Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rembrandt fecit 1669
Jos Stelling  juillet 2017

Réalisé par Jos Stelling. Pays Bas. Biopic. 1h51 (Sortie 19 juillet 2016 version remastérisée - première sortie 2006 en DVD). Avec Frans Stelling, Ton de Kof, Haneke Van de Veld, Lucie Singeling et Aya Gil.

C'est un Rembrandt austère et peu bavard, enfermé autant dans son silence que dans le clair obscur, que dessine Jos Stelling dans cette biographie qui n'emprunte pas les voies désormais toutes tracées du "biopic » moderne.

Ici, pas question de voir vibrer le peintre en train de construire son œuvre, de le retrouver parallèlement plein d'appétit pour les plaisirs de la chair ou de la bonne chère. Comme dans ses célèbres autoportraits, Rembrandt est d'abord une moue, un effarement, celui de quelqu'un qui regarde la vie avec les yeux aiguisés d'un observateur désespéré et lucide.

"Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling vaut pour une mise en scène qui cherche en permanence à trouver dans le cadre cinématographique une correspondance avec l'espace clos du tableau.

Durant presque deux heures, on est plongé non seulement dans l'univers de Rembrandt mais aussi dans l'atmosphère picturale des Pays-Bas de ce 17ème siècle où la bourgeoisie commerçante s'enrichit tout en restant encore terriblement marquée par le rigorisme protestant.

Si Rembrandt se heurte à cette classe à laquelle il appartient pourtant, ce n'est pas parce qu'il peint, et que sa peinture n'est pas comprise, mais parce qu'il ne fait pas bon usage de la fortune qu'il a amassée. En effet, il est à la fois peintre et collectionneur d'art et achète au-dessus de ses moyens.

Peu à peu, le voilà donc un paria parce qu'il s'endette et que, devenu veuf, il couche avec les femmes qui tiennent sa maison et élèvent son fils.

Dans "Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling, on le voit vieillir prématurément, perdre sa belle prestance de peintre adulé. Ce qui mine Rembrandt, c'est que ses clients le désertent non pas parce qu'il a perdu son génie, mais parce ses portraits ne les magnifient pas comme ils le souhaiteraient.

Il est face à des gens pour qui l'art n'est qu'un ornement et il n'a pas l'envie, ni même la capacité s'il faisait l'effort nécessaire, de satisfaire cette exigence contre-nature de les faire paraître mieux qu'ils ne sont dans la vie de tous les jours.

Charles Matton, il y a quelques années, avait proposé un Rembrandt bien plus lumineux en la personne truculente de Karl Maria Brandauer, suivi plus récemment par Peter Greenaway maître d'oeuvre d' "Une Ronde de nuit" plus baroque que classique.

"Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling est sans doute plus proche de la vérité du personnage et de la réalité de l'époque. Les spectateurs en seront quittes pour visionner un film sombre et mélancolique, magnifiquement photographié par Ernest Bresser, et qui fera office de piqûre de rappel pour qu'ils aillent voir ou revoir des Rembrandt, notamment ceux de la très belle collection que le Louvre a la chance de posséder.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=