Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Square
Ruben Ostlund  octobre 2017

Réalisé par Ruben Ostlund. Suède/Allemagne/Danemark/France. Comédie dramatique. 2h31 (Sortie le 18 octobre 2017). Avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West, Terry Notary, Christopher Laesso, Elijandro Edouard et Marina Schiptjenko.

Ce n'est pas un hasard si Pedro Almodovar a couronné "The Square" de Ruben Ostlund, en lui attribuant la Palme d'Or 2017 au Festival de Cannes. Il a sans doute vu dans le cinéaste suédois quelqu'un qui réveillait des maîtres oubliés des jeunes générations, comme Fellini ou Bunuel.

Il y a effectivement un air de "Dolce Vita" 2017 dans cette description du Copenhague high tech et arty, d'un monde vain et élégant où règnent la communication, le politiquement correct et l'art conceptuel pendant qu'ailleurs grandit la pauvreté et l'indifférence.

Il y a aussi un petit quelque chose de Bunuel dans cette parodie ironique d'un univers qui a sacralisé l'art contemporain et en a fait une nouvelle religion qu'il est bon de faire tomber de son piedestal, de son "carré" en l'occurrence.

Ruben Ostlund n'en est pas à son coup d'essai de moraliste s'amusant des tares occidentales à l'ère post-moderne. Son précédent film, "Snow Therapy" ("Force majeure" en suédois !), était d'une cruauté glaçante pour s'en prendre au tourisme chic de masse.

Dans "The Square", on suit le destin du directeur du grand Musée d'art contemporain de Copenhague, Christian, un destin lié à une campagne de pub trash devant promouvoir une installation à vertu humanitaire devant le Musée.

L' idée d'un carré délimitant un espace où les hommes seraient égaux et préservés du tumulte et des horreurs du monde s'inspire d'une"oeuvre" montée par Ostlund lui-même et Kalle Boman et installée au Musée du design à Varnamo en 2015. Cette précision n'est pas inutile : elle démontre que l'argument du film ne repose pas sur une critique cynique de l'art moderne, mais d'une tentative d'autodérision des propres convictions de l'auteur.

Jamais dans "The Square" de Ruben Ostlund, on est devant le travail d'un petit malin cynique qui dénigre tout du haut de sa caméra olympienne. Il est autant parti prenante que contestataire de ce qui défile sur l'écran. C'est en cela qu'il pourrait être comparé aux grands moralistes des Lumières, un Diderot ou un Voltaire par exemple.

Christian n'est pas qu'un mondain défendant son statut et amateur de journalistes anglo-saxonnes. Il est le témoin d'un monde des apparences derrière lequel il y a de la violence sociale, des sous-prolétaires et des migrants. Il lui suffit de se faire voler son portefeuille à la sortie du métro pour qu'il découvre - et surtout s'intéresse - à l'envers du monde contemporain.

Il subira dès lors la belle colère d'un petit garçon défavorisé surlequel, sans méchanceté bien sûr, il a gratuitement jeté l'opprobe du haut de son mépris inconscient de classe. Il découvrira même que ses jolis enfants aseptisés ont une face qu'il ignore. Dans "The Square" de Ruben Ostlund, un intellectuel moderne s'aperçoit qu'il vit dans les apparences et en subit de drôles de conséquences.

Constamment d'une drôlerie décalée, jamais caricaturale et univoque, le film contient des moments inoubliables comme celui où intervient Terry Notaray, l'artiste du Cirque du Soleil devenu célèbre dans des blockbusters. La scène, où il est supposé être un homme-singe venant "performer" pendant un repas de gala, sert d'affiche et ceux qui verront le film comprendront sans problème pourquoi...

"The Square" de Ruben Ostlund est incontestablement l'un des films majeurs de la décennie. Il révèle aussi un acteur formidable, Claes Bang qui, derrière l'élégance nordique, cache une petite parenté physique avec Nanni Moretti. On pourrait d'ailleurs dire que le film donne aussi à voir du côté des meilleurs films du Romain, ceux où à l'instar d'Ostlund il savait être ironique sans être donneur de leçon.

Pour en finir avec les références, nécessaires, quand on identifie une grande œuvre, "The Squure" de Ruben Ostlund a de temps à autre la singularité absurde et merveilleuse des films de Roy Andersson, l'autre grand cinéaste suédois moderne. C'est dire s'il méritait la Palme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=