Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Life, Animated
Roger Ross Williams  août 2017

Réalisé par Roger Ross Williams. Etats Unis/France. Documentaire. 1h29 (Sortie américaine juillet 2016). Avec Owen Suskind, Ron Suskind et Cornelia Suskind.

Les films sur l’autisme se sont multipliés depuis quelques années et l’on a dit tout le bien qu’il fallait penser de "Dernières nouvelles du cosmos" (Julie Bertucelli) ou de "Pourvu qu’on m’aime" (Carlo Zoratti).

Avec "Life, Animated" de Roger Ross Williams, c’est encore une autre vision de l’autisme et, surtout, des moyens à employer pour communiquer avec ceux qui sont diagnostiqués autistes.

Les méthodes sont diverses, parfois contradictoires et sujettes à polémique. Elles ont en commun de vouloir le "bien" des autistes, de les aider à vivre dans leur monde ou à se rapprocher de l’autre dit "normal".

Mieux encore, elles ne semblent avoir de sens que si les personnes confrontées à l’autisme déploient beaucoup d’énergie et d’astuce, surmontent leurs préjugés et se dévouent nuit et jour pour un résultat aléatoire. Bref, l’autisme se "soigne" en priorité avec de l’amour, beaucoup d’amour.


C’est une fois encore la leçon que l’on tirera de "Life, Animated" de Roger Ross Williams, où l’on va découvrir un garçon formidable, Owen Suskind, qui a une chance incroyable dans sa différence, celle d’avoir des parents prêts à tous les sacrifices pour l’accompagner dans une vie où il pourrait se perdre sans aide.

Ron Suskind et sa femme ont découvert quand il avait trois ans qu’il n’allait pas être un enfant comme les autres et devrait vivre différemment, dans sa bulle. Vingt ans après, à 24 ans, il vit seul, travaille dans un cinéma et a, comme tout le monde, des problèmes de cœur. Entre temps, il aura fallu que ses parents, et son frère qu’il ne faut pas oublier, réussissent à pénétrer son univers et, surtout, comme ils le disent : "Au lieu de le forcer à entrer dans notre monde, nous sommes allés dans le sien".

Et cela, grâce à une clé magique : les dessins animés de Walt Disney ! Owen, en effet, les connaissait par cœur. Un jour, cet enfant du silence, enfermé en lui-même, a répété un dialogue d’un film de Disney… Et son père s’est aperçu que ce n’était pas que mimétique, que ces mots employés l’étaient à dessein… Les Suskind avaient trouvé le moyen de franchir la muraille invisible qui les séparait de leurs fils.

Ron, journaliste détenteur du fameux prix Pulitzer, a donc pendant des années noté les "progrès" d’Owen, expliqué comment ils se réalisaient. Il en a tiré une méthode consistant à s’imprégner de ce que les autistes préfèrent et d’en faire un instrument pour établir avec eux une relation de confiance. C’est ce que Ron Suskind appelle l’ "Affinity Therapy".

Dans "Life, Animated" de Roger Ross Williams, adaptation du best-seller de Ron Suskind, on verra qu’Owen crève l’écran et qu’avec l’aide de sa petite famille, il est devenu un personnage que l’on souhaiterait vraiment connaître.

Ce documentaire efface, qui est capable d’intégrer quelques moments animés de toute beauté, n’est ni didactique ni dithyrambique. Il ne cache pas les conditions favorables nécessaires pour qu’Owen ait pu se développer aussi harmonieusement : milieu aisé et uni, libéral, capable de s’émanciper du concept d’épreuve, de malheur imposé par une divinité, etc.

En outre, dans le DVD, on aura confirmation de l’intérêt du travail commun mené par les Suskind en suivant Owen dans un déplacement à Paris où il tient un discours merveilleux sous les yeux de son père…

On conseillera au spectateur de se laisser guider par Owen au pays de Disney, là où règnent Bambi et Peter Pan avec leur joyeux cortège d’ombres animées. "Life, animated" de Roger Ross Williams a le charme d’un "feel good movie" mais au service d’un vrai propos.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=