Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Europavox 2017 - samedi 1er juillet
Soul Béton - -M- - Them Moose Rush - The Noise Figures - Le Roi Angus - Frustration - Shame  (Clermont-Ferrand)  du 29 juin au 2 juillet 2017

Prolégomène : y a-t-il un public plus ouvert, sympathique, souriant et avenant qu'à Europavox ? Je ne sais. Mais en tous les cas, c'est dans ce festival, et exclusivement dans celui-ci, que les rencontres sont les plus faciles et les plus polyglottes. Et les découvertes musicales les plus radicales, comme on va le voir.

Tout commence pour moi le samedi avec Europakids, un moment en général très drôlatique, où de petits êtres nommées "enfants", les oreilles chaussées de casques fluorescents et ballottants, crient, de voix dignes des personnages de Disney, de zézayantes choses à un groupe de musique spécialement venu pour eux. Il est vrai que, l'an dernier, The Wackids, je le concède sans honte, eut une telle gloire auprès de ce public capricieux que mes attentes cette année étaient décuplées. D'où cette douce-amère déception face à Soul Béton : non pas que le spectacle proposé était de basse qualité, mais l'histoire narrée, les textes, et les références diverses qui y étaient disséminées, le style peut-être, mélangeant groove-soul-funk-rap, ont échappé, me semble-t-il, aux impitoyables mômes... Quelques temps morts et la pluie ont malheureusement fait le reste.

Alors que les fanatiques de -M- font déjà la queue devant le Polydôme, je fais mon premier petit tour à l'espace pro, pour assister à la présentation des sets du jour, par les groupes eux-mêmes. Excellente idée, qui permet de côtoyer l'artiste, mais surtout de nourrir son opinion autrement qu'avec un pâle et glacé dossier de presse... Et d'apprécier, une fois encore, la capacité de ce festival à dénicher, grâce à d'érudits chasseurs de groupes de musique à travers l'Europe, quelques pépites...

Cas concret : Them Moose Rush qui, en dépit de l'heure précoce, a littéralement tout déchiré sur la scène de la Factory. Entre une présence bien ancrée, une technique bien trempée, et un son hyper-saturé jouant avec tous les possibles du rock – progressif, garage, fusion –, ces trois Croates ne sont pas seulement à écouter, mais également à programmer. Attention, leur premier album sort cet automne...

On sait désormais que l'on va passer une très bonne soirée, d'autant que la Petite coopérative, salle plus chaleureuse que jamais, accueille une soirée "Garage Club" qui promet... Et qui commence par The Noise Figures, groupe de fuzz rock né à Athènes en 2012, et qui envoûte grâce à des tracks tantôt garage, tantôt psyché, et un scénique tout en implication. Les deux acolytes, l'un à la batterie, l'autre à la guitare (une sombre Gibson prêtée, la sienne ayant été honteusement perdue par Air France...), font mouche et s'écoute en boucle depuis...

Comme je n'ai ni peur du grand écart musical, ni de la nouveauté, je tente Le Roi Angus, avec, peut-être, je l'avoue, une certaine crainte. Les petits Suisses, très entourés médiatiquement depuis quelques mois, pratiquent une musique qui, en général, ne me "parle" pas, si cet impressionnisme est ici permis. Pourtant, je me suis assez rapidement laissée prendre par des textes – en français, s'il vous plaît, ce qui tient aujourd'hui de la gageure évidente – bien écrits (et seuls les vrais savent combien cela sous ma plume est rare), portés par une voix à la justesse surprenante, et sous-tendue par une pop planante mais pas cul-cul, puisqu'elle ne surfe pas avec la facilité. C'est finalement cette complexité, forcément synonyme de recherches et de maturité pour un groupe encore jeune, qui m'a séduite. Sorte de mélange entre Feu Chatterton en moins affirmé et de Frànçois and The Atlas Mountains qui aurait paumé son synthé, Le Roi Angus est, ce me semble, un groupe à suivre, en espérant qu'ils surnageront, grâce à d'ingénieux tours de force musicaux dont ils semblent capables, dans le bain déjà bien saturé de la pop dite tropicale, et de ses avatars synthétiques (artificiels ?).

Retour au Garage Club, pour admirer la classe toute mafieuse des membres de Frustration. Leur post-punk n'a pas pris une ride depuis 2002, et ça commence à sentir la bière et la sueur sévère. Le set est tout bonnement parfait, c'est-à-dire délirant autant que bien mené, et Empires of shame, sorti en 2016, est depuis gravé dans mes tablettes...

[PAS DE PHOTO Pour M, Auguri ne veut pas de photo... pourquoi ? on ne sait pas.]

Changement radical de ton, d'état d'esprit et de message. Lamomali, dernier projet de Matthieu Chédid, devrait être inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, regardé par tous les élèves de France et de Navarre, tant ce set est un spectacle d'utilité publique et éthique. Merveilleux -M-, toujours aussi envoûtant, énergique, drôle, brillant, empathique avec ses musiciens ; merveilleux musiciens, en accord parfait avec leur M(aître) loyal et leur public. Un moment intense de communion, qui rappelle que la musique est avant tout fondement de la culture, personnelle comme universelle, et pas seulement simple outil de divertissement. Un grand merci.

Dernier revirement de la soirée, dernier bain de foule extatique, nouvelle claque dans la figure, les petits anglais de Shame et leur rock très, très sale, éructé par un Charlie Steen torse nu et dégoulinant, oubliant qu'il est arrivé en béquilles avec un pied visiblement amoché, bref, on se croirait dans un pub de Brixton, d'où Shame est originaire, à l'ère se côtoyaient, sans postures, le rock'n'roll et le "no limit". Une pure merveille.

Comme toujours, Europavox tient ses promesses – je ne compte plus, depuis trois ans, les montées d'adrénaline devant des groupes désormais bien ancrés dans la scène internationale, et toujours aussi bons à écouter. Cette édition aura encore été de belle qualité, avec une mention spéciale pour ce samedi qui aura définitivement rompu le petit doute né la veille. Un grand merci à Lola et Léa, de la Coopérative de Mai, pour les pass et la gentillesse, et un grand salut à ma petite équipe de photographes préférée...

 
##Soul Béton##\r\n##-M-##\r\n##Them Moose Rush##\r\n##The Noise Figures##\r\n##Le Roi Angus##\r\n##Frustration##\r\n##Shame##\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel du Festival Europavox
\r\n Le Facebook du Festival Europavox

\r\n

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=