Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madame Robert
Interview  (Saint Symphorien sur Coise)  samedi 8 juillet 2017

A l'occasion de leur passage au festival La Croisée des Chap's dans le Rhône, à la limite de la Loire, notre chroniqueur Cyco Lys s'est entretenu avec Madame Robert, ce "super groupe" formé par des anciens de Lofofora et Parabellum.

Votre nom est-il un hommage à Madame Robert le titre de Nino Ferrer ou bien au groupe Madame Robert (devenu depuis les Jambons) ?

Reuno : Plutôt oui. On en avait entendu parler, ils ont fait peu de temps. Moi j’ai pensé à ce nom par rapport à la chanson de Nino Ferrer.

Stef : C’est plus un clin d’œil qu’un hommage d’ailleurs.

Reuno : Et après en cherchant sur le net j’ai vu qu’un groupe avait eu ce nom mais que personne ne s’en souvenait, sauf toi apparemment.

J’ai fait comme vous en fait.
Pour ceux qui ne vous connaitrait pas, et il y en a peut-être, Reuno c’est Lofofora, Xa Mesa et Stef Zen c’est Parabellum, mais Léa et Julien d’où venez-vous ?

Léa : Moi j’ai tourné plusieurs années avec une artiste qui s’appelle Nina Van Horn. Mon univers c’est plutôt de la soul, du blues, du rock.

Comment vous est venue l’idée de créer Madame Robert et de faire du Rythm and Blues ?

Stef Zen: On s’est réuni sur le Bal des Enragés à faire des jam et on s’est retrouvé dans ce style.

Xa Mesa : Reuno fait des afters sur le Bal des Enragés, il est plus ou moins DJ et c’est toujours des afters bien prolongés et il arrive à faire danser toute cette bande de fou jusqu’à pas d’heure.

Reuno : C’est surtout de la musique à tambourin comme dit Vx de Punish Yourself. Plutôt Soul, Rythm and blues, des trucs qui bouge !

Le premier titre qui est diffusé sur Soundcloud est à l’opposé de ce à quoi on pourrait s’attendre…

Reuno : C’est sûr qu’il y a deux mecs qui étaient dans Parabellum, un de Lofofora, mais ce n’est ni un mélange des deux, ni un truc entre les deux.

Comment se passe la composition ?

Reuno : On a fait pas mal d’atelier avec Julien et Stef, comme ça. Le batteur habite très loin et à l’époque Léa ne nous avait pas encore rejoints. Donc en atelier chez Stef, chacun amène un petit gimmick, une ligne de basse, Julien est venu avec des bribes de morceaux, moi j’enregistrais des trucs comme ça sur mon téléphone…

Stef Zen : souvent des lignes de basse…

Léa : C’est vrai ?

Reuno : ouais des trucs genre doum doum doum

(Rires)

Xa Mesa : et ça devient des chefs d’œuvres !

(Rires)

Julien : Les chansons ont tenait à les faire comme, personne n’est venu avec un truc fini de A à Z justement, c’était intéressant de voir comment les idées des uns et des autres allaient évoluer.

Reuno : Du coup tu le vois éclore sous tes yeux le truc, c'est-à-dire, on avait plus ou moins une piste de ce que l’on avait envie de faire, après on n’avait pas une idée précise de ce que cela allait donner.

Stef Zen : Pendant des jam aussi, Reuno des fois dit « tiens j’aimerais bien un titre un peu plus rapide, qui danse » et on met plus de tempo.

Reuno : C’est hyper collectif surtout

Stef Zen : On enregistre toutes les répètes aussi, pour garder une trace de ce que l’on a fait, parce qu’une heure ou deux après tu ne te rappelles plus de tout précisément.

Quelles sont vos inspirations musicales (à noter les tee-shirts John Lee Hooker ou Chuck Berry) ?

