Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Square
Ruben Ostlund  octobre 2017

Réalisé par Ruben Ostlund. Suède/Allemagne/Danemark/France. Comédie dramatique. 2h31 (Sortie le 18 octobre 2017). Avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West, Terry Notary, Christopher Laesso, Elijandro Edouard et Marina Schiptjenko.

Ce n'est pas un hasard si Pedro Almodovar a couronné "The Square" de Ruben Ostlund, en lui attribuant la Palme d'Or 2017 au Festival de Cannes. Il a sans doute vu dans le cinéaste suédois quelqu'un qui réveillait des maîtres oubliés des jeunes générations, comme Fellini ou Bunuel.

Il y a effectivement un air de "Dolce Vita" 2017 dans cette description du Copenhague high tech et arty, d'un monde vain et élégant où règnent la communication, le politiquement correct et l'art conceptuel pendant qu'ailleurs grandit la pauvreté et l'indifférence.

Il y a aussi un petit quelque chose de Bunuel dans cette parodie ironique d'un univers qui a sacralisé l'art contemporain et en a fait une nouvelle religion qu'il est bon de faire tomber de son piedestal, de son "carré" en l'occurrence.

Ruben Ostlund n'en est pas à son coup d'essai de moraliste s'amusant des tares occidentales à l'ère post-moderne. Son précédent film, "Snow Therapy" ("Force majeure" en suédois !), était d'une cruauté glaçante pour s'en prendre au tourisme chic de masse.

Dans "The Square", on suit le destin du directeur du grand Musée d'art contemporain de Copenhague, Christian, un destin lié à une campagne de pub trash devant promouvoir une installation à vertu humanitaire devant le Musée.

L' idée d'un carré délimitant un espace où les hommes seraient égaux et préservés du tumulte et des horreurs du monde s'inspire d'une"oeuvre" montée par Ostlund lui-même et Kalle Boman et installée au Musée du design à Varnamo en 2015. Cette précision n'est pas inutile : elle démontre que l'argument du film ne repose pas sur une critique cynique de l'art moderne, mais d'une tentative d'autodérision des propres convictions de l'auteur.

Jamais dans "The Square" de Ruben Ostlund, on est devant le travail d'un petit malin cynique qui dénigre tout du haut de sa caméra olympienne. Il est autant parti prenante que contestataire de ce qui défile sur l'écran. C'est en cela qu'il pourrait être comparé aux grands moralistes des Lumières, un Diderot ou un Voltaire par exemple.

Christian n'est pas qu'un mondain défendant son statut et amateur de journalistes anglo-saxonnes. Il est le témoin d'un monde des apparences derrière lequel il y a de la violence sociale, des sous-prolétaires et des migrants. Il lui suffit de se faire voler son portefeuille à la sortie du métro pour qu'il découvre - et surtout s'intéresse - à l'envers du monde contemporain.

Il subira dès lors la belle colère d'un petit garçon défavorisé surlequel, sans méchanceté bien sûr, il a gratuitement jeté l'opprobe du haut de son mépris inconscient de classe. Il découvrira même que ses jolis enfants aseptisés ont une face qu'il ignore. Dans "The Square" de Ruben Ostlund, un intellectuel moderne s'aperçoit qu'il vit dans les apparences et en subit de drôles de conséquences.

Constamment d'une drôlerie décalée, jamais caricaturale et univoque, le film contient des moments inoubliables comme celui où intervient Terry Notaray, l'artiste du Cirque du Soleil devenu célèbre dans des blockbusters. La scène, où il est supposé être un homme-singe venant "performer" pendant un repas de gala, sert d'affiche et ceux qui verront le film comprendront sans problème pourquoi...

"The Square" de Ruben Ostlund est incontestablement l'un des films majeurs de la décennie. Il révèle aussi un acteur formidable, Claes Bang qui, derrière l'élégance nordique, cache une petite parenté physique avec Nanni Moretti. On pourrait d'ailleurs dire que le film donne aussi à voir du côté des meilleurs films du Romain, ceux où à l'instar d'Ostlund il savait être ironique sans être donneur de leçon.

Pour en finir avec les références, nécessaires, quand on identifie une grande œuvre, "The Squure" de Ruben Ostlund a de temps à autre la singularité absurde et merveilleuse des films de Roy Andersson, l'autre grand cinéaste suédois moderne. C'est dire s'il méritait la Palme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=