Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ana, mon amour
Calin Peter Netzer  juin 2017

Réalisé par Calin Peter Netzer. Roumanie/Allemagne/France. Drame. 2h07 (Sortie le 21 juin 2017). Avec Mircea Postelnicu, Diana Cavaliotti, Carmen Tanase, Vasile Muraru, Tania Popa, Caras Romanov, Adrian Titieni et Vlad Ivanov.

On va se répéter, mais, une fois encore le cinéma roumain fait preuve de son extrême vitalité et de sa surprenante diversité.

Il y a trois ans, on avait souligné l'intérêt du précédent film de Calin Peter Netzer, "Mère et fils", avec "Ana, mon amour", il récidive et s'inscrit désormais aux côtés des autres grands noms de la cinématographie roumaine.

L'histoire de Toma et d'Ana, deux étudiants qui se rencontrent peut-être trop tôt, est contée ici avec une grande force clinique et, pour une fois dans le cinéma roumain, sans craindre de mettre en évidence les clés psychanalytiques, voire de jouer avec, en compagnie d'un vrai praticien...

Toma, cheveux longs, intellectuel, tombe amoureux d'Ana, une fille fragile mais vive et vite en osmose avec lui... Mais le temps fait son œuvre, et lorsque l'enfant paraît, apparaissent les réalités d'Ana, se débattant toujours à coups de Lexomil avec une enfance chaotique.

La bataille de Toma avec le mal-être d'Ana va construire de travers une relation partie pour être une belle histoire d'amour. Entre flash-back et vie post-étudiante, on suit le couple prendre sa place dans la société. Toma a une calvitie précoce de journaliste à l'ancienne, alors qu'Ana devient blonde, cheveux coupés au bol et boulot dans la com. Rien ne se résout, tout se complique et se délite.

"Ana, mon amour" de Calin Peter Netzer a un léger goût bergmanien, celui des "Scènes de la vie conjugale". Et l'on se dit soudain que c'est bien rare un cinéaste qui en reviennent aux fondamentaux du génial Suédois.

Ici, de nouveau, on rêve et on cherche une explication aux rêves quand ils vont trop loin lorsqu'on y tue l'autre par accident.

La vie est lente et chaque moment ajoute un élément au dossier à charge du partenaire. Divorcera-t-on ? Se trompera-ton ? Se reconstruira-t-on ? Ou bien ne finira-t-on plus que par être l'observateur privilégié de soi-même, allongé tous les jeudis chez un psy à 40 euros, à jouer avec lui au jeu de l'interprétation des rêves ?

"Ana, mon amour" de Calin Peter Netzer est un film virtuose sur ce que s'aimer veut dire. Tous les éléments s'imbriquent sans nécessairement coïncider. Jouant avec les êtres et leurs âmes,le réalisateur s'amuse à construire un drame post-moderne qui a le toupet de convoquer les grands maîtres oubliés du cinéma cérébral, Antonioni et Bergman.

On n'a pas fini de parler de Calin Peter Netzer et de son cinéma qui n'a pas peur d'affronter des spectateurs qui n'ont plus l'habitude des trafics et des transferts de sentiments sur grand écran.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Fleuret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=