Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Filles d'Avril
Michel Franco  août 2017

Réalisé par Michel Franco. Mexique. Drame. 1h43 (Sortie le 2 août 2017). Avec Emma Suárez, Ana Valeria Becerril, Enrique Arrizon, Joanna Larequi, Hernán Mendoza et Ivan Cortes.

On suit Michel Franco depuis "Despues de Lucia" (2012) et l'on avait beaucoup aimé "Chronic" (2015), son précédent film, qui donnait à Tim Roth l'un de ses plus beaux rôles.

Avec "Les Filles d'Avril", le revoilà au Mexique, pour ce qu'on pourrait définir comme une comédie de mœurs, cherchant à tracer le portrait d'une mère "moderne", libre, presque libertaire, voire fantasque, dans ses relations avec ses deux filles, qu'elle a eu très jeune et sans doute plus par hasard que par volonté.

Bien sûr, on est dans un milieu hautement privilégié, et Emma Suarez est une mère espagnole, c'est-à-dire une pièce rapportée qui détonne dans le conformisme mexicain.

Vivant ensembles, Valeria, 17 ans, jeune et jolie, et Clara, plus âgée, au physique ingrat et ayant tendance à être en surpoids, se débrouillent tant bien que mal sans leur mère, absente, qui continue en quadragénaire rayonnante à mener une existence bohème et sans contrainte. Quand elle revient, elle constate les dégâts occasionnés par son attitude dilettante : Valeria est enceinte et Clara mal dans sa peau.

"Les filles d'Avril" de Michel Franco vaut d'abord pour la présence d'Emma Suarez, l'égérie des premiers films de Julio Medem et qui n'a obtenu la renommée mondiale qu'elle méritait qu'en entrant, tardivement, dans la famille almodovarienne, avec "Julieta".

Cette mère doublement, voire triplement, "indigne" - on découvrira pourquoi dans le film - est un personnage de femme comme on n'en a pas souvent vu dans le cinéma contemporain. Et cela sans qu'elle paraisse vraiment odieuse. Au contraire...

Si elle accepte la décision de sa fille d'accoucher de l'enfant qu'elle attend, elle constate que Valeria et son petit ami Mateo, sont trop "immatures" pour s'en occuper, d'autant que les parents de Mateo ne veulent pas les aider, et organise l'adoption du bébé. Donc, rien de vraiment choquant.

Comme à son habitude, Michel Franco sait faire comprendre bien des choses sans avoir besoin de longs discours. Les rebondissements narratifs qui ponctuent son récit surprendront mais ils ne paraîtront pas tirés par les cheveux. L'ultime pirouette finale, avec son côté "bébé de Rosemary", est même assez bienvenue.

On se dira, une fois de plus, que les chats ne font pas des chiens et que pour se débarrasser d'une mère aussi "diabolique", la jeune Valeria va devoir marcher sur ses traces "machiavéliques", et, en passant, donner un petit coup de pied bien placé la où ça fait mal au machisme mexicain.

"Les Filles d'Avril" de Michel Franco confirme les qualités de celui-ci comme scénariste et comme réalisateur. On lui saura gré d'avoir choisi le Mexique comme cadre de son film, qu'il aurait très bien pu situer aux États-Uns.

Ainsi, grâce à lui, on découvre une autre face du Mexique, loin des problématiques habituelles (pauvreté, violence, immigration). Sans doute, ce Mexique "riche", bien dans sa peau à l'ère numérique, cache-t-il d'autres travers que le film illustre à merveille.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=