Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pour te perdre un peu moins
Martin Diwo  (Editions Plon)  août 2017

Artiste contemplatif et cœur brisé, Martin Diwo folichonne ses études de droit d’une plume intimiste et atemporelle. Pour te perdre un peu moins est son premier roman. "Lui, elle, une histoire universelle. Elle s’en va, il la rêve".

Non, il ne s’agit pas d’un énième roman catharsis faisant revivre les ombres d’une amourette échouée dans une poubelle. Ou alors si. Mais Martin Diwo réussit à rendre sa vérité à la rupture, dans ce qu’elle n’est facile pour personne, et en ce qu’elle ouvre un nouveau monde, inconnu.

Ici, madame quitte monsieur au prétexte qu’elle ne pense plus l’aimer. Facile de lui en vouloir, ce n’est pas une excuse. C’est un peu comme dire "non mais c’est pas toi, c’est moi". Et pourtant. C’est vrai. L’inverse existe aussi. Le courage est de se l’avouer.

Dépité, monsieur respecte la volonté de madame. Mais il n’a rien vu venir. Est-ce que le désamour se voit venir ? Non. Du coup, il remonte le fil des instants passés en sa présence pour essayer de comprendre à quel moment ça a commencé. Quel évènement, quel mot, quel geste a signé le début de la fin ?

Il y a du Sartre dans les propos de Martin Diwo, dans ce que l’enfer, c’est les autres. Son enfer, c’est l’ami qui le sort de ses turpitudes, c’est la compréhension de la meilleure copine de la femme. Celle qu’il n’appelle pas encore ex. Son enfer, c’est d’espérer la croiser et se comporter en ermite pour ne pas que ça arrive.

Instants séparés des autres et réunis par la rupture, l’histoire d’amour du roman n’a de sens que dans sa finalité. Alors que le narrateur s’interroge sur les possibles d’une autre issue, l’auteur distille l’inéluctable : c’est fini. Loin d’ironiser sur le gaspillage d’une histoire vouée à l’échec, Martin Diwo décrit avec pudeur et intelligence les affres des sentiments amoureux.

Il n’est pas nécessaire d’avoir vécu avec le narrateur pour comprendre ses ressentis. Un peu d’empathie et des ex coincés sous vos talons suffisent à faire palpiter la pomme à globules au rythme des questionnements. Facile de tomber dans le cliché "j’ai vécu la même", alors que Martin Diwo ne nous y invite pas.

Parce qu’il va plus loin. Entre témoignage contemporain et sociologie universelle, Pour te perdre un peu moins met au clair la complexité des relations humaines dans leur ensemble, le couple comme point central. Et les processus du deuil comme repères : déni-colère-dépression-résignation-reconstruction. On a beau le savoir, chaque moment est un pas de plus vers l’acceptation de la perte. A laquelle l’homme ne se résigne.

En finesse et à pas feutrés, Martin Diwo nous emmène dans son autopsie du couple.

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=