Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Faut qu'ça guinche
J'ai embrassé un punk  (Rue Stendhal)  mai 2017

Bien le bonjour lecteur !

Tu sais que tu as bien failli ne jamais lire cette chronique ? Pourquoi ? Eh bien figure-toi que Médor, mon petit clébard qui mâche des nains de jardin a bouffé la clé USB sur laquelle se trouvait cette brillantissime chronique !

Et puisque nous sommes dans les confidences, je n’ai pas toujours écouté du rock ou du punk, pas plus que du blues… Ma "carrière" de musicien a commencé dans un petit orchestre musette. J’avais 13-14 ans et histoire de gagner un peu d’argent de poche pour me payer des cassettes (j’invite les plus jeunes d’entre vous à vous munir d’un dictionnaire de vieux français pour les mots anciens de cette chronique) d’un artiste français dont je tairais le nom ici.

Bref, je montais et démontais la batterie, je faisais les percussions (tambourin et castagnettes) et j’avais un rôle d’intermédiaire entre le public (de charmants petits vieux venus guincher et le reste de l’orchestre, à savoir le batteur qui n’était autre que mon daron et l’accordéoniste).

Tu n’imagines pas les dimanche après-midi de folie que j’ai pu passer dans ces thés dansants. Et je vous assure que tout cela est vrai. Si si. Maintenant je vous laisse deviner mon âge. Bref.

Un jour, j’ai eu mon premier album de rock et depuis je cherche les groupes qui vont me transporter. Et crois-moi, Faut qu’ça guinche fait partie de ces groupes. Le nom m’a accroché et le titre J’ai embrassé un punk a fini d’attiser ma curiosité. J’adore ces groupes qui allient le rock et ses instruments avec le côté musette folklorique et les instruments comme l’accordéon, le violon.

Faut qu’ça guinche utilise cette recette depuis 10 ans et nous offre un rock original, engagé et les 6 Grenoblois nous proposent aujourd’hui 15 pépites sur le bien nommé J’ai embrassé un Punk. Je ne vais pas ouvrir un débat sur ce qui est punk ou non. Le titre est bienvenu et Faut qu’ça guinche derrière un titre festif et faussement désinvolte est un groupe engagé.

Je t’invite à écouter "Si Proche", qui traite des migrants et de leur accueil chez nous ou "Superficiel", et que dire de "Ferraille", très poétique ou encore "Malins et Motivés", titre entraînant tout comme "Le bistrot du village" qui aborde le triste sujet de la désertification de nos campagnes… Faut qu’ça guinche parle de l’humain, de ses failles, sa vulnérabilité et un titre comme "Le bal d’été", ou encore "Au bord de l’eau" en sont deux parfaites illustrations.

Le groupe se veut punk rock, avec des guitares bien plus présentes sur cet album, mais sans perdre ce côté musette et la valse et par exemple des touches de zouk dans "Le petit paysan" (qui m’évoque Mandrin, mais pour des Grenoblois est-ce un hasard et avec juste ce qu’il faut d’humour et d’insolence pour dénoncer), mais aussi du celt-trad ou même du hip-hop.

L’été arrive, avec lui son lot de barbecues, de pique-niques entre amis, les filles en robe légère (mais je m’égare) qui rient et les garçons qui échangent quelques blagues en sirotant qui une bière, qui un petit rosé bien frais (attention la consommation d’alcool toussa toussa) et puis les saucisses mayo… Bref, tu vois ces soirées avec des lampions qui éclairent, le chant des oiseaux ou des cigales.

Alors pour que le décor soit encore plus parfait, met l’album de Faut qu’ça guinche et savoure juste ce fabuleux moment festif et découvre ces 15 titres juste extraodinaires.

Allez, je file chercher ce satané Médor.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Faut qu'ça guinche
Le Soundcloud de Faut qu'ça guinche
Le Facebook de Faut qu'ça guinche


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=