Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Minuit, Montmartre
Julien Delmaire  (Editions Grasset)  août 2017

Une fois n’est pas coutume, ce romancier est également poète. Chacun de ses romans reçoit un prix. Oula la pression… Julien Delmaire publie ici son troisième chef-d’œuvre intitulé Minuit, Montmartre. Roman aux tournures de phrases soignées et au souffle agonisant de la fin de la Belle Epoque.

Les premières lignes résonnent comme la complainte de la Butte, Masseïda erre dans les rues de Paris, quartier des artistes, à la recherche de l’atelier d’un vieux peintre dont le nom lui a été craché par un passant moins concupiscent que les autres. Il faut dire que Masseïda est noire et que cette couleur de peau ne courrait pas les rues en 1909. Relevant plus du folklore que de l’intérêt humaniste, les noirs étaient plus souvent bêtes de foire que modèles de peintre.

Et pourtant, c’est ce qu’elle va devenir. Théophile Alexandre Steinlen a l’habitude de peindre des chats, son atelier en est envahi. Il accueille pourtant la beauté sauvage et la silhouette nerveuse de la jeune femme qui deviendra son modèle et sa maîtresse pendant plusieurs années.

Absinthe, siphyllis, bistrots et prostituées peuplent les rues de Montmartre. Julien Delmaire brosse avec talent et un peu de nostalgie le paysage d’un pan disparu du passé de la capitale, avant le capitalisme. Au-delà de l’histoire des personnages, l’ambiance du roman est une plongée dans les odeurs et les couleurs de la Belle Epoque. De l’allumeur de réverbère aux corps enlacés dans la nuit, l’auteur assure la mémoire des coutumes et pratiques de ce siècle oublié.

Inspiré de la réalité, le roman est d’autant plus passionnant qu’il retrace une partie méconnue de la vie de Steinlen, auteur de la célèbre affiche du Chat Noir. Mais loin d’être une fable enchantée murmurant "c’était mieux avant", Minuit, Montmartre est une introspection dans la société du tout début du XXème siècle.

Steinlein et Masseïda se rejoignent, d’origines opposées, ils portent au quotidien le fardeau de la solitude, le sentiment persistant de ne pas être à sa place. Tous les deux vivent dans le soupir de ce qu’ils ont perdu, ils traînent le manque comme un fantôme du passé. Le premier a perdu sa femme et la seconde se languit de ses racines. Veuf et immigré.

A la fermeture du roman, les couleurs de la fresque persistent, et au fur et à mesure que le contact avec la réalité revient, alors que les couleurs s’estompent, reste l’éblouissement du moment. Est-ce le phénomène de persistance rétinienne qui rapproche ce début de XXème siècle et ce début de XXIème siècle ? Il n’est pas difficile de comprendre que les vagues de migrants arrachés à leurs origines ressentent le même sentiment d’arrachement et d’isolement que les héros de Minuit, Montmartre.

Traversant les époques, Julien Delmaire réussit un captivant voyage dans la vie de Bohème. Sa plume intemporelle a le pouvoir d’abolir les barrières des années pour porter les questionnements et les doutes de MasseÏda et Steinlen à nos existences contemporaines, également pétries de doutes et de regards dans le passé. Poétique et mystérieux.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Julien Delmaire


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=