Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guerilla Poubelle
Il faut repeindre le monde  (Crash Music / PIAS)  juin 2005

C'est véritablement à la force du poignet que les membres de Guerilla Poubelle ont réussi à imposer, en seulement quelques années, leur "punk peinture" dans toute la France.

C'est après avoir usé les planches de tous les squats, caves, bars parisiens possibles et inimaginables, et après avoir écumé chaque région de France, que ce jeune groupe (formé en 2001), né sur les restes des Betteraves (ska-core lycéen dont Till chanteur et Kojac basse faisaient partie), s'est taillé une bonne petite réputation dans la scène punk underground. Leurs prestations live sont aussi inégales que délicieusement imprévisibles, et c'est ce qui fait le charme et la force du groupe.

Après une démo 4 titres ("Dégoûts des couleurs"), GxP sort aujourd'hui son premier album chez Crash Disques, Il faut repeindre le monde.

Tout d'abord le son. Grands amateurs du "Do It Yourself" devant l'éternel (en plus de se trouver des dates, les Guerilla ont leur propre asso et organisent les concerts des autres), les Guerilla ont enregistrés cet album eux mêmes. En résulte un son bien punk, crado mais soigné, qui, s'il aurait quand même mérité un peu plus de puissance sur la batterie, retranscrit bien le son live du groupe.

Pour qui connaît déjà bien Guerilla, ces 15 titres (+5 interludes) ne seront pas une surprise tant ils ont été joués et re-joués sur scène. Pour les autres, on retrouve ici ce qui fait la force d'un bon disque: une forte personnalité, des morceaux carrés et entraînants, des textes intelligibles, un engagement qui transpire la musique au travers des paroles et du livret, et une bonne dose de déconne et d'auto-dérision.

Les hymnes punk-rock à reprendre en chœur sont légions ("Si jamais", "Sur le trottoir", "Comme un sourire", "La révolution pour les lâches"….), et côtoient les titres plus hardcore mélo ("La fin suffira", "J'ai perdu mes mains", "Le pendu" (présent sur le 4 titres), "Finir sans raison"). L'album est truffé d'interludes plus ou moins réussis et de clins d'œil en tous genres. Les Guerilla défendent une culture au pluriel et n'hésite pas à user de références pointues pas toujours identifiables par le fan lambda, comme l'extrait audio d'un passage de "La société du spectacle" de Guy Debord, longue diatribe visionnaire, qui 30 ans avant Loft Story, prédisait une spectacularisation de l'image et du réel.

Même si certaines lignes de grattes et de chant se ressemblent un peu sur quelques morceaux, ce premier véritable album de Guerilla Poubelle tape un grand coup dans une scène un peu trop repliée sur ses propres codes. Un militantisme constant qui permet à Guerilla d'éviter d'être catalogué comme une vulgaire blague punk potache pour adolescents (ce que l'on pourrait croire en prenant au premier degré les interventions scéniques du groupe).

Si à l'heure actuelle, de nombreux groupes punks phares rendent les armes, on est content de voir qu'une nouvelle génération est en marche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Guerilla Poubelle en concert à Rue Voltaire (20 juin 2004)
Guerilla Poubelle en concert au Festival Kill your elite 2004


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 août 2018 : Léger comme une brise d'été

Une édition plus légère cette semaine, 15 août oblige c'est la période creuse pour l'actualité culturelle tandis que chacun vaque à ses occupations estivales de plage en plage, de festival en festival. Voici le mini sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"When the earth was flat" de Quiet Dan
"A quality of mercy" de RVG
Sélection d'albums blues avec Sue Foley, Ian Siegal, Fred Chapelier et Archie lee Hooker
et toujours :
"Schtick" de Danny Goffey
"Prokofiev for two" de Martha Argerich & Sergei Babayan
"South by west" de Pampa Folks
"Press rewind" de Devil Jo & the Blackdoormen
"Bonsoir shérif" de Keith Koona
"Home" de Kian Soltani & Aaron Pilsan
"La green box" de La Green Box
"Modernéanderthal" de Le Pied de la Pompe
"Art autoroutier" de Nuage Fou

Au théâtre :

les spectacles de l'été parisien avec :
les nouveaux venus :
"Road Trip" au Théâtre Le Funambule-Montmartre"
"Gustave Eiffel en Fer et contre Tous" au Théâtre Le Bout
les inoxydables :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges

"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
les outsiders :
"Iliade" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre d'Edgar
"Speakeasy" au Palais des Glaces
"Chance" au Théâtre La Bruyère

Expositions avec :

"Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise " à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Mary Shelley" de Haifaa Al Mansour
"L'Age d'or des ciné-clubs" de Emanuela Piovano

Lecture avec :

"Forêt obscure" de Nicolas Krauss
et toujours :
"Les grandes épopées qui ont fait la science" de Fabienne Chauvière
"Rien de plus grand" de Malin Personn Giolito

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=