Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom of Finland
Dome Karukoski  juillet 2017

Réalisé par Dome Karukoski. Finlande/Daneark/Allemagne/Suède/Etats Unis. Biopic. 1h56 (Sortie le 19 juillet 2017). Avec Pekka Strang, Lauri Tilkanen, Jessica Grabowsky, Taisto Oksanen, Seumas Sargent, Niklas Hogner, Jakob Oftebro et Kari Hietalahti.

Comme la destinée de son compatriote le boxeur Olli Maki, l'histoire de Touko Laaksonen méritait d'être connu hors de la Finlande. Grâce au biopic "Tom of Finland" de Dome Karukoski, ce sera chose faite.

Wonder boy du cinéma finnois, déjà auteur de six long métrages, Dome Karukoski a le mérite d'avoir traité sans fausse note un sujet qui, en d'autres mains, eût pu être scabreux. Des bosquets ou des pissotières d'Helsinki aux "partys" germaniques, des backrooms aux villas californiennes, c'est en effet le parcours d'un garçon qui participe pleinement à la libération sexuelle que l'on va suivre pendant cinquante ans.

Né dans l'austère et terne Finlande, cherchant sa place entre l'Est pudibond et l'Ouest d'après guerre encore répressif, Touko dit "Tom of Finland" est un publicitaire talentueux qui extériorise ses fantasmes dans des dessins qu'il crée d'abord pour lui et qui vont peu à peu se répandre "sous le manteau". Il appellera cette "part maudite" ces "dessins cochons", lui qui est marqué par la répression physique et mentale qui s'abat sur les homosexuels occidentaux.

C'est le temps, pas si lointain, où l'homosexualité est assimilée à une maladie. En dessinant ses motards en cuir noir fortement membrés, dans des poses sans équivoque, Tom, petit homme timide qui cache en lui le héros militaire qu'il fût, chasse chez bien des homosexuels la culpabilité et la honte. A leurs places, il leur donne un imaginaire à la fois viril et sensible dont ils pourront se réclamer avec fierté.

Franchissant l'Atlantique, les dessins de Tom arrivent à point. Ils seront l'expression la plus voyante de la liberté gagnée. À la fois provocants et ludiques, ses personnages deviennent des modèles et prennent vie. Ce qui n'était que pur fantasme s'incarne dans des corps.

"Tom of Finland" de Dome Karukoski réussit très bien à montrer comment la vie de Touko, le discret publicitaire finlandais, vivant avec sa sœur et son petit ami, bascule quand, après ses dessins, il prend le chemin de l'Amérique, ou plus précisément celui de la Californie des années 1960.

Avec ses faux airs de Robert Crumb ou de William Burroughs quand il porte son petit chapeau, Tom participe comme les deux bonshommes américains à l'émergence d'une contre-culture libérée de toute entrave.

C'est l'ère où l'on s'éclate et où les tabous tombent. C'est l'ère d'avant l'anxiété, avant le retour de bâton conservateur avec le Sida présenté par les pères fouettards comme une punition divine. Dans ses dernières années, forcément tout à coup tragiques, Tom retrouve une nouvelle culpabilité. Lui qui a prôné l'ère nouvelle, a suscité une génération en cuir qui, de Freddy Mercury à Robert Mapplethorpe, tombe sous les coups du fléau, se sent responsable de ce qui arrive.

"Tom of Finland" de Dome Karukoski brasse toutes ses époques contradictoires avec une belle énergie. Pekka Strang incarne Touko/Tom avec une grande justesse. Il a compris qu'un dessinateur c'est avant tout un regard posé sur le monde, et il fait passer dans ses yeux tous les sentiments qui vont l'habiter.

Biopic tourmenté, "Tom of Finland" n'est pas le portrait d'une vie réussie, mais celui d'une vie pleine de contradictions et de combats où les événements forcent plus à réagir qu'à agir.

'histoire des homosexuels vers la "normalité" n'est pas un long fleuve tranquille mais une route pleine d'embûches à contourner pour un résultat toujours aléatoire. "Tom of Finland" de Dome Karukoski célèbre ce chaos et dit combien les choses acquises l'ont été de haute lutte.

En tout cas, grâce à ce film dense et généreux, on découvrira une page méconnue qui prend désormais pleinement sa place dans le bouillonnement du siècle passé et qui a contribué à dynamiter la morale judéo-chrétienne au plus fort des années rayonnantes 1960-1970.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 avril 2018 : Summertime

Voilà enfin les beaux jours, de l'hiver à l'été il n'y a qu'un pas que les premiers pique-niques sur les pelouses parisiennes ont déjà franchi. Quoi qu'il en soit voici le programme culturel de la semaine.

Du côté de la musique :

"La grande effusion" de Kent
"Fontaine Wallace" de Fontaine Wallace
"A l'abri du vent" de Vanessa Philippe
"Live in vienna, Schumann piano concerto, Brahms Handel Variations" de Alfred Brendel
"Brainbow" de Brainbow
Ughett, Laake, Theodora et P4N4 dans une compilation Disquaire Day 2018
"Orphéon" de France de Griessen
"IT" de Frantic
"Hommage à Jacques Higelin
"Richard Strauss, Don Quixote & Cello works" de Ophélie Gaillard
Ramon Pipin au Café de la Danse
et toujours :
"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"The Beggar's Opera" au Théâtre des Bouffes du Nord
"L'Affaire Courteline" au Théâtre Le Lucernaire
"Too Much Time - Women in prison" à La Loge
"Mon Lou" au Théâtre Le Lucernaire
"Lady Macbeth" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Billie Holiday - Sunny Side" au Théâtre Essaion
"Frédrick Sigrist - Tout le monde croit que je suis un mec bien" au Théâtre Le Funambule Montmartre
dans le cadre du Festival La semaine Extra au Théâtre Le Nest à Thionville : "Price "- "Jours radieux" - "Les Imposteurs" - "Longueurs d'ondes"
des reprises à ne pas rater :
"La loi des prodiges" au Théâtre de la Tempête
"Ciel, mon placard !" à La Loge
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Exposition avec :

"Subodh Gupta - Adda/Rendez-vous" au 11 Conti-Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Foxtrot" de Samuel Maoz
"La Route sauvage" de Andrew Haigh
"Mes Provinciales" de Jean-Paul Civeyrac
"La Révolte des jouets" de Bretislav Pojar et Hermina Tyrlova
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Derniers jours à Berlin" de Harald Gilbers
"La confession" de John Herdman
"La fabrique des coincidences" de Yoav Blum
"La journée de la vierge" de Julie Marx
"Manhattan vertigo" de Colin Harrison
"Meurtres, en toute intelligence" de Jacques Attali
"Sparte" de Nicolas Richer

et toujours :
"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

Froggeek's Delight :
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=