Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les complicités involontaires
Nathalie Bauer  (Editions Philippe Rey)  août 2017

Traductrice de l’italien et docteur en Histoire, Nathalie Bauer nous propose en ce mois d’août son quatrième roman, Les complicités involontaires, publié aux éditions Phillipe Rey. Maîtrisant parfaitement les codes romanesques, aperçus déjà avec le très bon livre Les Indomptées, elle le confirme avec son nouveau roman.

Les complicités involontaires nous raconte l’histoire de Corinne, psychiatre, qui reçoit un jour dans son cabinet une certaine Zoé, désireuse d’entreprendre une analyse. Reconnaissant en elle une ancienne amie, elle s’apprête à l’adresser à un confrère, quand Zoé lui confie qu’elle souffre d’une amnésie ayant effacé ses souvenirs de jeunesse. Zoé est persuadée qu’elle est atteinte depuis toujours d’une "mélancolie" dont la cause réside dans la mystérieuse histoire de sa famille paternelle, histoire dont son père ne lui a transmis qu’une infime partie. Pour Corinne, la curiosité est la plus forte. Enfreignant les règles déontologiques de sa profession, elle décide d’ignorer leur lointaine et brève amitié et accède à la demande de Zoé.

Le livre est construit autour de trois temps. Le premier concerne les rencontres entre Corinne et Zoé dans le cabinet de la première (qui rapidement s’arrêtent) et la vie sentimentale de Corinne qui évolue pendant cette période. Le second concerne les mémos que Zoé envoie à la psychiatre concernant les recherches qu’elles effectuent concernant sa famille, une fois qu’elles ne se rencontrent plus au cabinet. Le troisième enfin est constitué des souvenirs de jeunesse de Corinne quand elle était amie avec Zoé, formant un trio avec une certaine Agathe. L’enchaînement est toujours le même, on trouve le mémo, l’analyse faite de la situation par la psychiatre ainsi que l’évolution de son couple puis ses souvenirs de jeunesse.

Vous l’avez donc compris, tandis que l’analysante déroule son "enquête" en assemblant, telles les pièces d’un puzzle, les quelques éléments dont elle dispose (bribes de vieilles conversations, documents et photos), l’analyste se voit confrontée, par un plongeon dans le passé, à un jeu de miroirs pour le moins inattendu. Depuis que Zoé a ressurgi dans son existence, des souvenirs lui reviennent suscitant malaise, mélange de nostalgie, de culpabilité et de regrets.

Malgré quelques digressions dans la partie concernant les souvenirs de jeunesse de la psychiatre, quelques longueurs aussi dans les mémos adressés par Zoé qui concernent ses recherches familiales (pas inintéressantes cependant car elles permettent de voir l’évolution de sa famille au cours du 20ème siècle, notamment à travers des évènements marquants comme le Front populaire, la défaite de 1940, l’exode et l’occupation), l’ensemble reste cohérent et les différents récits permettent de comprendre de nombreuses choses au fur et à mesure.

Reste alors l’intrigue principale, bien trouvée aussi, qui est le fil conducteur de ce roman et qui nous donne envie d’aller au bout de ce livre pour savoir, au final, qui domine l’autre véritablement, qui tire vraiment les ficelles.

Les complicités involontaires est donc un bon livre, qui nous fait passer un agréable moment.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les Indomptées" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=