Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mme Klein
Théâtre des Abbesses  (Paris)  octobre 2017

Comédie dramatique de Nicholas Wright, mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman, avec Marie-Armelle Deguy, Sarah Le Picard et Clémentine Verdier.

Avec "Mme Klein", le dramaturge britannique Nicholas Wright signe une partition ordonnée sur le mode du huis-clos, le registre du drame familial et le thème des relations mère-fille conflictuelles.

Et ce autour de la personnalité de Mélanie Klein, pionnière de la psychanalyse de l'enfance, et d'un fait réel, celui de la mort de son fils intervenue dans des circonstances incertaines, une mort que va lui reprocher sa fille en l'interprétant comme un suicide.

Sur toile de fond toile de fond des controverses et les querelles de chapelle qui agitèrent le petit monde sectaire de la psychanalyse naissante, Nicholas Wright retrace des échanges violents, qui toutefois, en raison de l'insertion de traits d'humour à l'anglaise, désamorcent la potentielle configuration tragique.

Avec une belle constance, Brigitte Jaques-Wajeman assure toujours une direction d'acteur émérite et a réuni une distribution de qualité pour incarner un trio atypique de femmes qui s'affrontent et se déchirent avec les mêmes armes derrière les lourds rideaux de velours couleur de nuit d'un salon cossu élaboré par Emmanuel Peduzzi.

Marie-Armelle Deguy s'empare magistralement de la posture de la figure-mère égotiste et narcissique tournée essentiellement dans la réalisation de soi, tant à titre intime, pour surmonter son background dépressif, que professionnel passant par la reconnaissance hégémonique de ses théories psychanalytiques, de surcroît psychorigide, mégalomaniaque et paranoïaque allant jusqu'à la fermeture à clé du bar à liqueurs.

Et elle négocie parfaitement les failles et les faiblesses de cette mère-monstre qui a expérimenté sur ses propres enfants-cobayes entraînant une confusion des rôles qui n'a vraisemblablement pas contribué à leur équilibre mental.

Du moins pour la fille, interprétée tout en fébrilité exacerbée par Clémentine Verdier, face à l'exhortation de l'analyste maternelle, en contrepied freudien, celle de "tuer la mère" et non le père, toujours en quête de l'amour de sa mère, au demeurant que celle-ci ne peut pas lui donner, et qui se matérialise de manière paradoxale tant par le mimétisme, avec le choix d'un cursus identique, elle est également psychanalyste clinicienne, que par l'opposition professionnelle en s'érigeant en rivale critique.

Leur confrontation prend souvent une tournure hystérique qui ne contribue pas à donner une image sereine de la psychanalyse, qualifiée par ses détracteurs comme "une mythologie crée par des psychopathes", du moins de ses officiants qui seraient, à l'instar de certains qui nous gouvernent, des malades et/ou des fous qui prétendent soigner et soulager les misères psychiques.

Dans cette faille va s'immiscer, et s'engouffrer, une jeune femme, également psychanalyste, Sarah Le Picard remarquable de placidité stratégique, qui récemment émigrée sans argent ni appui, saisit l'opportunité de se placer sous une protection tutélaire en se positionnant non seulement comme secrétaire de la mère mais fille de susbtitution, une fille idéale puisque fille d'élection sans la demande/obligation affective filiale naturellement inhérente aux liens du sang, et dévouée disciple.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=