Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Faut qu'ça guinche
J'ai embrassé un punk  (Rue Stendhal)  mai 2017

Bien le bonjour lecteur !

Tu sais que tu as bien failli ne jamais lire cette chronique ? Pourquoi ? Eh bien figure-toi que Médor, mon petit clébard qui mâche des nains de jardin a bouffé la clé USB sur laquelle se trouvait cette brillantissime chronique !

Et puisque nous sommes dans les confidences, je n’ai pas toujours écouté du rock ou du punk, pas plus que du blues… Ma "carrière" de musicien a commencé dans un petit orchestre musette. J’avais 13-14 ans et histoire de gagner un peu d’argent de poche pour me payer des cassettes (j’invite les plus jeunes d’entre vous à vous munir d’un dictionnaire de vieux français pour les mots anciens de cette chronique) d’un artiste français dont je tairais le nom ici.

Bref, je montais et démontais la batterie, je faisais les percussions (tambourin et castagnettes) et j’avais un rôle d’intermédiaire entre le public (de charmants petits vieux venus guincher et le reste de l’orchestre, à savoir le batteur qui n’était autre que mon daron et l’accordéoniste).

Tu n’imagines pas les dimanche après-midi de folie que j’ai pu passer dans ces thés dansants. Et je vous assure que tout cela est vrai. Si si. Maintenant je vous laisse deviner mon âge. Bref.

Un jour, j’ai eu mon premier album de rock et depuis je cherche les groupes qui vont me transporter. Et crois-moi, Faut qu’ça guinche fait partie de ces groupes. Le nom m’a accroché et le titre J’ai embrassé un punk a fini d’attiser ma curiosité. J’adore ces groupes qui allient le rock et ses instruments avec le côté musette folklorique et les instruments comme l’accordéon, le violon.

Faut qu’ça guinche utilise cette recette depuis 10 ans et nous offre un rock original, engagé et les 6 Grenoblois nous proposent aujourd’hui 15 pépites sur le bien nommé J’ai embrassé un Punk. Je ne vais pas ouvrir un débat sur ce qui est punk ou non. Le titre est bienvenu et Faut qu’ça guinche derrière un titre festif et faussement désinvolte est un groupe engagé.

Je t’invite à écouter "Si Proche", qui traite des migrants et de leur accueil chez nous ou "Superficiel", et que dire de "Ferraille", très poétique ou encore "Malins et Motivés", titre entraînant tout comme "Le bistrot du village" qui aborde le triste sujet de la désertification de nos campagnes… Faut qu’ça guinche parle de l’humain, de ses failles, sa vulnérabilité et un titre comme "Le bal d’été", ou encore "Au bord de l’eau" en sont deux parfaites illustrations.

Le groupe se veut punk rock, avec des guitares bien plus présentes sur cet album, mais sans perdre ce côté musette et la valse et par exemple des touches de zouk dans "Le petit paysan" (qui m’évoque Mandrin, mais pour des Grenoblois est-ce un hasard et avec juste ce qu’il faut d’humour et d’insolence pour dénoncer), mais aussi du celt-trad ou même du hip-hop.

L’été arrive, avec lui son lot de barbecues, de pique-niques entre amis, les filles en robe légère (mais je m’égare) qui rient et les garçons qui échangent quelques blagues en sirotant qui une bière, qui un petit rosé bien frais (attention la consommation d’alcool toussa toussa) et puis les saucisses mayo… Bref, tu vois ces soirées avec des lampions qui éclairent, le chant des oiseaux ou des cigales.

Alors pour que le décor soit encore plus parfait, met l’album de Faut qu’ça guinche et savoure juste ce fabuleux moment festif et découvre ces 15 titres juste extraodinaires.

Allez, je file chercher ce satané Médor.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Faut qu'ça guinche
Le Soundcloud de Faut qu'ça guinche
Le Facebook de Faut qu'ça guinche


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=