Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Il ne nous reste que la violence
Eric Lange  (Editions de La Martinière)  avril 2017

Animateur de radio, Eric Lange propose un roman situé dans les langes de notre siècle. Avant la crise, avant les voitures kamikazes, avant le lifté sur le trône des States, avant le terrorisme ordinaire. Le titre est évocateur du Mister Hyde en nous, comme une dernière sommation avant de basculer définitivement du côté obscur : Il ne nous reste que la violence.

Dans ce roman noir, Eric Lange prend le parti de décrire la société dans ce qu’elle a de plus abject, de ne voir que le nuage au-dessus de nos têtes et de laisser les oiseaux de malheur nicher au creux de nos esprits.

L’histoire est celle d’un animateur de radio dont le poste est menacé parce que son groupe a été racheté, l’objectif est la croissance, donc de gagner des auditeurs, donc des parts de marché, donc de gratter un max de sonantes et trébuchantes, voire de bons gros chèques pour engraisser le groupe investisseur. La triste histoire de nombreuses entreprises, écrasées par les géants toujours plus voraces.

L’émission phare du narrateur est en passe d’être rayée de la grille des programmes, pas assez banquable. La solution lui vient naturellement : il suffirait que son concurrent disparaisse, il pourrait ainsi récupérer ses auditeurs, faire grimper l’audimètre et d’un même coup ajouter un zéro en bas de sa fiche de paye. Le pire n’est pas qu’il pense sérieusement à cette option, c’est que c’est presque facile. Plus facile que de rebondir.

Loin de provoquer une ultime dépression au traitement pris en charge par une sécurité sociale qui n’en peut plus d’écoper depuis des lustres, Il ne nous reste que la violence est une décharge électrique. En effet, vu sous un autre angle, Eric Lange pointe du doigt le pessimisme ambiant lié uniquement à la peur de se voir retirer les privilèges octroyés à la sueur de nos antécédents.

Et c’est haut et fort qu’il pointe du doigt la violence qui le révolte en intimant à la société de se bouger. A chaque privilège, nous en réclamons un autre, un truc chouette qui tomberait tout cuit dans le bec, de l’argent qui se multiplierait d’un simple claquement de phalanges, de la reconnaissance et des caprices assouvis.

Eric Lange utilise le "je" dans ce roman, mon côté cynique y a vu une part autobiographique qui s’est vite effacée sous la justesse du propos, effarant de réalisme. Il ne nous reste que la violence est un constat, un témoignage de ce que la société est en train de faire de ses humains : une grosse bande d’égoïstes, aussi flasques que le gras libidineux, pas courageux pour deux sous, mais avides de possessions.

 

En savoir plus :
Le Facebook d'Eric Lange


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2018 : Un sommaire foisonnant !

Plus de 40 articles cette semaine. Une belle actualité pour vous donner envie de découvrir, de sortir, de lire, voir et d'écouter de la musique ! C'est parti :

Du côté de la musique :

"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson
et toujours :
"Magnus effect" de Cadillac Palace, "Iris Extatis" de Daphné, "Franz Schubert : La truite - Fantaisie en ut majeur" de Guillaume Chilemme & Nathanael Gouin, Joseph Edgar de passage à la Bellevilloise, "Between the earth and sky" de Lankum, "Reminiscenza" de Ludmila Berlinskaya, "Picaflor" de Mon Côté Punk, "Old and new songs" de Old And New Songs, "Face B 1965 / 1981" de Pierre Vassiliu, "Vox low" de Vox Low

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"1 heure 23'14" et 7 centièmes'" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Studio Hébertot
"Le Collectionneur" à la Manufacture des Abbesses
"Jaguar" au Théâtre de la Bastille
"Miracle en Alabama" au Théâtre La Bruyère
"Avec le paradis au bout" au Ciné XIII Théâtre
"Compartiment fumeuses" au Studio Hébertot
"Le Monde dans un instant" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Hugo, l'interview" au Théâtre Essaion
"Sang négrier" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Choisir de vivre" au Studio Hébertot
"Jamais plus" au Studio Hébertot
"Lettres à Nour" au Théâtre Antoine
"Dom Sganarelle" au Théâtre Le Ranelagh
"Les Petites Femmes de chambre" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Emmerdante" au Théâtre Essaion
"Ma Cantate à Barbara" au Théâtre des Nouveautés
des reprises à ne pas rater :
"Une Chambre en Inde" au Théâtre du Soleil
"Un coeur Moulinex" au Théâtre de l'Opprimé
"Emma Mort, même pas peur" à Bobino
"Les Tribulations linguistiques d'un Japonais découvrant la France" au Théâtre de Nesle
"Ah le Japon ! Les Tribulations d'un Japonais rentrant dan son pays" au Théâtre de Nesle
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Les Hollandais à Paris - 1789-1914" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Cas de conscience" de Vahid Jalilvand
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld
et toujours :
"Entrez dans la danse" de Jean Teulé

"Eparse" de Lisa Balavoine
"Il est toujours minuit quelque part" de Cédric Lalaury
"Monster" de Alan Moore, John Wagner & Alan Grant
"Notes pour une histoire de guerre" de Gipi
"Philippe Henriot" de Christian Delporte
"Pirates ! l'art du détournement culturel" de Sophie Pujas
"Potlach" de Marcos Prior & Danide
"Tous les hommes du roi" de Robert Penn Warren

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=