Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ambrose Akinmusire
A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard  (Blue Note Records)  juin 2017

Ce disque du jeune et talentueux trompettiste Américain Ambrose Akinmusire est très intéressant à plus d’un titre.

D’abord, c’est un live. Comme son nom l’indique, A rift in Decorum : Live at the Village Vanguard a été enregistré, en quatre nuits, dans l’historique club New-Yorkais. Et les enregistrements en concert permettent de se rendre compte de la performance scénique, du danger (des failles aussi) que le musicien peut mettre dans ses interprétations (thèmes ou improvisations). Ce genre d’enregistrement est une réelle mise à nue. Dans ce genre de musique, il est à ce moment-là impossible dans le fond de tricher.

Ensuite la formation : trompette, piano (Sam Harris), batterie (Justin Brown) et contrebasse (Harish Raghavan). Une formation sans saxophoniste mais avec une rythmique qui met le trompettiste à l’honneur et lui offre toute la liberté dont il a besoin. Une rythmique qui suit, soutient, appuie les inflexions musicales de leur leader. Sans lui, elle n’est rien mais l’inverse est absolument vrai également et les musiciens s’entendent à merveille.

Enfin, ce disque marque inconsciemment ou non, un passage, une transition dans la carrière d’Akinmusire. Une transition déjà amorcée dans The Imagined Savior Is Far Easier To Paint et qui voit le musicien Américain faire évoluer son jazz post-bop élaboré vers des contrées plus free, vers des paysages musicaux de plus en plus sophistiqués et exigeants. Alors il y a toujours cette poésie, cette virtuosité, ce superbe phrasé souvent tranchant mais le musicien se déplace vers de nouveaux territoires presque plus abstraits.

Comme à l’os, débarrassé de toute fioriture, dans le son (et donc dans l’écoute), avec quasiment une simplicité dans la forme mais avec une réelle profondeur, le trompettiste, mais les autres musiciens ne sont pas en reste, Justin Brown est assez épatant, offre une musique bouillonnante, où la surprise est aussi importante que la technique ou l’intensité sonore. Il y a quelque chose de très intellectuel (harmoniquement notamment) dans cette musique, trop sûrement pour certains, mais il y a aussi de l’expressionnisme. Avec Ambrose Akinmusire, on a cette impression d’ouvrir une porte et de se retrouver face à paysage musicale qui semble ne plus finir. Un disque comme une preuve de plus de l’incroyable talent de ce trompettiste.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Origami Harvest de Ambrose Akinmusire

En savoir plus :
Le site officiel de Ambrose Akinmusire
Le Soundcloud de Ambrose Akinmusire
Le Facebook de Ambrose Akinmusire


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=