Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gunwood
Interview  (Par mail)  jeudi 29 juin 2017

Eh oui lecteur, après avoir chroniqué le très bon Traveling Soul de Gunwood, la rédaction m’a demandé d’aller les interviewer. Pour cela, j’ai dû parcourir des milliers de kilomètres et passer des heures à voyager. Tu te doutes que Médor n’a pas pu me suivre durant ce périple, mais c’est au péril de ma vie que je t’offre cette interview !

Non, mais je blague, en vrai, cette interview a été faite par mail, il ne faut pas non plus exagérer. Mais le résultat seul compte et là tu vas adorer, comme moi j’adore ce groupe.

Tout d’abord, j’ai lu que votre nom avait été inventé, est-ce que vous pouvez nous raconter comment il vous est venu ?

Gunnar : Le "Gun" de Gunwood est tiré de la première syllabe de mon prénom Gunnar, le "Wood" représente le trio.

Est-ce que vous pouvez vous présenter au public français qui ne vous connait pas encore ?

Gunnar : Nous sommes un trio folk rock, très axé sur le chant à trois voix. Le groupe s'est créé en 2013 et nous avons sorti notre premier album Traveling Soul il y a deux mois.

Gunnar, j’ai lu que tu étais tombé tout petit dans la musique grâce à ton papa, mais qu’en est-il des deux autres membres du groupe ?

David : Pour ma part, je suis issu d'une famille de musiciens classique. Je me suis essayé à différents instruments avant de rencontrer la batterie à l'adolescence et de ne plus la quitter.

Jeff : Mon père jouait de l'harmonica, cet instrument m'a attiré vers l'âge de huit ans. Ça a été le point de départ de mon amour pour la musique. J'ai ensuite rapidement appris d'autres instruments de manière autodidacte comme la batterie, la basse, la guitare et le chant.

J’ai lu que Gunnar avait beaucoup voyagé et que cela faisait partie de ses influences pour composer, mais également la lecture d’Hermann Hesse, mais quels sont les autres sujets qui vous inspirent ?

Gunnar : Mes textes sont parfois introspectifs, parfois ils naissent suite à des rencontres, ou d'histoires d'autres personnes. J'ai par exemple écrit la chanson "More" pour une amie dont la maison voisine venait de brûler pendant la nuit. D'autres sujets qui reviennent souvent sont le rêve et l'envie de sensations fortes.

Comment se passe la composition au sein du groupe ?

Gunnar : On choisit parmi mes compositions celles qui vont le mieux au groupe, parfois des guitare-voix, parfois des maquettes plus complètes. Ensuite on les arrange ensemble en répétition. Les arrangements des titres peuvent évoluer au fil des concerts.

Pensez-vous qu’un artiste doive obligatoirement être engagé ?

Gunnar : Pas dans le sens propre du terme. Pour ma part par exemple, j'ai plutôt tendance à poser des questions que de donner des réponses dans mes chansons. Mais en quelque sorte, on prend position à partir du moment où on prend la parole, même sans le vouloir...

La question suivante m’a été inspiré par Ichigo Samuru, chroniqueur également chez Froggy’s Delight et je la trouve très intéressante : un malade gravement atteint vient vers vous et vous dit que votre musique lui fait du bien et calme ses douleurs et lui fait oublier sa maladie. Quel effet cela vous fait-il ?

Gunnar : Je pense que ça serait un des meilleurs compliments qu'on pourrait nous faire... Pour moi la musique sert à ça, offrir un moyen de s'évader, s'inventer une autre réalité.

Comment réagissez-vous aux critiques négatives qui peuvent être publiées à votre sujet ? Que ce soit au sujet de Gunwood ou à titre plus individuel ?

Gunnar : C'est rare que je me vexe suite à des critiques, car je sais que l'art est quelque chose de subjectif. Certaines remarques peuvent même être constructives. Comme en plus je suis plutôt critique envers moi-même je me dis soit "tiens, il a raison", soit "tant pis, on n'a pas les mêmes goûts".

