Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Breaking the wave
Dead Killer Story  (Autoproduit)  juin 2017

On dit souvent que la valeur n'attend pas le nombre des années, et loin de moi l'idée de remettre en cause le célèbre adage, mais il faut pourtant bien admettre que le temps est un élément souvent nécessaire et parfois crucial au correct mûrissement des projets et des oeuvres.

Justement, c’est d’un projet qui a mis du temps à éclore dont il est question ici : celui de Breaking the wave, le groupe de deux amis de longue date, Matthieu Malon et Joseph Mars.

A ces amis, il aura fallu de nombreuses années, plus d'une quinzaine, pour enfin finaliser leur premier véritable album baptisé d’un nom sonnant comme un coup de poing Dead Killer Story.

Le disque présente plusieurs particularités dont une majeure : il ne sortira qu'en version vinyle, et à 100 exemplaires. Pas de version cd ni digitale. Nous sommes bien en 2017, et on pourrait penser légitimement qu'il s'agit d'un suicide artistique à l'époque où la musique ne s'écoute presque plus qu'exclusivement via des plateformes en lignes. Au contraire, à mon sens, une telle démarche participe à une nouvelle tendance et est l’illustration d’une volonté farouche et un peu militante de redonner à l'écoute de la musique la valeur qu'elle aurait dû toujours garder. Cette valeur qui se perd depuis 20 ans, c'est-à-dire à une vraie pratique culturelle, active, qui demande un peu d'investissement, d’attention.

Redonner à l'objet disque l'importance qu'il mérite avec toute la sacralité qu’aime y consacrer le véritable amateur, est déjà un pari assez risqué. A la limite de la folie terminale. Mais l'élément le plus notable dans ce projet, et celui qui m’aura le plus interpellé avant la moindre écoute, est la pluridisciplinarité dans lequel il s'inscrit. L'addition croisée et complémentaire de la musique, de la vidéo, de l'illustration et de la narration.

Un objet, (le vinyle donc), une pochette belle et percutante (de l’illustrateur Mathieu Persan), un teaser vidéo (soigneusement filmé par Mélanie Dalsace) dans lequel les deux amis racontent la genèse de leur album.

Une histoire, comme le titre l'annonce, et il y en a bien une. Le groupe la résume ainsi : "Anton est un garçon complètement perdu. Désocialisé, a-sentimental et grand solitaire ; il trompe l’ennui par des rencontres érotico-numériques. Ses journées dans un bureau banal et son quotidien sont sans relief. Les années passées ainsi finissent par l’assommer. Pour épicer sa vie, il va commettre l’irréparable". La promesse narrative est déjà à elle seule l’espoir d’un contenu romanesque singulier.

Et la musique, puisqu'il faut bien en parler un peu dans une chronique musicale. Les références se situent assez naturellement vers le rock et la pop. C'est brut et percutant, et même si certains moments surprenants ne manqueront pas de vous interpeller, l'ensemble est d'une incroyable cohérence et la progression tout au long de l'album permet d’y entrer d’abord, de s’y plonger ensuite pour ancrer profondément l'auditeur.

Il n’est absolument pas question de calcul marketing ici, mais de sincérité, d’introspection et de travail menés avec une intelligence et une sensibilité remarquables.

Les bons groupes de rock en France se comptent sur les doigts d'une main, il est aujourd'hui une évidence absolue que Breaking the wave en fait désormais bien partie.

En attendant la sortie de l’album, plus d'infos sur la page facebook du groupe ou directement sur leur site, sur lequel vous pourrez pré-commander Dead Killer Story, dont la sortie est prévue à la fin de l’été 2017.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Breaking the wave
Le Tumblr de Breaking the wave

Crédits photos : William Martin


Rita Zarai         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=