Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hillbilly Elégie
J.D. Vance  (Editions Globe)  septembre 2017

Quelle curieuse idée que de rédiger une autobiographie quand on a à peine 32 ans et qu’on a encore rien accompli d’exceptionnel dans sa vie ! C’est pourtant ce que nous propose J.D. Vance, avec Hillbilly Elégie, son premier livre, sorti en France ce mois-ci aux éditions Globe. J.D. Vance est originaire et a vécu dans l’Ohio et le Kentucky. Avocat de formation, il travaille aujourd’hui pour un fonds d’investissement californien et est régulièrement consulté par les médias et les politiques soucieux de s’adresser à la population qu’il décrit et d’où il vient sans verser dans le populisme.

Les "Hillbillies" sont les petits blancs du Kentucky et de l’Ohio, que l’on dit xénophobes, qui ont voté pour Trump aux dernières élections américaines. Apres les évènements navrants de Charlottesville et les manifestations des suprémacistes blancs, le livre de J.D. Vance, où il raconte son enfance et son adolescence au milieu de ceux qui considèrent que l’Etat blanc est une idée visionnaire, nous permet de nous plonger au cœur de la montée de la xénophobie américaine, portée par des classes moyennes blanches apeurées de perdre leur statut de norme.

Alors évidemment, on peut penser, nous, les européens, que les électeurs de Trump sont pauvres, racistes et imbéciles. Certains le sont sûrement, c’est évident sauf que le livre de J.D. Vance a pour but de tordre le coup à certains clichés. Ils sont aussi des gens touchés de plein fouet par le chômage de masse et la désindustrialisation.

Dans son livre, J.D. Vance n’hésite pas à rendre hommage à ces "hillbillies" dont la culture repose sur un fort sens de l’honneur et une véritable dévotion pour la famille. Loyauté, travail et patriotisme font partie de leurs qualités. Souvent originaires d’Ecosse et d’Irlande, ils ont joué un rôle important dans le développement économique américain. La crise industrielle des années 80 les a touchés de plein fouet. Ils n’ont plus confiance dans la classe politique.

J.D. Vance nous raconte l’histoire de sa famille, ses grands parents auxquels il était très attaché, qui lui ont permis de faire des études supérieures, sa mère toxico, son père alcoolique qui l’abandonna, les nombreuses figures paternelles qui accompagnèrent sa mère, le tout dans un contexte de paupérisation lié à la désindustrialisation de la Rust Belt.

A travers son histoire, on assiste à la déchéance et l’abandon de cette classe ouvrière blanche, vivotant dans des conditions difficiles dans des grandes villes industrielles sinistrées qui, petit à petit, ne fait plus confiance à sa classe politique et aux médias, pouvant ensuite se tourner vers un Trump populiste qui feint de les comprendre.

On assiste aussi à sa réussite, celle d’un petit destiné à la délinquance qui doit sa situation actuelle à sa grand-mère qui lui a appris les bases pour se sortir de ce guêpier. Son passage chez les marines, et sa fierté d’en être puis ses années d’études (à Yale notamment) couvrent aussi de nombreuses pages très intéressantes du livre. L’ascenseur social a parfaitement fonctionné pour l’auteur quand tant d’autres de sa région sont restés à quai.

Le livre ressemble aussi à un formidable hommage à cette grand-mère extraordinaire. C’est elle qui lui conseille de prendre son premier petit boulot de caissier dans une petite supérette afin qu’il mesure la valeur de chaque dollar. Au travers de son expérience de petit caissier dans cette superette, il réalise aujourd’hui comment les Appalaches et le sud sont passés de férocement démocrates à férocement républicains en moins d’une génération. Comment une classe ouvrière blanche s’est tournée vers Nixon en ayant le sentiment que le gouvernement donnait du fric à ceux qui ne faisaient rien. C’est une tendance encore à la mode que d’accuser la société ou le gouvernement de tous les maux. Aux Etats-Unis, ce sont les blancs qui sont les plus pessimistes vis-à-vis de l’avenir. Cela a joué un rôle très important dans les dernières élections américaines.

