Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Benjamin Booker
Witness  (Rough Trade / Beggars)  juin 2017

Benjamin revient. Il est devenu un homme, témoin ("Witness") de sa propre aptitude à évoluer dans un genre qui paraît épuisé : le blues. Il le jouait, jusqu'alors, avec la fougue d'un jeune punk en vadrouille dans le sud américain, ce qui lui a permis de voyager dans le monde entier avant de rentrer se poser chez lui, de changer son jean usé contre un pantalon neuf, et d'enfiler un costard, celui des vrais soulmen qui ont trouvé la lumière.

Car son nouvel album est lumineux. A croire qu'il a vu Jesus. De toute façon, pour jouer ce genre de musique, il faut toujours avoir God on his side, pas vrai mec ?

Benjamin Booker a maintenant la trempe des types qui savent transmettre les valeurs du jeu, du souffle, du bois et des lampes, celle des bourlingueurs comme Jack White ou Dan Auerbach. Cette fois, il pourrait aisément prétendre à la place d'outsider #1 tellement il apporte un vent de fraîcheur et d'authenticité à une musique qui ne demande qu'à être bien jouée, entretenue, respectée. Le rock n' soul à l'état pur.

"Am I gonne be a witness ?", chante-t-il tel un prédicateur, en duo avec la légendaire Mavis Staples. Cette chanson est un des dix joyaux de son nouvel album, magnifiquement produit par Sam Cohen dans les environs de New York, mais on peut y sentir la chaleur moite du bayou, l'odeur du poulet grillé à la sortie de la messe au fond d'une ruelle de New Orleans.

Le son des guitares, des choeurs gospel ou des cordes sont comme des appels à la prière, magnifiquement bien enregistrés et transmis. C'est un grand disque de blues, ce genre de blues qui a suffisamment de coffre pour s'aventurer du côté de la soul, du rock n' roll et du punk-rock ! Car Benjamin tabasse toujours autant, croyez-en sa ferveur. Sa voix rauque laisse échapper un souffle large comme le détroit du Mississippi, un souffle d'alligator serein nourri par sa foi.

Toutes les chansons sont bonnes. Je ne sais laquelle mettre en avant, et peu importe : c'est une suite de réussites. Le solo de guitare dans "Motivation", posé sur un tapis de violons, m'a donné des frissons. La fin de "Off the ground" m'a rempli d'électricité, tellement qu'en l'écoutant au casque dans le métro, je me suis levé d'un bond pour laisser mon corps se déhancher contre la barre centrale. Une barre autour de laquelle je pourrais faire une pole dance en écoutant l'extra-sensuel "The slow drag under". L'ombre de Lenny Kravitz plane au-dessus de "Carry", et c'est un compliment, j'adore Lenny. Et si le final "All was well" annonce un prochain album autant habité par la grâce, alors sois sûr, cher Benjamin, que je te retrouverai sur le chemin de ta belle destinée.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Benjamin Booker
Le Soundcloud de Benjamin Booker
Le Bandcamp de Benjamin Booker
Le Facebook de Benjamin Booker


Antoine "Zebra" Minne         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=