Xa Mesa : Le rap

Reuno : Gradur et Booba sont nos inspirations principales… Non, ça va de Nino Ferrer et tous les sons sixties, la Stax et un peu la Motown bien qu’on ait plus un penchant pour les groupes du sud sur Madame Robert, Wilson Pickett, moi je suis un grand fan d’Edwin Starr, des débuts et puis même ce mec a fait plein de trucs bien. C’est un mec que j’aime beaucoup. Après il y a des choses plus actuelles comme faisaient un peu les Black Keys, tu vois, leur son un peu « neo vintage » j’aime aussi beaucoup Alabama Shakes.

Julien : Beaucoup de Rock’n’Roll aussi, Chuck Berry

Reuno : Après venant plutôt du Rock ça se sent qu’on n’est pas des puristes du Rythm and Blues au niveau de l’énergie qu’on y met.

Xa Mesa : Y’a pas un cahier des charges hyper rigoureux, ça nous plait déjà.

Reuno : on n’a pas la prétention d’avoir réinventé la poudre

(Rires)

Est-ce que le casting du groupe et la provenance de groupes plus connu vous ouvre des portes plus facilement ?

Reuno : La preuve, ça ouvre la porte des chapiteaux déjà. Ici ils étaient intéressés de nous programmer en ayant juste entendu parler du projet et en ayant entendu aucun morceau.

Xa Mesa : On a un capital sympathie qui est bien installé.

Stef Zen : Maintenant, il y a nos références mais ça peut être à double tranchant et les gens peuvent s’attendre à venir voir quelque chose de plus Rock, plus Punk, plus Métal, voilà, mais ce n’est pas du tout ça et on essaye de crier très fort à ce qu’ils ne s’attendent pas à entendre L’œuf ou La bombe et Moa etc. (NDLR : Des titres respectivement de Lofofora et Parabellum pour les rares qui ne connaitraient pas)

Reuno : Il n’y aura pas de reprises de Lofo ou de Parabellum dans Madame Robert !!

Xa Mesa : Ah bon ? (Rires) Ah mince (Rires, Xa Mesa fait mine de s’éclipser)

Stef Zen : Il n’est pas question qu’il arrive la même chose qu’à Schultz à l’époque des Tontons Flingueurs où les mecs venaient le voir en croyant voir du Punk, alors que ça n’avaient rien à voir et ils déchiraient leur tee-shirt devant lui… Parce que c’était du swing et que ça n’avait rien à voir avec l’univers de Parabellum. On essaye de sortir du circuit habituel pour qu’on ne se retrouve pas sur des festivals en première partie de Tagada Jones…

Quand on arrive sur votre page Facebook, on sait parfaitement à quoi s’attendre !

Stef Zen : Très bien. Même si nous serions très contents de jouer avant Tagada Jones !! C’est des copains.

Reuno : on a de quoi jouer avec des groupes plus axés sur la chanson, plus axés sur le groove, le Rock.

Est-ce que c’est facile de concilier vie professionnelle et vie de famille ?

Reuno : demandes à Léa… Elle a deux maris

Léa : Et cinq amants ! (Rires)

C’est bien ça pour programmer la tournée du coup !

Reuno : Faut avoir un bon planning programmeur !!

Stef Zen : il faut aussi avoir un bon ou une bonne co-pilote

Reuno : ouais c’est ça !

Léa : Il faut que l’autre comprenne que c’est ta vie

Reuno : Comme tous les gens qui ont un métier où ils voyagent que ce soient les marins ou les représentants en cuisine Vogica (Rires) C’est comme tout. Il y a des gens pour qui c’est dur de bosser ensemble. Après c’est…

Stef Zen : On a aussi des plages de libres et le début de semaine c’est un peu moins pris

Reuno : Tout le monde à trouvé son pied…

Vous avez tous l’air épanoui…
Comment réagissez-vous aux critiques négatives, tant professionnelles que personnelles ?

