Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pour te perdre un peu moins
Martin Diwo  (Editions Plon)  août 2017

Artiste contemplatif et cœur brisé, Martin Diwo folichonne ses études de droit d’une plume intimiste et atemporelle. Pour te perdre un peu moins est son premier roman. "Lui, elle, une histoire universelle. Elle s’en va, il la rêve".

Non, il ne s’agit pas d’un énième roman catharsis faisant revivre les ombres d’une amourette échouée dans une poubelle. Ou alors si. Mais Martin Diwo réussit à rendre sa vérité à la rupture, dans ce qu’elle n’est facile pour personne, et en ce qu’elle ouvre un nouveau monde, inconnu.

Ici, madame quitte monsieur au prétexte qu’elle ne pense plus l’aimer. Facile de lui en vouloir, ce n’est pas une excuse. C’est un peu comme dire "non mais c’est pas toi, c’est moi". Et pourtant. C’est vrai. L’inverse existe aussi. Le courage est de se l’avouer.

Dépité, monsieur respecte la volonté de madame. Mais il n’a rien vu venir. Est-ce que le désamour se voit venir ? Non. Du coup, il remonte le fil des instants passés en sa présence pour essayer de comprendre à quel moment ça a commencé. Quel évènement, quel mot, quel geste a signé le début de la fin ?

Il y a du Sartre dans les propos de Martin Diwo, dans ce que l’enfer, c’est les autres. Son enfer, c’est l’ami qui le sort de ses turpitudes, c’est la compréhension de la meilleure copine de la femme. Celle qu’il n’appelle pas encore ex. Son enfer, c’est d’espérer la croiser et se comporter en ermite pour ne pas que ça arrive.

Instants séparés des autres et réunis par la rupture, l’histoire d’amour du roman n’a de sens que dans sa finalité. Alors que le narrateur s’interroge sur les possibles d’une autre issue, l’auteur distille l’inéluctable : c’est fini. Loin d’ironiser sur le gaspillage d’une histoire vouée à l’échec, Martin Diwo décrit avec pudeur et intelligence les affres des sentiments amoureux.

Il n’est pas nécessaire d’avoir vécu avec le narrateur pour comprendre ses ressentis. Un peu d’empathie et des ex coincés sous vos talons suffisent à faire palpiter la pomme à globules au rythme des questionnements. Facile de tomber dans le cliché "j’ai vécu la même", alors que Martin Diwo ne nous y invite pas.

Parce qu’il va plus loin. Entre témoignage contemporain et sociologie universelle, Pour te perdre un peu moins met au clair la complexité des relations humaines dans leur ensemble, le couple comme point central. Et les processus du deuil comme repères : déni-colère-dépression-résignation-reconstruction. On a beau le savoir, chaque moment est un pas de plus vers l’acceptation de la perte. A laquelle l’homme ne se résigne.

En finesse et à pas feutrés, Martin Diwo nous emmène dans son autopsie du couple.

 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=