Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge - Wraygunn  (Paris Plage)  23 juillet 2005

Découvert cet hiver au Nouveau Casino et par la même occasion sur disque avec ST Slide, son premier album réellement distribué en France, Bjorn Berge nous revient à l'occasion de la 2ème édition du festival d'été Festival Fnac Indétendances qui se déroule sur les quais dans le cadre de l'opération Paris Plage.

Au programme, gratuit pour le public de passage sur Paris Plage de la musique live et particulièrement des groupes issus de labels indépendants.

Ce samedi soir proposait donc une double affiche dans deux registres totalement différents, le grand norvégien placide Bjorn Berge et les petits portugais agités de Wraygunn. C'est ça aussi la diversité culturelle.

Solidement ancré sur son tabouret, Bjorn Berge, seul en scène avec ses guitares et son couvercle métallique comme percussion, ouvrira la soirée pour un set d'une trop courte heure.

Les doigts armés d'étranges ongles métalliques, les mains magiques du colosse au sourire d'enfant accompagnées d'une voix puissante et grave, mais qui sait aussi se faire caressante, Bjorn Berge jouera nombre de ses compositions présentes sur son dernier album.

"Trains" ou "Thirteen stories to catch the girls" déchaînent l'enthousiasme.

Il nous offrira aussi des reprises comme le fabuleux "Thursday" de Morphine mais également "Ace of Spades" de Motorhead (morceaux présents sur ST Slide) dans une version totalement débridée sur laquelle il se lâche complètement en hurlant dans un micro saturant sa voix.

Plein d'humour, il s'amuse entre les chansons, se désole de son piètre français qui ne doit pas être plus mauvais que notre norvégien, qu'il est le seul à pouvoir faire 3 choses à la fois : jouer, fumer et…reste cool ! Le public est conquis !

Bjorn Berge, le gros dur tatoué au sourire d'enfant et aux doigts d'or, fait preuve d'une virtuosité sans limite pour un blues acoustique imparable qui dès le premier morceau scotche le public qu'il tiendra sous son emprise une heure durant et qui demandera un rappel.

Ne le ratez pas s'il passe près de chez vous, vous le reconnaîtrez facilement !

Courte pose bière saucisse, on est quand même sur la "plage" et voilà que débarquent les 7 portugais de Wraygunn. Artillerie lourde donc comparée à Bjorn Berge accompagné de son seul tabouret. Ici c'est guitare, basse, batterie, percussions, Choriste, chanteuse et même DJ qui forment un melting-pot assez hétroclite.

Le rock des Wraygunn est très largement teinté et inspiré du rock garage US tant à la mode ces derniers temps.

On frôle souvent la parodie des Whites Stripes sur certains titres (et la chanteuse est d'ailleurs vêtue d'une petite robe très 60/70 rayée de blanc et … noir).

Presque aussi tatoué que Bjorn Berge, le chanteur n'a pourtant pas le même gabarit ni le même charisme et il a beau s'évertuer à courir en tout sens, gesticuler et même tenter un grand écart, ses poses semblent trop calculées, pas assez spontanées et il semble qu'il fait plus attention à ce qu'il fait qu'à ce qu'il joue.

D'ailleurs la vraie puissance de ce groupe vient bien de cette petite chanteuse à rayures dont la voix réussit tant bien que mal à s'imposer sur le son trop chargé du groupe.

La choriste quant à elle force trop la sienne dans des intonations souls (note aux webmasters de la ville de Paris : et non pas "saoul"), voir gospeliennes, ce qui gâche un peu ce qui aurait pu être une vraie trouvaille, à savoir le mix de la musique black des années 60 et de musique blanche des années 70.

Il y a pourtant des bons moments lors de ce concert et on sent que les morceaux ont un gros potentiel mais qu'ils pêchent par excès de zèle.

Concert en demie teinte mais qui a eu le mérite grâce à l'énergie du groupe de faire venir, rester et bouger le public. Ce qui n'est pas rien et que l'on voudrait voir plus souvent dans les salles lors de concerts de rock indépendant !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album Eclesiastes 1.11 de Wraygunn
Wraygunn en concert au Nouveau Casino (8 novembre 2005)
Wraygunn en concert à La Maroquinerie (20 juin 2008)

Crédits Photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=