Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Download Festival #2 (édition 2017) - vendredi
  (The Charm the Fury - Hatebreed - Blink-182 - Gojira - Linkin Park - Skinny Puppy)  vendredi 9 juin 2017

Le premier jour d'un festival est parfois sous le signe du tâtonnement... Et ce Download Festival France version 2.0 n'a, pour cela, pas échappé à la règle. Si tout vient à point à qui sait attendre, deux heures pour faire cinq petits kilomètres et accéder à l'immense site de la BA217, fut une expérience un peu rude... Pourtant, l'organisation est visiblement là. On en conclut à la ruée vers le metal (attention, jeu de mots) et au manque de baraka. Bienvenue à Bretigny-sur-Orge !

Le deuxième drame de la journée consiste à répertorier les groupes déjà ratés en raison de ces filandreux bouchons (et ça fait déjà beaucoup, et on rage quand même encore un peu). Autrement dit, ça commence plutôt mal pour nous, vu que tombent aux oubliettes Mallory Knox, The Cadillac Three, Raveneye, Kverlertak et Dagoba (ça fait mal, quand même).

Du coup, jamais deux sans trois, le nouveau drame de la journée arrive dans la foulée : Blink-182, pas de photos, Linkin Park, pas de photos. Comprendre : pas de photos pour les petits médias qui ne paraissent pas faire la pluie et le beau temps dans ce merveilleux monde de la musique. Et là, imaginez le regard interloqué de la centaine de photographes accrédités qui n'auront pas, tout comme moi, accès à la fosse pour ces deux groupes...

Comme on a appris à lâcher prise, parce que c'est à la mode, à prendre du recul, parce qu'il est paraît que c'est nécessaire dans la vie, on prend sur soi et on décide d'aller voir, sur la "spitfire stage", quatrième et plus petite scène du site, The Charm the Fury – et c'est tant mieux, parce qu'ils se défendent joliment bien. Caroline Westendorp, chanteuse au charisme indéniable, a la beauté brute d'un animal sauvage et le sourire sincère d'une jeune première : en tous les cas, la voix – claire ou saturée – suit, l'énergie scénique aussi, et c'est exactement ce que le public attendait pour oublier, d'un headbang généreux, les affres de son arrivée sur site. On découvre un parterre de connaisseurs, à l'oreille affûtée, qui scandent les paroles sans retenue de ce nu metal plutôt bien pensé. Depuis, on écoute en boucle leur dernier album, The Sick, Dumb and Happy (2017)...

Enthousiaste, on court, sur la "warbird", troisième scène du site, voir les incontournables Hatebreed – même si on change radicalement de style, on est dans le même label Nuclear Blast qui semble fournir de bonnes adresses musicales. On entre en effet dans le hardcore craché, gras, rageux, porté par un Jamey Jasta plus agressif que jamais. Au vu du public amassé sous devant les crash-barrières, on comprend que sur ces trois jours, c'est ici, sur les "petites" scènes que tout va se passer, en terme d'ambiance et de découvertes. Juste pressentiment.

Blink-182, qu'on décide quand même d'aller voir histoire de dire qu'on les a vus, c'est un peu la nostalgie qui part en vrille, le passé qui nous fait honte au présent... Parce qu'il faut bien se l'avouer, ça a quand même trèèèès mal vieilli. Matt Skiba et Mark Hoppus ont beau garder l'attirail "Blink" – pantalon rayé, grattes vertes, cheveux dressés sur la tête, etc., quelque chose est bel et bien perdu. On soupire, et on s'en va.

De fait, puisqu'on monte en puissance depuis le début, la claque de la soirée est à la fois prévisible et salvatrice : vous avez bien compris, je vous parle de Gojira. Pour résumer sans se fatiguer, nous dirons : gros groupe, grosse scène, gros son. Une explosion de colère et puissance, le tout face à la poésie paradoxale d'un coucher de soleil, et d'un public enfin clairement réceptif à la musique qu'on lui offre. Gojira sait, d'un revers de riff aussi technique qu'entêtant ou d'un film en background parfaitement intégré aux morceaux, fasciner. Vivement les Eurocks, pour profiter encore de ce "Magma Tour" sans faux pas...

On ne sait si c'est l'heure, la programmation, le temps, la configuration des planètes, mais le site paraît désert – on ne dira pas la même chose le lendemain... – et malgré tout peu motivé. Ce que nous confirme le début du concert de Linkin Park. Public immobile et bouche bée devant la pop gracile et éthérée d'un Linkin Park qui a bien, bien changé. Et là, on se rend compte d'abord que l'on a vieilli, ensuite que programmer des groupes anciens peut être à double tranchant. Il faut dire que One More Light, leur dernier album, annonçait clairement la donne commerciale et que le début du set lui est fondamentalement dédiée. Moralité : huées du public, départs vers les bars après les quelques premiers morceaux sont un terrible indicateur du "fail" de la soirée... Il paraît qu'une amélioration – lire : d'anciens titres – si firent entendre vers la fin du set. On n'a pas tenu jusque là. Le dossier de presse du festival parlait d'un son entre "rap et nu metal" : on cherche encore. Une lourde déception.

On passe, pour finir, faire un tour du côté de Skinny Puppy, histoire de goûter au plaisir du grand n'importe quoi. Au moins, on y trouve du spectacle sur scène, de l'ambiance dans le public, et un vrai son bien à soi, mélange incongru et tout à fait mythique de noise rock et d'electro-indus, le tout dans une mise en scène hypnotisante, mimant la folie avec un réalisme... bluffant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Download Festival en concert à Download Festival
Download Festival en concert à Download Festival - Samedi 11 juin 2016
Download Festival en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
Download Festival en concert à Download Festival #2 (édition 2017)
Download Festival en concert à Download Festival #2 (édition 2017) - samedi
Download Festival en concert à Download Festival #2 (édition 2017) - dimanche
Download Festival en concert à Download Festival (dimanche 11 juin 2017)
Hatebreed en concert au Festival Fury Fest 2004 (vendredi)
Hatebreed en concert au Nouveau Casino (11 octobre 2004)
Gojira en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Gojira en concert au Festival Class'Rock 2006
Gojira en concert au Festival Europavox 2015 - Dimanche 24 mai
Gojira en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet
Skinny Puppy en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)

En savoir plus :
Le site officiel du Download Festival
Le Facebook du Download Festival

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=