Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Medusa - Bijoux et Tabous
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris  (Paris)  Du 19 mai au 5 novembre 2017

Bien qu'annoncée par une bouche souriante et glamour de rubis aux dents perlées, la "Ruby Lips Brooch" de Salvador Dali représentée sur l'affiche, l'exposition "Médusa - Bijoux et Tabous" proposée par le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris est placée sous l'égide de la gorgone Méduse.

Car Anne Dressen, du département contemporain dudit musée, qui en assure le commissariat avec la collaboration de Michèle Heuzé, historienne du bijou, et Benjamin Lignel, historien de l'art et plasticien, la place sous la symbolique ambivalente, et notamment atropaïque, de cette fantastique figure mythologique au pouvoir de pétrification pour signifier la fascination exercée par cet objet de parure.

L'exposition s'avère délibérément et triplement ambitieuse dès lors que d'une part, elle invite à une réflexion sur le statut artistique du bijou, appréhendé sous l'angle d'une sculpture miniature "portable" incitant à une réflexion Arts appliqués/Beaux Arts et, d'autre part, vise à retracer l'évolution du bijou selon une large amplitude en embrassant toutes les époques et tous les continents.

Enfin, elle vise au décryptage analytique de la fonction du bijou ce qui constitue l'axe de sa (dé)monstration avec un parcours qui écarte donc le déroulé chronologique au profit d'une approche thématique.

Scandée par des installations plasticiennes, elle se compose de quatre cent pièces dont la nature et la taille imposent une présentation exclusivement sous vitrine pour dont le signataire de la scénographie a relevé le défi.

Ainsi l'Agence Project-iles, signataire de la scénographie, a mixé tous les possibles, de l'alignement de longues vitrines tables à la vitrine armoire en passant par le spectaculaire dédale de vitrines cloche et la forêt de colonnes mégalithes.

Bijou, mon beau bijou, montre qui je suis

De la médaille de baptême au piercing, de la haute joaillerie au collier de bonbons Look-a-look, des antiques couvre-seins iraniens au "Superbitch bag" de Ted Notan, l'exposition foisonnante repose sur une triade conceptuelle - identité, valeur, corps, et rite - . qui se réfère à des notions ressortant à des domaines différents telles la psychologie sociale, l'économie et la pratique individuelle qui, compte de leur superposition récurrente en la matière s'avère souvent redondante.

De plus, en raison de la polysémie du terme "bijou" et des symbolismes civilisationnels, parfois antinomiques, qui lui sont attachés, le parcours aussi docte que taxinomique impose au visiteur tant un examen attentif de chaque objet et de son appariement en résonance qu'un effort soutenu de synthèse pour repérer les finalités annoncées de l'exposition.

Par ailleurs, cette démarche active et critique permet de dégager deux pôles que sont les ruptures et les réécritures qui ont affecté le bijou tant esthétiquement qu'en terme d"élément de représentation sociale.

Les ruptures sont liées à la féminisation du bijou initialement réservé à la gent masculine avec un renversement radical lié à l'émergence de la bourgeoisie, et à sa démocratisation, des castes élitaires au vulgum pecus, avec l'apparition du bijou accessoire de mode en corrélation avec l'avènement de la haute couture et les paruriers du 20ème siècle et l'explosion du bijou de fantaisie au 20ème siècle avec e avec le prêt à porter et de la confection.

Les réécritures sont illustrées par les novations opérées qui interviennent en parallèle avec l'activité des maisons de haute joaillerie, et leurs pièces d'exception comme le prestigieux collier "Draperie" créé par la Maison Cartier en 1847 qui ont succédé aux artisans-orfèvres.

Dot l'apparition des bijoux d'artistes en édition limitée dans les années 1940 sous l’influence de l’orfèvre François Hugo en France, à partir des oeuvres de nombreux artistes de Picasso, Jean Cocteau et Dorothéa Tanning, et aux Etats Unis avec American Studio Jewelry, puis dans les années 1960 par le milanais Giancarlo Montebello avec, entre autres Lucio Fontana, Niki de Saint Phalle et Ugo Rondinone.

Celles-ci, tel le bijou de designer, s'inscrivent dans l’avant-garde bijoutière qui prend le nom de "bijou contemporain" et décodifie la valeur attachée au bijou par l'emploi de matières précieuses en détournant des matières ordinaires façon "low-tech" dans la filiation tant du bijou "artisanal" lié au mouvement mouvement Arts & Crafts de la fin du 19ème siècle anglais, que du bijou ethnique des années 1920 ou de l'esprit du Bahaus.

Ainsi, par exemple, Bernhard Schobinger utilise des goulots de bouteille comme Alexander Calder usait de tesselles de vaisselle

L'exposition est judicieusement introduite par l'immense regard en verre "The Birth of salt" de Jean-Marie Appriou, car tout est effectivement question de regard pour le bijou qui conjugue, selon des rapports différents, être, avoir et paraître et constitue essentiellement un support identitaire ostentatoire.

Et aux côtés de l'affichage ostentatoire d'une identification sociale collective et élitiste avec une caste et/ou une classe dominante, s'est progressivement instaurée un souci identitaire personnel.

Il se manifeste comme un signe d'appartenance communautaire, des dandys aux rappeurs en passant par les hippies et les bobos, de croyance au sens large du terme, de valeurs culturelles ou rituelles, sacrées ou profanes, et même sexuelles, avec dans une mini-salle obscure en "back-room", le bijou érotique et la superbe panoplie "The Boudoir Box" de Betony Vernon, qui navigue entre ostentation et spectacularisation.

D'autres approches réflexives peuvent guider le visiteur dont le répertoire de forme ou l'appariement formel, tel le voile de visage bédouine et l'"Optic Topic Mask" de Man Ray, ou par l'intégration des tendances actuelles par les joailliers pour les décliner en version de luxe.

A noter qu'une cinquantaine de manifestations, expositions, performances et conférences, se déroulera à l'automne dans des lieux publics parisiens dans le cadre du "Parcours Bijoux" ouvert aux créateurs de bijoux contemporains.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=