Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Demain sans toi
Baird Harper  (Editions Grasset)  août 2017

Premier roman du professeur d’écriture Baird Harper. Il n’en est pas non plus à son premier essai "faites ce que je dis et pas ce que je fais", dans le genre "je donne des cours d’écriture mais je n’écris pas", parce qu’il publie fréquemment des nouvelles dans des revues américaines. Demain sans toi n’est donc pas son premier coup de pinceau.

Et l’auteur de nouvelles n’est pas loin derrière la couverture, le roman est construit comme une suite de nouvelles avec un dénominateur commun : Sonia. Le roman se passe après le générique, une fois que les méchants sont en prison et que les familles ont obtenu justice. Parce que les prisonniers retrouvent la lumière du soleil une fois qu’ils ont payé leur dette à l’ombre. Mais ils ne retrouvent pas forcément le sourire. De même, les familles ne retrouvent pas l’être perdu.

Demain sans toi est écrit avec une intelligence rare, sans voyeurisme ni réalisme chirurgical. Chaque chapitre est la voix d’un personnage gravitant autour de l’absente, Sonia. Une mort con, un accident de voiture. Un coupable : Hartley Nolan, que tout le monde se plaît à détester plus ou moins, et deux familles, qui s’accordent à ne pas s’apprécier. Normal, s’ils doivent continuer à vivre sans Sonia, c’est bien par la faute d’Hartley.

D’abord, il y a le type louche qui l’attend à sa sortie de prison, il veut le tuer. Ce n’est que quelques chapitres plus loin qu’on se rend compte qu’il a lui aussi sa part d’ombre, le rendant plus répréhensible que celui dont il veut la peau. Et puis il y a la femme d’Hartley qui refuse catégoriquement que le père de ce dernier l’approche.

Subtil, Baird Harper décortique les points de vue du système constitué autour de Sonia, ceux qui ont souffert de sa disparition, et ceux qui sont liés au responsable de sa mort. Demain sans toi tort méchamment le cou des croyances populaires et les films de genre. Une disparition ne se répare pas, quand la justice pointe du doigt un coupable, elle nomme simplement la personne à détester, l’élément perturbateur à accuser de son incapacité à vivre heureux.

Alors qu’à bien y regarder, la personne disparue ne semblait pas particulièrement épanouie dans le contexte où elle trouva la mort. Carrément malheureuse oui. Si elle était restée en vie, on aurait pu croire que sa famille l’ai aidée à trouver ce foutu bonheur, mais il aurait fallu pour cela faire preuve d’un peu plus de volonté que celle qu’elle arborait à cette époque. Si elle était restée en vie, elle ne l’aurait pas fait, elle ne se serait pas fait violence pour améliorer sa situation. Et ça, tout le monde le sait.

Mais puisque sa mort rend cette éventualité impossible, au lieu de porter la culpabilité de ne pas avoir compris ce qu’il se passait, il est bien plus commode de faire porter ce fardeau aux épaules du responsable, en le qualifiant d’assassin. Ce qu’il est. Car de son côté, il en va de même. C’est à cause de cet accident qu’il s’est vu priver de la liberté de construire une vie meilleure, de poursuivre ses rêves et de reconquérir sa femme.

Passionnante traversée dans les tourments de l’âme blessée, Demain sans toi vous fera entrer dans les coulisses de deux familles brisées par un décès prématuré et vous entraînera dans les tortueux méandres de l’humain. Fascinant et riche d’enseignement.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 novembre 2017 : Too Young to die

On le savait atteint de démence, Malcolm Young, membre fondateur de AC/DC a finalement rejoint à seulement 64 ans ce super groupe de rock quelque part dans un autre monde.Gardons le cap cependant, la vie est courte alors profitez sans plus attendre de notre petite sélection culturelle hebdomadaire avec du beau et du bon. A lire, à voir, à jouer et à écouter.

Du côté de la musique :

"Travaux sur la N89" de Jean Louis Murat
"Nat 'King' Cole & me" de Gregory Porter
"[e.pok]" de Ignatus
Interview de Fred Nardin
"Helmet on" de Manolo Redondo
Interview de Sapiens Sapiens
"Au coeur" de Tout Finira Bien
"Freak show" de Coffees & Cigarettes
"Rokh" de Datcha Mandala
Des Roses, Orouni et Bonni Li dans une sélection de EPs
Lise à l'International
et toujours :
Interview de Xavier Boyer autour de son album "Some / Any / New"
"Rituels" de Zero Degré
"Echo Zulu" de Nosfell
"En désaccord" de Alee & Ordoeuvre
"Tambourine" de Blot
"Come on & dance" de Caesaria
"In transit" de Kyle Eastwood
"Hybride" de Mr Yéyé
Brahms" de Nelson Freire
"Tangerine moon wishes" de Sandra Nkaké

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Trois Soeurs" au Théâtre National de l'Odéon
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"La Cantatrice chauve" au Théâtre du 13ème Art
"Ca va ?" au Théâtre du Rond-Point
"Clérambard" au Théâtre 13/Jardin
"Eddy Merckx a marché sur la lune" au Théâtre Pars-Villette
"Gardarem" à la Manufacture des Abbesses
"Cantate pour Lou Von Salomé" au Studio Hébertot
"Le Soliloque de Grimm" au Théâtre Essaion
"Les Darons" au Théâtre d'Edgar
"Clara Lefort - Tiens-toi debout" au Théâtre Le Mélo d'Amélie
des reprises à ne pas rater :
"Alcool" au Théâtre L'Echangeur à Bagnolet
"Requiem pour les artistes" au Théâtre Théâtre Elizabeth Czerczuk
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leïla Menchari" au Grnd Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Western" de Valeska Grisebach
"La education del rey" de Santiago Esteves
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Un coeur sombre" de R.J. Ellory
"Adam & Eve" de Stephen Greenblatt
"Ce que j'aime vraiment" de Astrid Desbordes & Pauline Martin
"Les chiens de Détroit" de Jérôme Loubry
"Seules les femmes sont éternelles" de Frédéric Lenormand
et toujours :
"Birthday girl" de Haruki Murakami
"9 rue Drouot" de Isabelle Yafil
"Comment ratatiner les idées noires ?" de Catherine Leblanc & Roland Garrigue
"Dernier jour à Budapest" de Sandor Marai
"La maison des Turner" de Angela Flournoy

Froggeek's Delight :

"Wolfenstein II : The New Colossus" sur PC, PS4, Xbox One
"Super Mario Odyssey" sur Nintendo Switch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=