J.D. Vance nous livre donc une très intéressante autobiographie à laquelle s’ajoutent de nombreuses analyses économiques, sociologiques et politiques. Déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires aux Etats-Unis, il nous donne de nombreuses informations sur l’Amérique actuelle et sa population. Passionnant, on parcourt ce livre avec plaisir, tentant de comprendre ce qui peut bien se passer dans la vie des gens lorsque l’activité économique a foutu le camp.

La description que J.D. Vance fait du monde dans lequel il a grandi devient une lecture essentielle dans la période que nous vivons. J.D. Vance nous permet donc, tout simplement, de comprendre la douleur et la colère du peuple qui a voté Trump.

Plus d’un million d’exemplaires du livre ont déjà été écoulés et les droits ont été vendus dans de nombreux pays. J.D. Vance est en train de devenir la référence de la parole conservatrice aux Etats-Unis.

 

En savoir plus :
Le Facebook de J.D. Vance


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 novembre 2017 : Too Young to die

On le savait atteint de démence, Malcolm Young, membre fondateur de AC/DC a finalement rejoint à seulement 64 ans ce super groupe de rock quelque part dans un autre monde.Gardons le cap cependant, la vie est courte alors profitez sans plus attendre de notre petite sélection culturelle hebdomadaire avec du beau et du bon. A lire, à voir, à jouer et à écouter.

Du côté de la musique :

"Travaux sur la N89" de Jean Louis Murat
"Nat 'King' Cole & me" de Gregory Porter
"[e.pok]" de Ignatus
Interview de Fred Nardin
"Helmet on" de Manolo Redondo
Interview de Sapiens Sapiens
"Au coeur" de Tout Finira Bien
"Freak show" de Coffees & Cigarettes
"Rokh" de Datcha Mandala
Des Roses, Orouni et Bonni Li dans une sélection de EPs
Lise à l'International
et toujours :
Interview de Xavier Boyer autour de son album "Some / Any / New"
"Rituels" de Zero Degré
"Echo Zulu" de Nosfell
"En désaccord" de Alee & Ordoeuvre
"Tambourine" de Blot
"Come on & dance" de Caesaria
"In transit" de Kyle Eastwood
"Hybride" de Mr Yéyé
Brahms" de Nelson Freire
"Tangerine moon wishes" de Sandra Nkaké

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Trois Soeurs" au Théâtre National de l'Odéon
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"La Cantatrice chauve" au Théâtre du 13ème Art
"Ca va ?" au Théâtre du Rond-Point
"Clérambard" au Théâtre 13/Jardin
"Eddy Merckx a marché sur la lune" au Théâtre Pars-Villette
"Gardarem" à la Manufacture des Abbesses
"Cantate pour Lou Von Salomé" au Studio Hébertot
"Le Soliloque de Grimm" au Théâtre Essaion
"Les Darons" au Théâtre d'Edgar
"Clara Lefort - Tiens-toi debout" au Théâtre Le Mélo d'Amélie
des reprises à ne pas rater :
"Alcool" au Théâtre L'Echangeur à Bagnolet
"Requiem pour les artistes" au Théâtre Théâtre Elizabeth Czerczuk
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leïla Menchari" au Grnd Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Western" de Valeska Grisebach
"La education del rey" de Santiago Esteves
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Un coeur sombre" de R.J. Ellory
"Adam & Eve" de Stephen Greenblatt
"Ce que j'aime vraiment" de Astrid Desbordes & Pauline Martin
"Les chiens de Détroit" de Jérôme Loubry
"Seules les femmes sont éternelles" de Frédéric Lenormand
et toujours :
"Birthday girl" de Haruki Murakami
"9 rue Drouot" de Isabelle Yafil
"Comment ratatiner les idées noires ?" de Catherine Leblanc & Roland Garrigue
"Dernier jour à Budapest" de Sandor Marai
"La maison des Turner" de Angela Flournoy

Froggeek's Delight :

"Wolfenstein II : The New Colossus" sur PC, PS4, Xbox One
"Super Mario Odyssey" sur Nintendo Switch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=