Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Shaga
Théâtre des Barriques  (Avignon)  juillet 2017

Comédie dramatique de Marguerite Duras, mise en scène de Hervine de Boodt, avec Antoine Sastre, Catherine Giron et Hevine de Boodt.

En 2017, on avait pu voir à La Reine Blanche un spectacle "Duras de tout... de rien... de rien du tout" dans lequel Claire Deluca, créatrice notamment du "Shaga", et Jean-Marie Lehec reprenaient des textes écrits par Marguerite Duras avant qu'elle trouve sa voie définitive au théâtre, celle de ses chefs d'oeuvre, comme "Des journées entières dans les arbres" ou "Savannah Bay".

C'est au tour d'Hervine de Boodt de s'emparer de cette Duras mal connue. A la différence de Claire Deluca et de Jean-Marie Lehec, elle a préféré donner intégralement une seule des courtes pièces absurdes de l'auteur de "L'Amant".

"Le Shaga", pour ceux qui l'ignorent, appartient à cette période où Duras, pure auteure "Minuit", subissait l'influence des dramaturges de la maison de Jérôme Lindon, à savoir, bien sur, Samuel Beckett, mais aussi, entre autres, Robert Pinget.

Il faut donc s'attendre à être déconcerté par ce qui se joue dans "Le Shaga", sur la scène vide où s'agitent trois personnages aux noms de "lettres : A, H et B, qui se trouve être aussi "le shaga", un étranger à la langue particulièrement absconse. A et H vont s'évertuer à comprendre et/ou traduire ce que dit le Shaga. H, revêtu ici d'une veste et d'un pantalon d'un jaune-vert qui se remarquerait de loin, tient en main, pour ne rien arranger, un jerrycan, par ailleurs troué.

Hervine de Boodt s'est délectée de ce texte sans queue ni tête et, contrairement à la mise en scène choisie par Claire Deluca et Jean-Pierre Lehec, a voulu que ces trois personnages soient toujours en mouvement, s'agitent et se dépensent sans compter.

On préviendra le spectateur qui s'attend à du "Duras durassien" que, dans les coqs-à-l'âne du trio du "Shaga", il n'en trouvera aucun écho.

En passant cinquante minutes dans l'univers déjanté du "Shaga", on s'interrogera donc sur le cas unique d'un écrivain qui a pu à ce point "zapper" son premier style théâtral. Même si, en se remémorant la longue carrière de Marguerite Duras, on ne peut pas dire qu'elle ait jouée toujours le réalisme. Qu'on se souvienne du film "La Musica" ou encore plus significativement des "Enfants", on n'est pas persuadé qu'elle est définitivement tournée la page de l'humour loufoque du "Shaga".

Quoi qu'il en soit, Hervine de Boodt et ses deux acolytes, Antoine Sastre et Catherine Giron, ont réussi à redonner vie à un texte de Marguerite Duras qui appartient à une époque bien spécifique, celle d'avant sa petite musique où l'écriture prend le dessus sur la réplique. Au contraire, "Le Shaga" implique un ping-pong vif entre acteurs dont il faut vite prendre la mesure si l'on veut saisir toutes les finesses de la partie jouée par les trois comédiens cités.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=