Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le retour de Jules
Didier van Cauwelaert  (Editions Albin Michel)  mai 2017

Nous avions fait la connaissance de Jules, le labrador guide d’aveugle dans un autre roman de Didier van Cauwelaert : Jules. L’auteur déjà primé offre la suite des aventures de Jules, entre comédie et romantisme, avec des chiens, des enfants et des amoureux. Les ingrédients d’un moment de lecture effréné : Le retour de Jules.

Toujours à la première personne, les différents chapitres sont tour à tour racontés par Alice, la première maîtresse de Jules et Zibal. Le décor est planté dès les premières lignes : nous avions quittés Zibal et Alice amoureux dans le roman précédent, nous les retrouvons séparés. Nous avions quitté Jules paré d’une nouvelle mission de prévention de l’épilepsie, nous le retrouvons condamné à mort pour avoir sauvagement mordu un petit fils de riche rombière sans sommation.

Les chemins des trois personnages du premier roman séparés se retrouvent réunis puisque la puce de Jules est toujours au nom d’Alice injoignable. Elle et Zibal se retrouvent donc pour essayer de comprendre la situation et tirer leur Jules de cette sale affaire. Bien entendu, l’ambiance est légèrement tendue au début. Pas besoin de le décrire pour ressentir le poids de l’histoire passée sur ce couple.

Au moment de récupérer Jules à la fourrière, il est agressif et ne fait pas la fête habituelle à son ancien maître. Alice et Zibal sont déterminés à sauver Jules de l’euthanasie habituellement préconisée dans ces situations. Mais le mordu est-il aussi innocent qu’il le prétend ? Sa grand-mère a l’air de le croire. Alors que c’est elle qui avait insisté pour que Jules soit son compagnon de convalescence…

Amoureux d’une chienne à l’odorat perdu, Jules est un thérapeute pour elle. De manière générale, tous ceux qui croisent son chemin font les frais de sa bienveillance et de sa finesse de jugement. Pour autant qu’on veuille bien le comprendre, Jules n’agit jamais sans objectif, chacun de ses actes est guidé par un besoin d’assistance. Il serait humain qu’on l’affublerait du syndrome de Superman. Il est simplement superdog.

Le roman est étroitement lié au précédent, le passé des personnages pèsent sur les relations de Retour de Jules, et malgré tout, ce roman peut se lire sans connaître le précédent succès Jules, puisque l’auteur donne suffisamment d’infirmations pour comprendre les situations, sans dévoiler complètement l’intrigue au cas où il vous prendrait l’envie d’en savoir un peu plus sur cet animal capable de télépathie.

Didier can Cauwelaert mêle humour et bons sentiments sans mièvrerie, il use de suspense et de rebondissements improbables pour nous semer dans les méandres d’une histoire touchante et drôle. A donner envie d’adopter un chien.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Jules" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Didier van Cauwelaert
Le Facebook de Didier van Cauwelaert


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=