Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce An Pierlé
Cluster  (PIAS)  juin 2017

Après son superbe précédent album, Arches, An Pierlé écrit la suite de son diptyque, avec Cluster, explorant de nouveaux horizons à l’aide de son orgue, instrument atypique au travers duquel elle trouve une inspiration inépuisable. Entre les deux albums, la flamande a fait de nombreux concerts, notamment dans des églises et des temples, lieux donnant de l’ampleur à son instrument fétiche.

L’album se fonde donc essentiellement autour de l’orgue et de boites à rythmes, accompagnés de cuivres et de bois. La réussite de cet album, pour moi, tient dans la manière dont l’artiste place son orgue sur les différents titres. Sur certaines chansons, l’emprise de l’orgue est manifeste quand il ne devient que soutien harmonique subtil et sobre sur d’autres, installant une atmosphère aérienne. Il est donc toujours bien placé, illuminant tous les titres de l’album.

Ann Pierlé a fait le choix de diversifier ses accompagnements en choisissant méticuleusement ses collaborateurs pour explorer des territoires ignorés dans le précédent album. Son orgue se retrouve alors accompagné de solos de saxophone lascifs et accrocheurs de Koen Gisen et des trompettes mystérieuses de Niels Van Heetum. Sa voix, elle, est accompagnée sur certains titres des voix de Loesje Maieu et Kaat Hellings. Autour de ces instruments et voix, l’orgue d’Ann Pierlé se retrouve ainsi mis en valeur. Il prend alors une dimension moderne quand il est habituellement considéré comme classique et solennel.

La voix d’An Pierlé est superbe, frêle, sensuelle et puissante selon les titres, se faufilant tous le long de l’album. L’orgue devient son plus fidèle accompagnateur et l’ensemble nous envoûte des les premières notes de "The Golden Dawn", propulsant immédiatement le disque dans une ambiance intense. L’émotion se prolonge avec "Huntifix" où l’orgue est accompagné d’un piano et d’un saxophone pour un titre empreint de douceur et de sensualité. L’atmosphère devient plus solennelle sur "Bedroom dust" quand l’orgue devient plus présent malgré les cloches qui l’accompagnent.

"It’s like" est une chanson délicate qui me fait penser à Emilie Simon, sur laquelle l’artiste claque des doigts en nous emportant vers la légèreté. "We gravitate", comme son nom l’indique, nous fait monter bien haut au travers de sonorités psychédéliques, toujours portées par la voix cristalline d’An Pierlé. "Road to nowhere" s’ouvre sur l’orgue et la voix d’An Pierlé, un des plus beaux titres de l’album pour moi, avec un superbe final. "Sovereign" est la chanson la plus exigeante de l’album, très expérimentale quand "Monkey", l’ultime titre, repose essentiellement sur la voix de l’artiste, lui permettant de montrer sa parfaite maîtrise.

Ane Pierlé nous livre donc un magnifique album, cosmique et divin, dans la continuité du précédent. Elle tutoie les sommets en dépoussiérant un orgue pour le rendre hypnotique, ensorcelant et intriguant. Son disque est tout simplement magnifique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Hinterland de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Strange Days de An Pierlé
La chronique de l'album Strange Ways de An Pierlé
La chronique de l'album Arches de An Pierlé
An Pierlé en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006
An Pierlé en concert au Festival de Dour 2006 (samedi)
L'interview de An Pierlé (septembre 2003)
L'interview de An Pierlé (lundi 5 septembre 2016)

En savoir plus :
Le Soundcloud de An Pierlé
Le Facebook de An Pierlé


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=