Reuno : Pour l’instant il n’y en a pas eu

Alors, pas que concernant Madame Robert…

Reuno : Alors moi je n’ai pas de Facebook personnel. Après quand tu as un disque qui sort, évidemment tu as envie d’aller voir ce que les gens en disent, mais il faut prendre ça avec du recul. Aujourd’hui, et y’a une chanson de Madame Robert qui parle de ça, qui s’appelle Bla Bla, qui prend le contre-pied sur le fait que tous le monde a un avis sur tout et tu as des milliards de gens qui ont Facebook (j’en sais rien combien) et qui sont tous chroniqueurs politiques, cinéma, musique…

Léa : C’est clair

Stef Zen : Avant c’était la discussion de comptoir au troquet

Reuno : Le problème, c’est qu’au milieu de ça les avis avisés sont un peu… heu…

Stef : Noyés

Reuno : Ouais c’est ça !!

Alors justement, la page Facebook de Madame Robert c’est vous qui la gérez ?

Stef Zen : Oui, on est tous les cinq administrateurs

Xa Mesa : On n’a pas de Community Manager. On ne va pas cracher dessus, ça peut être utile, en tout cas pour le moment, on fait ça comme ça.

Après c’est plus quand on s’envoie des mails : c’est qui qui a marqué cette connerie là !! (Rires) Tu as confondu la date de Dunkerque avec la Suisse (Rires)

Qui a fait l’artwork de Madame Robert sur la page ?

Reuno : C’est moi

J’ai vu aussi un dessin illustrant le titre Papa Legba…

Julien : c’est un pote à moi qui a fait ça spontanément.

Xa Mesa : c’est pour se faire plaisir et nous faire plaisir…

Et pour l’album vous allez faire pareil ?

Julien : Non ça ne sera pas ça

Reuno : Non non ça ne sera pas ça, on a trouvé une égérie, une Madame Robert, une vraie, NOTRE Madame Robert.

Stef : On se la partagera un peu quand même, on la partagera

Reuno : avec son mec

(Rires)

Léa, c’est pas trop dur pour eux d’être les 4 seuls mecs du groupe ?

(Rires)

Xa Mesa : c’est pas n’importe quelle fille

Reuno : je lui ai demandé au début : « tu vas pas te faire chier, tu vas jouer qu’avec des vieux quand même ! » Elle aime ce qui est Vintage…

Elle a des références culturelles que tu hallucines !

Des trucs qu’on a oubliés, de quand on était gosses, et elle n’était même pas née. Je pense que c’est une personne qui a été congelée à un moment (Rires) qui est revenu

Xa Mesa : Hibernatus

Reuno : Ouais ouais Hibernatoche !! (Rires)

Stef Zen : c’était pas évident d’arriver comme ça, nous on était déjà tous les quatre

Reuno : ouais ouais ouais

Xa Mesa : y’a eu un moment de doute

Julien : on se connait depuis 15 ans déjà

Stef : Avec Julien on a un groupe de cover de Blues, avec Reuno pareil

Xa Mesa : Des claviers on en pratique plein, tout le temps, mais, on ne voyait pas, même dans nos connaissances qui pourraient faire l’affaire.

Reuno : ça nous a pris 6 mois cette affaire

Stef : ça été la bonne surprise…

Reuno : … de trouver quelqu’un capable de nous faire des claviers comme on avait envie, enfin…

Stef Zen : … comme on les entendait !

Reuno : C’est quelque chose de Rythm and Blues avec beaucoup d’énergie et c’est pas pour un pianiste et un joueur de synthétiseur

Xa Mesa : et puis aussi faire baisser la moyenne d’âge (Rires)

Et une touche de glamour

Reuno : Ouais et puis j’ai récupéré ma carte Kiwi !! (Rires) Tellement elle est vintage qu’elle sait ce que c’est !!

Comment vous réagissez quand quelqu’un de malade vous dit que grâce à votre musique il va mieux ?

Reuno : Mais moi ça m’arrive tous les jours, je reçois des lettres et des bouquets de fleurs, de beaucoup de gens que j’ai guéris par ma musique !! (Rires)

Xa Mesa : Lèves toi et marche !!

