Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hillbilly Elégie
J.D. Vance  (Editions Globe)  septembre 2017

Quelle curieuse idée que de rédiger une autobiographie quand on a à peine 32 ans et qu’on a encore rien accompli d’exceptionnel dans sa vie ! C’est pourtant ce que nous propose J.D. Vance, avec Hillbilly Elégie, son premier livre, sorti en France ce mois-ci aux éditions Globe. J.D. Vance est originaire et a vécu dans l’Ohio et le Kentucky. Avocat de formation, il travaille aujourd’hui pour un fonds d’investissement californien et est régulièrement consulté par les médias et les politiques soucieux de s’adresser à la population qu’il décrit et d’où il vient sans verser dans le populisme.

Les "Hillbillies" sont les petits blancs du Kentucky et de l’Ohio, que l’on dit xénophobes, qui ont voté pour Trump aux dernières élections américaines. Apres les évènements navrants de Charlottesville et les manifestations des suprémacistes blancs, le livre de J.D. Vance, où il raconte son enfance et son adolescence au milieu de ceux qui considèrent que l’Etat blanc est une idée visionnaire, nous permet de nous plonger au cœur de la montée de la xénophobie américaine, portée par des classes moyennes blanches apeurées de perdre leur statut de norme.

Alors évidemment, on peut penser, nous, les européens, que les électeurs de Trump sont pauvres, racistes et imbéciles. Certains le sont sûrement, c’est évident sauf que le livre de J.D. Vance a pour but de tordre le coup à certains clichés. Ils sont aussi des gens touchés de plein fouet par le chômage de masse et la désindustrialisation.

Dans son livre, J.D. Vance n’hésite pas à rendre hommage à ces "hillbillies" dont la culture repose sur un fort sens de l’honneur et une véritable dévotion pour la famille. Loyauté, travail et patriotisme font partie de leurs qualités. Souvent originaires d’Ecosse et d’Irlande, ils ont joué un rôle important dans le développement économique américain. La crise industrielle des années 80 les a touchés de plein fouet. Ils n’ont plus confiance dans la classe politique.

J.D. Vance nous raconte l’histoire de sa famille, ses grands parents auxquels il était très attaché, qui lui ont permis de faire des études supérieures, sa mère toxico, son père alcoolique qui l’abandonna, les nombreuses figures paternelles qui accompagnèrent sa mère, le tout dans un contexte de paupérisation lié à la désindustrialisation de la Rust Belt.

A travers son histoire, on assiste à la déchéance et l’abandon de cette classe ouvrière blanche, vivotant dans des conditions difficiles dans des grandes villes industrielles sinistrées qui, petit à petit, ne fait plus confiance à sa classe politique et aux médias, pouvant ensuite se tourner vers un Trump populiste qui feint de les comprendre.

On assiste aussi à sa réussite, celle d’un petit destiné à la délinquance qui doit sa situation actuelle à sa grand-mère qui lui a appris les bases pour se sortir de ce guêpier. Son passage chez les marines, et sa fierté d’en être puis ses années d’études (à Yale notamment) couvrent aussi de nombreuses pages très intéressantes du livre. L’ascenseur social a parfaitement fonctionné pour l’auteur quand tant d’autres de sa région sont restés à quai.

Le livre ressemble aussi à un formidable hommage à cette grand-mère extraordinaire. C’est elle qui lui conseille de prendre son premier petit boulot de caissier dans une petite supérette afin qu’il mesure la valeur de chaque dollar. Au travers de son expérience de petit caissier dans cette superette, il réalise aujourd’hui comment les Appalaches et le sud sont passés de férocement démocrates à férocement républicains en moins d’une génération. Comment une classe ouvrière blanche s’est tournée vers Nixon en ayant le sentiment que le gouvernement donnait du fric à ceux qui ne faisaient rien. C’est une tendance encore à la mode que d’accuser la société ou le gouvernement de tous les maux. Aux Etats-Unis, ce sont les blancs qui sont les plus pessimistes vis-à-vis de l’avenir. Cela a joué un rôle très important dans les dernières élections américaines.

J.D. Vance nous livre donc une très intéressante autobiographie à laquelle s’ajoutent de nombreuses analyses économiques, sociologiques et politiques. Déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires aux Etats-Unis, il nous donne de nombreuses informations sur l’Amérique actuelle et sa population. Passionnant, on parcourt ce livre avec plaisir, tentant de comprendre ce qui peut bien se passer dans la vie des gens lorsque l’activité économique a foutu le camp.

La description que J.D. Vance fait du monde dans lequel il a grandi devient une lecture essentielle dans la période que nous vivons. J.D. Vance nous permet donc, tout simplement, de comprendre la douleur et la colère du peuple qui a voté Trump.

Plus d’un million d’exemplaires du livre ont déjà été écoulés et les droits ont été vendus dans de nombreux pays. J.D. Vance est en train de devenir la référence de la parole conservatrice aux Etats-Unis.

 

En savoir plus :
Le Facebook de J.D. Vance


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=