Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Legend of Zelda, Breath of the Wild
Nintendo Switch  (Nintendo)  mars 2017

Depuis le 3 mars 2017, les heureux propriétaires de la Nintendo Switch ont pu, à condition de débourser en plus de la console une soixantaine d’euros, jouer à ce qui doit être à mon avis le meilleur jeu en monde ouvert de l’année 2017, j’ai nommé le grand The Legend of Zelda, Breath of the Wild. Malgré la présence de très bons jeux déjà en monde ouvert (je pense à Horizon Zero Dawn et Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands), force est de constater que le dernier Zelda ne se situe pas sur la même planète.

Avec ce jeu, la notion de monde ouvert dans le jeu vidéo prend véritablement tout son sens. On a tendance à penser que pour les joueurs, la possibilité de se perdre dans un jeu est quelque chose de négatif. On ne trouve pas la solution, on s’agace, on s’impatiente. Ici, avec Zelda, il n’en est rien. On en arrive à adorer se perdre, à le faire presque volontairement tant l’univers du jeu y est fabuleux. On se perd donc, constamment entre forêt, mer et montagne. Malgré son immensité, à aucun moment, on a l’impression de revoir le même décor, ce qui permet alors de prendre un très grand plaisir à découvrir de nouveaux territoires. Dans ces lieux magnifiques, on trouve souvent des sommets, une montagne, un sanctuaire, une tour qui donnent de la verticalité au jeu et nous offre de superbes panoramas. Avec la fonction capture d’écran de la console, on se surprend alors à prendre des photos pendant une session de jeu.

L’interaction avec l’environnement, décor et adversaire, est totale. Quand l’héroïne de Horizon Zero Dawn refuse de grimper sur une pierre, Link, le héros du jeu, lui, ne nous refuse rien. C’est fabuleux. Link gravit les arbres et les coupe pour enjamber les ravins, il escalade les parois (avec un temps limité), il nage, utilise son bouclier comme un snowboard sur la neige ou dans l’herbe, il saute en parachute pour descendre plus vite les montagnes, embrase les herbes sèches ou ses ennemis avec des torches et monte sur des chevaux à condition de s’y prendre avec délicatesse. Link réagit au monde qui l’entoure, pour dompter le froid de certains espaces il doit s’équiper de vêtements chauds ou manger de la nourriture pimentée. Et oui, Link doit et sait cuisiner. Pour récupérer des cœurs synonymes de vie, Link doit se nourrir. Ses ressources dans le jeu sont immenses, une fois de plus ; il suffit juste de les ramasser au fil du jeu, certaines étant consommables immédiatement (les pommes), d’autres nécessitant d’être cuisinées à l’aide de recettes particulières dénichées auprès de certains personnages du jeu, le tout dans des chaudrons eux aussi éparpillés dans l’univers du jeu.

L’histoire est magnifique, comme toujours avec Zelda. Le héros se réveille au début du jeu, après un long sommeil et récupère une tablette qui lui servira de carte et de jumelles (pour marquer certains lieux, obligatoire tant l’univers du jeu est immense). En plaçant sa tablette en haut des différentes tours, il dévoile la région sur la dite tablette. En la plaçant à l’entrée des différents sanctuaires dispersés dans le jeu (au nombre de 120), il en ouvre les portes pour effectuer différents défis réalisables à l’aide de nombreux pouvoirs obtenus au fil des différents sanctuaires. A cela s’ajoutent de nombreux adversaires, plus ou moins compliqués à battre à l’aide de différentes armes récupérées au fil du jeu. Link doit libérer la princesse aux mains de l’ignoble Ganon en venant à bout notamment de quatre créatures divines autrefois dirigées contre le démon mais dont ce dernier a pris possession.

Link doit aussi affronter de nombreux monstres qui peuplent ce monde ouvert. Ils sont différents d’une région à une autre, plus ou moins malin aussi, parfois géant. Link les combat en pouvant étoffer ses armes qui se brisent après plusieurs utilisations. Trouver des noix korogus en chemin permet de pouvoir conserver dans son sac plus d’armes. L’interface de l’inventaire est très facilement accessible, même en cours de combat quand une arme se brise, et on s’y retrouve très vite. Celui regroupe les armes, les vêtements et les aliments récupérés.