(Rires)

Reuno : sans déconner, je crois que la musique ça sert à ça aussi

Léa : ben oui, pour tous

Reuno : oui, il y a des gens qui font de la musicothérapie, je pense que ça fonctionne

Xa Mesa : oui dans les hosto

Reuno : la musique a cette magie, qui fais que tu es ici, dans une vieille 4L (NDLR : tiens le côté vintage qui ressort) sur les routes de montagne derrière, avec une musique de Lalo Schifrin et tu roules en Mustang et tu vois les palmiers, c’est ça la magie de la musique, c’est génial, ça change l’espace, la couleur, la température. Je pense que c’est pour ça qu’on est tous autant mordu. Il y a une vraie puissance là dedans !

Vous n’envisagez pas la vie sans musique !?

Reuno : Ah non, j’aurais plus de mal à envisager la vie sans musique que d’arrêter de baiser… Je n’aimerais pas qu’on me fasse choisir (Rires)

Alors, question exhumée de mes années fanzines : que vous inspires la phrase « cheveux longs et idées courtes » ?

Xa Mesa : Vu notre coiffeur, pas grand-chose (NDLR : eh oui lecteur, Xa Mesa, Reuno et moi-même partageons la même coupe : pas de cheveux !!)

Reuno : je suis plutôt d’accord avec le contraire, je veux dire cheveux courts et idées longues !

Au bout d’un moment, ça ne vous saoule pas les interviews ?

Reuno : non ça va, quand c’est un mec sympa… Pour le moment ça va, j’ai pas appris grand-chose (Rires)

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène (je demande ça, j’ai vu une vidéo de Reuno se lavant les dents avant de monter sur scène à Saint-Etienne) ?

Reuno : on est monté que deux fois sur scène pour le moment.

Tu fais quoi comme rituel Léa ?

Je me lave les dents par respect du public, tu viens à un concert t’as pas forcément envie de te prendre un bout de poulet dans l’œil ! (Rires) On s’est fait un calinou l’autre jour.

Xa Mesa : des fois on cloue une chouette dans la loge

Reuno : à partir du moment où il y a un poulet noir égorgé sous la scène moi y’a rien qui me… (Rires)

Pour finir, vous avez le droit de poser une question ou de faire passer un message… Certains en profitent pour vendre du matos par exemple !!

Reuno : Xa t’as pas un pare-choc de Mondéo ?

Xa Mesa : Ah oui j’ai un pare-choc de Mondéo à vendre, 230 000 bornes (Rires)

Léa : oui si quelqu’un veux bien de moi…

Reuno : tout de suite l’autre…

Xa Mesa : ce besoin de reconnaissance perpétuel

Reuno : ça serait bien qu’on croise quelqu’un qui sache faire de l’animation, qui ferait un truc sur Madame Robert

Xa Mesa : ouais je verrais bien ça

Reuno : à base de pate à modeler, ou en papier… Appelez le 081212

Léa : et après passez dans notre bureau !

Voilà, l’offre est très sérieuse, alors si vous vous en sentez ou si vous connaissez quelqu’un susceptible de le faire, n’hésitez pas à contacter le groupe et croyez-moi, ils sont vraiment sympa, accessible. D’ailleurs, encore une fois, merci à tous les cinq pour l’accueil, ainsi qu’aux personnes qui étaient présentes : Elodie et aux autres dont je n’ai malheureusement pas retenu le prénom.

Après cette interview et la photo dédicacée par le groupe, j’ai filé sous le chapiteau avant le concert, car oui, et Reuno semblait surpris (agréablement ?) mais je suis aussi venu pour découvrir Madame Robert live et te faire partager ce grand moment mon petit lecteur adoré et pas seulement pour faire une interview et vite aller me coucher !!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Madame Robert en concert à La croisée des Chap (samedi 8 juillet 2017)
Lofofora en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Lofofora en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
L'interview de Lofofora (avril 2005)

En savoir plus :
Le facebook de Madame Robert
Le Soundcloud de Madame Robert


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=