Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Breaking the wave
Dead Killer Story  (Autoproduit)  juin 2017

On dit souvent que la valeur n'attend pas le nombre des années, et loin de moi l'idée de remettre en cause le célèbre adage, mais il faut pourtant bien admettre que le temps est un élément souvent nécessaire et parfois crucial au correct mûrissement des projets et des oeuvres.

Justement, c’est d’un projet qui a mis du temps à éclore dont il est question ici : celui de Breaking the wave, le groupe de deux amis de longue date, Matthieu Malon et Joseph Mars.

A ces amis, il aura fallu de nombreuses années, plus d'une quinzaine, pour enfin finaliser leur premier véritable album baptisé d’un nom sonnant comme un coup de poing Dead Killer Story.

Le disque présente plusieurs particularités dont une majeure : il ne sortira qu'en version vinyle, et à 100 exemplaires. Pas de version cd ni digitale. Nous sommes bien en 2017, et on pourrait penser légitimement qu'il s'agit d'un suicide artistique à l'époque où la musique ne s'écoute presque plus qu'exclusivement via des plateformes en lignes. Au contraire, à mon sens, une telle démarche participe à une nouvelle tendance et est l’illustration d’une volonté farouche et un peu militante de redonner à l'écoute de la musique la valeur qu'elle aurait dû toujours garder. Cette valeur qui se perd depuis 20 ans, c'est-à-dire à une vraie pratique culturelle, active, qui demande un peu d'investissement, d’attention.

Redonner à l'objet disque l'importance qu'il mérite avec toute la sacralité qu’aime y consacrer le véritable amateur, est déjà un pari assez risqué. A la limite de la folie terminale. Mais l'élément le plus notable dans ce projet, et celui qui m’aura le plus interpellé avant la moindre écoute, est la pluridisciplinarité dans lequel il s'inscrit. L'addition croisée et complémentaire de la musique, de la vidéo, de l'illustration et de la narration.

Un objet, (le vinyle donc), une pochette belle et percutante (de l’illustrateur Mathieu Persan), un teaser vidéo (soigneusement filmé par Mélanie Dalsace) dans lequel les deux amis racontent la genèse de leur album.

Une histoire, comme le titre l'annonce, et il y en a bien une. Le groupe la résume ainsi : "Anton est un garçon complètement perdu. Désocialisé, a-sentimental et grand solitaire ; il trompe l’ennui par des rencontres érotico-numériques. Ses journées dans un bureau banal et son quotidien sont sans relief. Les années passées ainsi finissent par l’assommer. Pour épicer sa vie, il va commettre l’irréparable". La promesse narrative est déjà à elle seule l’espoir d’un contenu romanesque singulier.

Et la musique, puisqu'il faut bien en parler un peu dans une chronique musicale. Les références se situent assez naturellement vers le rock et la pop. C'est brut et percutant, et même si certains moments surprenants ne manqueront pas de vous interpeller, l'ensemble est d'une incroyable cohérence et la progression tout au long de l'album permet d’y entrer d’abord, de s’y plonger ensuite pour ancrer profondément l'auditeur.

Il n’est absolument pas question de calcul marketing ici, mais de sincérité, d’introspection et de travail menés avec une intelligence et une sensibilité remarquables.

Les bons groupes de rock en France se comptent sur les doigts d'une main, il est aujourd'hui une évidence absolue que Breaking the wave en fait désormais bien partie.

En attendant la sortie de l’album, plus d'infos sur la page facebook du groupe ou directement sur leur site, sur lequel vous pourrez pré-commander Dead Killer Story, dont la sortie est prévue à la fin de l’été 2017.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Breaking the wave
Le Tumblr de Breaking the wave

Crédits photos : William Martin


Rita Zarai         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=