Vous l’avez donc compris, The Legend of Zelda, Breath of the Wild est un jeu fabuleux, un petit bijou à la jouabilité sans faille avec un Link qui répond au doigt et à l’œil à nos demandes. Les graphismes y sont splendides et variés, du début à la fin. La bande son est aussi magique, c’est aussi à cela que l’on reconnaît les grands jeux. Les bruitages sont excellents et très réalistes. Reste la durée de vie qui elle, est exceptionnelle, impossible de dire combien de temps prendra ce jeu tant il y a de choses à faire. Faire les missions principales prendra déjà beaucoup de temps, s’attaquer à la quête de tous les sanctuaires risque de prendre une éternité. Alors vouloir tout explorer...

The Legend of Zelda, Breath of the Wild est donc une véritable claque, un jeu auquel il faut absolument jouer…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : 2017, une année faste pour le jeu vidéo - Crash Bandicoot - Assassin's Creed - Far Cry - Red Dead Redemption - Life

En savoir plus :
Le site officiel de The Legend of Zelda, Breath of the Wild
Le Facebook de The Legend of Zelda, Breath of the Wild


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 février 2018 : Un sommaire foisonnant !

Plus de 40 articles cette semaine. Une belle actualité pour vous donner envie de découvrir, de sortir, de lire, voir et d'écouter de la musique ! C'est parti :

Du côté de la musique :

"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson
et toujours :
"Magnus effect" de Cadillac Palace, "Iris Extatis" de Daphné, "Franz Schubert : La truite - Fantaisie en ut majeur" de Guillaume Chilemme & Nathanael Gouin, Joseph Edgar de passage à la Bellevilloise, "Between the earth and sky" de Lankum, "Reminiscenza" de Ludmila Berlinskaya, "Picaflor" de Mon Côté Punk, "Old and new songs" de Old And New Songs, "Face B 1965 / 1981" de Pierre Vassiliu, "Vox low" de Vox Low

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"1 heure 23'14" et 7 centièmes'" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Studio Hébertot
"Le Collectionneur" à la Manufacture des Abbesses
"Jaguar" au Théâtre de la Bastille
"Miracle en Alabama" au Théâtre La Bruyère
"Avec le paradis au bout" au Ciné XIII Théâtre
"Compartiment fumeuses" au Studio Hébertot
"Le Monde dans un instant" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Hugo, l'interview" au Théâtre Essaion
"Sang négrier" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Choisir de vivre" au Studio Hébertot
"Jamais plus" au Studio Hébertot
"Lettres à Nour" au Théâtre Antoine
"Dom Sganarelle" au Théâtre Le Ranelagh
"Les Petites Femmes de chambre" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Emmerdante" au Théâtre Essaion
"Ma Cantate à Barbara" au Théâtre des Nouveautés
des reprises à ne pas rater :
"Une Chambre en Inde" au Théâtre du Soleil
"Un coeur Moulinex" au Théâtre de l'Opprimé
"Emma Mort, même pas peur" à Bobino
"Les Tribulations linguistiques d'un Japonais découvrant la France" au Théâtre de Nesle
"Ah le Japon ! Les Tribulations d'un Japonais rentrant dan son pays" au Théâtre de Nesle
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Les Hollandais à Paris - 1789-1914" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Cas de conscience" de Vahid Jalilvand
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld
et toujours :
"Entrez dans la danse" de Jean Teulé

"Eparse" de Lisa Balavoine
"Il est toujours minuit quelque part" de Cédric Lalaury
"Monster" de Alan Moore, John Wagner & Alan Grant
"Notes pour une histoire de guerre" de Gipi
"Philippe Henriot" de Christian Delporte
"Pirates ! l'art du détournement culturel" de Sophie Pujas
"Potlach" de Marcos Prior & Danide
"Tous les hommes du roi" de Robert Penn Warren

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=