De qui est l’artwork de l’album ? Comment l’avez-vous choisi ?

Gunnar : L'artwork a été peint sur bois par Stephan Zimmerli, le guitariste / contrebassiste du groupe Moriarty. On lui a donné quelques indications sur l'univers visuel qu'on aimerait pour la pochette, et sa peinture nous a convaincus du premier coup. Nous en sommes assez fiers car jusqu'à présent, il ne s'occupait qu'exclusivement des visuels de son propre groupe.

Question qui date de mes années fanzines punk-rock : si je vous dis cheveux longs et idées courtes ?

Gunnar : Je pense que personne de ce groupe ne serait d'accord avec la citation, car nous avons presque tous eu notre phase "cheveux longs" (rires). De plus, je pense que les codes ont quelque peu changé depuis le temps, Metallica ont les cheveux courts depuis la fin des années 90 et je connais aujourd'hui plus de "hippies" avec les cheveux courts qu'avec les cheveux longs.

Est-il facile de concilier vie de famille et vie professionnelle, notamment avec les tournées ?

Gunnar : Non, ce n'est certainement pas facile... Mais c'est jouable à condition d'être bien organisé et d'avoir un / une partenaire compréhensif/ve.

Est-ce que l’explosion des réseaux sociaux facilitent les liens (déjà est-ce que c’est vous qui gérez votre page Facebook ou bien est-ce que quelqu’un le fait pour vous) et est-ce que ça permet de tisser un lien plus étroit avec le public, notamment lors des concerts ?

Gunnar : Il peut arriver que notre label fasse un ou deux posts à notre place, notamment en phase de promo ou quand nous sommes trop occupés par les tournées, mais en général c'est moi qui gère les réseaux sociaux. Oui, en quelque sorte les réseaux sociaux permettent un lien plus étroit entre groupes et fans. Ils peuvent facilement voir des bouts de notre quotidien de répétition ou de tournée sans média interposé, et nous pouvons recevoir directement des messages encourageants de leur part. Cependant, il y a sûrement le même effet qu'à titre personnel : à force de suivre 500 groupes à la fois, on est peut-être sur un lien un peu plus superficiel...

Quelle est la question que l’on ne vous pose jamais mais à laquelle vous auriez aimé répondre ?

Gunnar : Vous voulez de l'aide pour ranger votre matériel après le concert ? (rires)

C’est pas trop saoulant les interviews ?

Gunnar : Au contraire, c'est quelque chose de très gratifiant. Jusqu'à présent, on n'a pas encore été exposé à des questions trop personnelles ou gênantes, tant que ça reste ainsi ça sera toujours un plaisir d'y répondre.

Enfin, avant de conclure, qu’est-ce que vous diriez à titre personnel sur chacun des autres membres du groupe ?

Gunnar : En parlant de questions personnelles... (rires) Jeff a un esprit d'artiste à la fois complexe et attachant. Il fait preuve d'une imagination sans limites et est une vraie boule d'énergie comme on peut le voire sur scène. David a un caractère bien plus mesuré et pragmatique, ce qui complète parfaitement le trio. Mais ça ne l'empêche pas de faire blague sur blague en tournée... C'est un vrai plaisir de travailler avec les deux au quotidien.

Habituellement, on demande le mot de la fin et là on va faire l’inverse : est-ce que vous, vous auriez une question à poser ou un message à passer (certains en profitent pour vendre du matos, n’est-ce pas Jean-Marc !)

Gunnar : Quelqu'un aurait le numéro de Feist pour un prochain featuring ? (rires)

Retrouvez Gunwood
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Travelling soul de Gunwood

En savoir plus :
Le site officiel de Gunwood
Le Bandcamp de Gunwood
Le Soundcloud de Gunwood
Le Facebook de Gunwood

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Gunwood (29 juin 2017)


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=