Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une odyssée
Daniel Mendelsohn  (Editions Flammarion)  septembre 2017

Il y a dix ans déjà, Daniel Mendelsohn recevait le prix Médicis pour son livre Les disparus dans lequel il relatait la disparition d’une partie de sa famille, son oncle, sa femme et ses cousines, en 1941 dans l’Est de la Pologne. En partant sur leurs traces, il livrait un livre lumineux sur le passé perdu de sa famille pendant la shoah.

Daniel Mendelsohn, professeur de littérature classique à Bard collège dans l’Etat de New York, est de retour en ce mois de septembre avec un livre tout autant magnifique dans lequel la famille continue d’être le moteur de son écriture. Ici, c’est de son père dont il nous parle, Jay Mendelsohn, qui, il y a quelques années, alors âgé de quatre-vingt-un ans, décide de suivre le séminaire que son fils consacre à l’odyssée d’Homère. Ils s’affrontent alors dans la salle de classe, puis se découvrent pendant les dix jours d’une croisière thématique sur les traces d’Ulysse. L’odyssée d’Homère, que père et fils vont explorer ensemble se retrouve alors faire écho à un récit merveilleux sur la redécouverte mutuelle de ces deux êtres liés par le sang.

J’ai lu récemment le dernier très beau livre de Richard Ford, Entre eux, dans lequel il rend un hommage bouleversant à ses parents défunts. Richard Ford posait des mots très forts sur son père, qu’il admirait, le remerciant de ce qu’il était devenu grâce à lui. J’ai adoré ce livre et j’ai retrouvé les mêmes sensations en lisant le dernier livre de Mendelsohn. Evidemment la démarche de Mendelsohn, dans son livre est sensiblement différente car, quand Richard Ford nous raconte son père, à travers souvenirs et photos, lui nous raconte son séminaire sur Homère devant son père puis leur voyage sur les traces d’Ulysse. Le texte qui complète le titre du livre "un père, un fils, une épopée" traduit parfaitement la trame du livre, qu’il a décidé de dédier à sa mère, tout en rendant hommage à son père, décédé un an après le séminaire sur Homère, apprend-on au début du livre. Ce livre, c’est au final, un roman d’amour pour son père. Un très grand roman d’amour.

Ce livre, c’est en fait plusieurs livres avec une narration circulaire mêlant histoires basées dans le présent tout en parlant aussi dans le passé. C’est l’histoire de deux êtres, qui s’aiment, s’estiment mais s’ignorent. Ils vont se retrouver et se reconnaître autour du texte de l’Odyssée. Mendelsohn nous offre, et le mot est faible, une lecture passionnante et érudite de l’Odyssée (on a parfois l’impression de redevenir étudiant, se retrouvant comme faisant partie de ce séminaire) sur laquelle il va croiser la relation d’un père et d’un fils, autour d’un séminaire puis d’un voyage.

Jay Mendelsohn devient le temps du séminaire, son élève, au même titre que ses étudiants. Il intervient souvent, car il n’aime pas Ulysse (qui pour lui n’est pas héros), mettant souvent dans l’embarras son fils. Les débats sont intenses, formidablement narrés par Mendelsohn. Le père pousse le fils dans ses retranchements. Au départ surpris de cette présence paternelle, les étudiants apprécient la présence de ce père parmi eux, notamment son engagement. Ils s’amusent à ses côtés mais profitent aussi de ses nombreuses réflexions.

Les deux Mendelsohn vont ensuite partir sur un paquebot, pour une croisière sur les traces d’Ulysse. La croisière sera l’occasion de nombreuses visites, d’aventures incroyables et touchantes, notamment lors de la visite de la grotte de Calypso (scène très touchante où le père aide son fils à vaincre sa claustrophobie) ou avec la découverte de Troie qui vont lui permettre de découvrir des facettes de son père qu’il ne connaissait pas et qui vont le toucher.

Leur voyage devait les emmener jusqu’à Ithaque, ils n’iront pas. Daniel Mendelsohn fera, à la place, une conférence sur le paquebot autour d’"Ithaque", un poème de Constantin Cavafy, pour lequel il recevra de chaleureuses félicitations de son paternel. Un grand moment d’émotion pour Daniel Mendelsohn…

Ce livre, c’est aussi l’occasion de nous raconter, nous confirmer sa passion pour la culture grecque, et son choix de s’y intéresser, notamment du fait de son homosexualité, car jeune juif, la culture grecque semblait plus ouverte vis-à-vis des homosexuels que la culture juive. Il nous raconte aussi ses relations compliquées avec son père pendant sa jeunesse et nous explique aussi, dans un très beau passage, pourquoi son père a réagi avec tendresse à son Coming-Out quand il avait vingt ans.

Une Odyssée est donc un livre érudit, plein de tendresse, très personnel aussi mais qui a le mérite de parler à tous. Ce livre est juste passionnant, de bout en bout. Il fait partie de ceux dont je vais me souvenir longtemps mais surtout de ceux qui auront réussis à me transmettre de nombreuses connaissances mêlées à de très belles émotions.

L’Iliade et l’odyssée font partie des épopées les plus fameuses mais dorénavant, il faudra compter sur celle de Daniel Mendelsohn et de son père.

Et Daniel Mendelsohn est un grand écrivain, qu’il faut absolument lire.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Daniel Mendelsohn
Le Facebook de Daniel Mendelsohn


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=