le Bandcamp de Slowdive
Le Soundcloud de Slowdive
Le Facebook de Slowdive


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=