Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pourquoi les oiseaux meurent
Victor Pouchet  (Editions Finitude)  septembre 2017

Bonsecours, Blainville-Crevon, Bardouville, Giverny, ce sont vers ces lieux méconnus que se tourne la rentrée littéraire cette année aux éditions Finitude. Avec Pourquoi les oiseaux meurent, Victor Pouchet nous embarque avec son premier roman dans un river-trip normand qui risque de beaucoup faire parler.

"Il avait plu des oiseaux morts. J’ai répété ça aux bateliers sur le quai du port de Paris. Ils m’ont regardé étrangement. Pourtant, c’était très exact : il avait plu des oiseaux morts. Je suis allé de péniche en péniche, pour expliquer ma demande : descendre avec eux la Seine, pour observer les oiseaux, et pour atteindre les alentours de Rouen, où une série de pluies d’oiseaux morts était survenue". C’est par ces mots que commence ce petit bijou de livre d’à peine 200 pages.

Personne ne semble préoccupé par l’évènement, tout juste le Paris-Normandie y consacre quelques entrefilets dans ses colonnes. Tout le monde s’en fiche sauf un jeune parisien qui, pour tromper son ennui et se détourner lâchement de sa thèse, se passionne pour se phénomène survenu dans le village où il est né. Il va fouiller, chercher et enquêter, à l’affût du moindre indice, embarquant sur le Seine-Princess, un bateau croisière qui descend la Seine. Son père, dont il n’a plus de nouvelles, habite, justement à Bonsecours. Il est injoignable, c’est l’occasion de partir, peut-être de le retrouver aussi.

Les rencontres sont nombreuses, les pistes se succèdent, toujours inattendues et extravagantes, une amourette se développe et le narrateur profite de cette croisière-enquête pour mettre un peu d’ordre dans sa vie et dans sa tête. Tous les indices sont recueillis dans un cahier qui lui sert de journal de bord. Il découvre de nombreuses choses au cours de son périple, un ancêtre scientifique, des massacres d’oiseaux, déjà, au temps de Mao, aux conséquences désastreuses.

Victor Pouchet, agrégé de lettres modernes, enseignant en classes préparatoires et spécialiste de Stendhal nous montre l’étendue de ses qualités d’écriture dans son premier roman. Il sait raconter des anecdotes, faire preuve de malice et de poésie dans ses écrits et possède aussi beaucoup d’humour. Certaines pages sont particulièrement savoureuses, notamment celles de la rencontre avec la folle de Notre-Dame.

Pourquoi les oiseaux meurent est donc l’histoire d’une sorte de Petit Poucet qui court au devant de cailloux-oiseaux jetés pour lui sur un chemin incohérent, comme un piège voulant le perdre ou l’emmener vers une destination bien précise, vers un retour aux sources. On dévore ce petit livre passionnant, tant grâce à l’histoire et à ses digressions que par la fluidité des écrits de Victor Pouchet. Ce premier livre est un coup de maître, un petit bijou qui fait partie de mes coups de cœur de la rentrée littéraire.

Un an après le joli coup littéraire réussi par les éditions Finitudes avec le très remarqué En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut, on peut penser (et espérer) que le dernier (et premier) livre de Victor Pouchet suivra le même parcours. Il le mérite vraiment.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Victor Pouchet


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=