Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Semyorka
Interview  (Paris)  juillet 2005

La démo 6 titres du jeune groupe Semyorka est suffisamment attractive pour que nous ayons eu envie de rencontrer le trio. Nous avons donc rencontré Nicolas, Magali et Benoit.

Comment êtes-vous venu à faire de la musique et à choisir ce registre musical ?

Magali : Le groupe s'est formé quand nous avons rencontrés Nico qui avait déjà écrit plein de compos donc le style prééxistait. Cela étant, ce registre me convenait.

Nicolas : Dès l'enfance, j'ai aimé des groupes comme Depeche Mode, New Order, Front 242. Et le côté électro-pop est en moi depuis très longtemps. Ensuite, je suis venu naturellement à la musique rock au sens large. Je n'ai jamais écouté d'électro pure et dure. Cela me convient bien par rapport à mes influences et c'est un registre musical assez ouvert en termes d'expérimentation. Il y a, me semble-t-il, encore pas mal de choses à faire dans le domaine de l'électro.

Magali : Notre rencontre est due au hasard. Pour ma part, j'écoute des choses très variées. Je ne suis pas musicienne mais je voulais chanter dans un groupe. Et notre rencontre est tombée pile poil quand je suis arrivée à Paris. A la base, je me disais que je chanterai dans un groupe de rock et puis en fait le registre de Semyorka me correspond bien. Donc c'est parfait.

Nicolas : Le choix du registre est souvent le fruit des rencontres. Pour ma part, j'ai fait d'autres choses avant de me concentrer sur l'électro-rock. Et ensuite il y a eu une démarche pour trouver le son qui correspondait à ce que je voulais faire.

Et le choix du 3 ème , le guitariste ?

Benoit : Je ne suis pas le guitariste d'origine. Je suis le nouveau. En fait, j'avais vu le groupe en concert plusieurs fois et je suis le copain d'un ami de Nico. Donc nous nous sommes rencontrés et liés d'amitié et c'est naturellement que je me suis proposé pour remplacer leur guitariste quand il est parti.

Il y a donc toujours eu de la guitare dans vos compos ?

Nicolas : Oui.

Magali : Il y en a toujours eu mais au plan technique la recherche d'un guitariste a été lié au fait que nous voulions faire de la scène car Nico, qui faisait tout en studio, ne pouvait pas jouer de tout sur scène.

Vous avez donc préféré avoir un guitariste live plutôt que de jouer avec des bandes ?

Magali : Oui.

Nicolas : C'est bien de jouer à 3. A 2, ça aurait un petit côté karaoké (rires).

Donc le compositeur est le leader ? Il y a pourtant une grande homogénéité qui se dégage des morceaux.

Nicolas : Nous jouons ensemble depuis 2 ans et demie donc nous nous connaissons bien.

Magali : Au début, j'y pensais. J'écris des textes qui ne correspondent pas trop à ce que nous jouons. Nico fait tout en même temps.

Nicolas : La composition et l'écriture sont très souvent simultanées.

Magali : Ensuite nous en discutons tous ensemble bien sûr…et il fait toujours ce qu'il veut en définitive ! (rires)

Nicolas : Non, j'écoute et si je suis d'accord….

Magali : …il écoute et il dit : "Non, c'est une mauvaise idée !" (rires). Non, je rigole !

Benoit : Je lui ai posé la question à mon arrivée dans le groupe et Nico m'a répondu qu'il se réservait le droit de ne pas tenir compte de nos suggestions si elles ne lui plaisaient pas. Ce qui me paraît tout ça fait normal puisque c'est lui qui compose les morceaux.

Magali : Cela étant, il est évident que je ne chanterai pas quelque chose que je n'aimerai pas.

Le choix de la langue, français ou anglais, est dicté par la mélodie ?

Nicolas : Oui. Notre style se prêt bien à l'anglais. Mais la raison profonde m'est inconnue.

L'écriture des textes est une étape laborieuse ?

Nicolas : Je transpire beaucoup sur la musique, moins sur les textes. Les idées arrivent avec la musique. En caricaturant, je dirais que cela commence par la rythmique, ensuite la mélodie et enfin le texte. Mais l'ensemble vient un peu en même temps.

A quel stade de l'élaboration du morceau le proposez-vous au groupe ?

Magali : Ça dépend. Parfois, il nous a fait écouter une boucle de sons et une vague mélodie il y a un an et il les met en place maintenant. Souvent, Nico me fait écouter le tout premier jet et on met en place la tessiture avec la boucle.

Chacun de vos morceaux pose une ambiance différente sur une base directrice un peu cold wave. Dans l'ensemble, elle est plutôt sombre.

Nicolas : Naturellement, il m'est facile de faire dans le sombre mais je fais attention de ne pas y aller trop profondément car le résultat n'est pas satisfaisant. J'introduis donc toujours de la gaité ou du décalage.

Comme "Lolita superstar" ?

Magali : C'est une critique sur le produit Lolita et aussi une critique sur ceux qui critiquent.

C'est un coup de gueule sincère ?

Nicolas : C'est sincère mais sous forme comique.

En live vos morceaux sonnent comme sur disque ?

Nicolas : Cela se ressemble effectivement même si c'est plus brut par exemple au niveau de la voix. Cela étant, le live c'est de la musique vivante qui est soumise aux aléas du moment.

Quelles sont pour vous les places respectives du disque et du live l'un par rapport à l'autre ?

Nicolas : Le disque est très important.

Magali : Le live est un support. Mais nous aimons vraiment jouer en live. Je m'éclate complètement. De plus, le live est le pur plaisir car en studio nous sommes toujours en recherche du meilleur.

Nicolas : Pour le moment nos concerts sont assez roots. Nous sommes à la dure école. Et nous avons de bons retours du public.

Sur la scène actuelle, quels groupes seraient dans votre créneau ?

Nicolas : Neymo arrive comme une bombe il me semble et dans un style assez proche du notre. Radio 4, Robots in disguise.

Votre démo est de très bonne qualité. Y a-t-il un album en préparation ?

Nicolas : Nous sommes en recherche d'une label et d'un tourneur et même d'un manger. Si cela n'aboutit pas nous nous tournerons vers l'autoproduction et avoir une bonne production tant au plan musical que packaging.

Etes-vous prêts à faire des concessions par rapport à votre musique suivant les exigences d'un label par exemple ?

Magali : Il faut voir si ce sont des concessions ou des bonnes idées.

Nicolas : Le côté financier n'est pas sans incidence car si on ne gagne pas d'argent il n'y aura pas de suite à l'album qu'on aura voulu pur et dur. Cela étant, je fais ce que j'ai envie de faire et il est difficile de se forcer à faire des choses qu'on n'aime pas uniquement dans un but commercial.

L'idée c'est d'en vivre ?

Magali : Pour moi, oui complètement.

Nicolas : Nous n'avons aucun problème avec le fait de gagner de l'argent en faisant de la musique ! (rires)

Quel album de votre discothèque donneriez-vous à votre meilleur ami ?

Magali : Un disque tout pourri ! (rires)

Nicolas : "Closer" de Joy Division un disque que j'ai adoré mais que je n'écoute plus. De plus en le donnant, il restera mythique !

Magali : Richard Gotainer…non ! Je donnerai le dernier de Beth Gibbons sur lequel je suis resté bloquée.

Benoit : Un disque de Frank Zappa, n'importe lequel car je serais tranquille pendant 10 ans avant d'avoir épuisé tous les autres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Démo 6 titres de Semyorka
Semyorka parmi une sélection de singles (mars 2007)
Semyorka en concert au Kibélé (30 juillet 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de Semyorka


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=