Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom of Finland
Dome Karukoski  juillet 2017

Réalisé par Dome Karukoski. Finlande/Daneark/Allemagne/Suède/Etats Unis. Biopic. 1h56 (Sortie le 19 juillet 2017). Avec Pekka Strang, Lauri Tilkanen, Jessica Grabowsky, Taisto Oksanen, Seumas Sargent, Niklas Hogner, Jakob Oftebro et Kari Hietalahti.

Comme la destinée de son compatriote le boxeur Olli Maki, l'histoire de Touko Laaksonen méritait d'être connu hors de la Finlande. Grâce au biopic "Tom of Finland" de Dome Karukoski, ce sera chose faite.

Wonder boy du cinéma finnois, déjà auteur de six long métrages, Dome Karukoski a le mérite d'avoir traité sans fausse note un sujet qui, en d'autres mains, eût pu être scabreux. Des bosquets ou des pissotières d'Helsinki aux "partys" germaniques, des backrooms aux villas californiennes, c'est en effet le parcours d'un garçon qui participe pleinement à la libération sexuelle que l'on va suivre pendant cinquante ans.

Né dans l'austère et terne Finlande, cherchant sa place entre l'Est pudibond et l'Ouest d'après guerre encore répressif, Touko dit "Tom of Finland" est un publicitaire talentueux qui extériorise ses fantasmes dans des dessins qu'il crée d'abord pour lui et qui vont peu à peu se répandre "sous le manteau". Il appellera cette "part maudite" ces "dessins cochons", lui qui est marqué par la répression physique et mentale qui s'abat sur les homosexuels occidentaux.

C'est le temps, pas si lointain, où l'homosexualité est assimilée à une maladie. En dessinant ses motards en cuir noir fortement membrés, dans des poses sans équivoque, Tom, petit homme timide qui cache en lui le héros militaire qu'il fût, chasse chez bien des homosexuels la culpabilité et la honte. A leurs places, il leur donne un imaginaire à la fois viril et sensible dont ils pourront se réclamer avec fierté.

Franchissant l'Atlantique, les dessins de Tom arrivent à point. Ils seront l'expression la plus voyante de la liberté gagnée. À la fois provocants et ludiques, ses personnages deviennent des modèles et prennent vie. Ce qui n'était que pur fantasme s'incarne dans des corps.

"Tom of Finland" de Dome Karukoski réussit très bien à montrer comment la vie de Touko, le discret publicitaire finlandais, vivant avec sa sœur et son petit ami, bascule quand, après ses dessins, il prend le chemin de l'Amérique, ou plus précisément celui de la Californie des années 1960.

Avec ses faux airs de Robert Crumb ou de William Burroughs quand il porte son petit chapeau, Tom participe comme les deux bonshommes américains à l'émergence d'une contre-culture libérée de toute entrave.

C'est l'ère où l'on s'éclate et où les tabous tombent. C'est l'ère d'avant l'anxiété, avant le retour de bâton conservateur avec le Sida présenté par les pères fouettards comme une punition divine. Dans ses dernières années, forcément tout à coup tragiques, Tom retrouve une nouvelle culpabilité. Lui qui a prôné l'ère nouvelle, a suscité une génération en cuir qui, de Freddy Mercury à Robert Mapplethorpe, tombe sous les coups du fléau, se sent responsable de ce qui arrive.

"Tom of Finland" de Dome Karukoski brasse toutes ses époques contradictoires avec une belle énergie. Pekka Strang incarne Touko/Tom avec une grande justesse. Il a compris qu'un dessinateur c'est avant tout un regard posé sur le monde, et il fait passer dans ses yeux tous les sentiments qui vont l'habiter.

Biopic tourmenté, "Tom of Finland" n'est pas le portrait d'une vie réussie, mais celui d'une vie pleine de contradictions et de combats où les événements forcent plus à réagir qu'à agir.

'histoire des homosexuels vers la "normalité" n'est pas un long fleuve tranquille mais une route pleine d'embûches à contourner pour un résultat toujours aléatoire. "Tom of Finland" de Dome Karukoski célèbre ce chaos et dit combien les choses acquises l'ont été de haute lutte.

En tout cas, grâce à ce film dense et généreux, on découvrira une page méconnue qui prend désormais pleinement sa place dans le bouillonnement du siècle passé et qui a contribué à dynamiter la morale judéo-chrétienne au plus fort des années rayonnantes 1960-1970.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=